Les indulgences de l’année de la Miséricorde

Qu’est ce qu’une indulgence plénière?

« L’indulgence est la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés dont la faute est déjà effacée, rémission que le fidèle bien disposé obtient à certaines conditions déterminées, par l’action de l’Eglise, laquelle, en tant que dispensatrice de la rédemption, distribue et applique par son autorité le trésor des satisfactions du Christ et des saints. » (CEC n°1471).

L’ indulgence peut être gagnée pour soi (ce n’est pas égoïste) ou pour une âme du Purgatoire. Sainte Thérèse de Lisieux avait beaucoup de zèle pour les âmes du purgatoire, notamment en offrant des indulgences.

Expliquons  peu cette définition : le péché entraîne pour le pécheur la souillure de l’homme, une inclination au mal, et une peine engendrée par le désordre introduit, parce qu’il faut remettre les choses en ordre, compenser. Après avoir été pardonné par l’absolution sacramentelle (et l’abolition de la peine éternelle si péché mortel), il reste à réparer par une satisfaction (accomplissement d’actes de pénitence imposés par le confesseur pour réparer le dommage causé par le péché et par l’acceptation volontaire d’une « peine temporelle » qui, si elle n’est pas acquittée ici bas par des actes de pénitence comme l’offrande des souffrances, épreuves, acceptation de la mort, le sera au Purgatoire). Cette peine n’est pas une « vengeance », elle découle de la nature même du péché qui a blessé l’homme.

Le pape François l’explique ainsi dans Misericordiae Vultus : « Dans le sacrement de la Réconciliation, Dieu pardonne les péchés, et ils sont réellement effacés, cependant que demeure l’empreinte négative des péchés dans nos comportements et nos pensées. La miséricorde de Dieu est cependant plus forte que ceci. Elle devient indulgence du Père qui rejoint le pécheur pardonné à travers l’Epouse du Christ, et le libère de tout ce qui reste des conséquences du péché, lui donnant d’agir avec charité, de grandir dans l’amour plutôt que de retomber dans le péché ». n. 22

L’indulgence consiste à puiser dans le trésor de l’Eglise, des mérites de Notre Seigneur et des saints, elle est donc une application très belle du mystère de la communion des saints. C’est pour cela qu’il est demandé communion et prière aux intentions du Saint Père : pour souligner que l’indulgence est donnée par et dans l’Eglise, en vertu de cette communion.

Les dispositions requises.

  • être baptisé et en état de grâce au moins à la fin des œuvres prescrites,
  • avoir l’intention de gagner les indulgences
  • accomplir l’(es) œuvre(s) prescrite(s).
  • confession sacramentelle (qui peut se faire quelques jours avant ou après l’œuvre prescrite),
  • communion eucharistique,
  • prière pour et aux intentions du Souverain Pontife (la communion et la prière pour le Pape à faire de préférence le jour même de l’œuvre),
  • disposition intérieure : détachement complet du péché, même véniel.

Notons qu’une seule indulgence plénière peut être acquise par jour et que l’indulgence n’est pas magique ! En effet, le gain d’une indulgence requiert l’activité et des dispositions du fidèle qui la reçoit (détachement du péché, ferveur…)

 

Les indulgences de l’Année de la Miséricorde :_DSC9922

  • l’œuvre est le pèlerinage vers la porte sainte ouverte dans les cathédrales et les églises établies par l’évêque « églises jubilaires », comme signe du désir profond de véritable conversion. Ce sont aussi les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles (donner à manger aux affamés ; donner à boire à ceux qui ont soif ; vêtir ceux qui sont nus ; accueillir les étrangers ; assister les malades ; visiter les prisonniers ; ensevelir les morts et conseiller ceux qui doutent ; enseigner les ignorants ; avertir les pécheurs ; consoler les affligés ; pardonner les offenses ; supporter patiemment les personnes ennuyeuses ; prier Dieu pour les vivants et les morts).
  • réflexion sur la Miséricorde,
  • profession de foi (credo),

En outre, le Pape François a donné en l’occasion de cette année jubilaire et pour cette année, la faculté à tous les prêtres d’absoudre de l’avortement, et la faculté aux prêtres de la « Fraternité Sacerdotale Saint Pie X » d’absoudre validement.

Le pape a consigné dans une lettre à lire ICI les différentes normes pour l’obtention des indulgneces de l’année de la Miséricorde.

 

Laissez un commentaire