Totus tuus Maria !

Homélie de la fête de Notre-Dame des Neiges (1) – Messe du Coeur Immaculé de Marie  (P. Bernard – 10 décembre 2016)

Bien chers amis, quelle joie et quelle action de grâce en nos cœurs en ce pèlerinage du 70e anniversaire de la bénédiction de la statue de Notre-Dame des Neiges. Le 15 décembre 1946, en cette église, notre Père Fondateur disait, avant de consacrer sa paroisse de Saint-Pierre au Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges : « O Notre-Dame, vous avez demandé aux petits enfants de Fati­ma que le monde entier se consacre à votre Coeur Immaculé. Vous leur avez affirmé que c’était la condition de son renouveau spirituel et de la paix ; aussi, avec un immense espoir de renouveau de nos âmes et de la paroisse tout en­tière, nous venons nous con­sacrer à vous. Vous avez inspiré il y a deux ans au groupe paroissial de la Ligue féminine d’Action Catholique de faire le voeu d’ériger une statue en votre honneur si votre intercession ma­ternelle nous pro­tégeait des désastres causés en tant de lieux par la guerre. Nous avons eu alors confiance en vous et, de fait, vous nous avez pré­ser­vés. Aujourd’hui c’est avec une grande joie que nous achevons la réalisation de ce vœu, réalisation à laquelle toute la paroisse a tra­vaillé, par la bé­nédiction solen­nelle de cette statue par notre Evêque vénéré. Mais notre geste n’est pas seulement un geste matériel. Si nous avons voulu que vous dominiez notre bourg, c’est pour si­gni­fier notre volonté de vous voir régner sur notre paroisse et sur le cœur de tous ses habitants Vous êtes Notre-Dame aux douze étoiles, Notre-Dame de l’apostolat. Nous vous demandons de faire de notre paroisse une communauté missionnaire rayonnante au service du Seigneur. Pour cela, il faut que nous nous donnions à fond et nous savons qu’aucun guide ne peut mieux que vous nous conduire vers ce don total. Vous nous avez enseigné que c’est en nous consacrant à vous que nous obtiendrons la lumière et la force nécessaires aux apôtres du Christ, votre Divin Fils. C’est pourquoi, de toute notre âme, nous voulons cette consécration… «O Notre-Dame, toute la paroisse se confie en vous, en votre obédience bénie et en votre garde très spéciale. Aujourd’hui et chaque jour elle vous confie les âmes et les corps de tous ses enfants. Elle vous confie tout leur espoir et toute leur consolation, toutes leurs angoisses et leurs misères, leur vie et la fin de leur vie, pour que, par votre très sainte intercession et par vos mérites, toutes leurs actions soient dirigées un jour et disposées selon votre volonté et celle de votre Fils. Amen.»

       70 ans se sont écoulés depuis cette consécration et nous voudrions faire monter vers Dieu une grande action de grâce. En 1946, le Père estimait à 250 personnes la foule nombreuse qui avait participé à la Messe. En cette année jubilaire, nous espérons atteindre le chiffre de plus de 2000 pèlerins pour nos deux pèlerinages. Merci Notre-Dame des Neiges, merci nos Père et Mère ! Grande est la Miséricorde de Dieu !

            Jésus, dans l’évangile, nous a invités à accueillir sa Mère pour qu’elle soit notre Mère. Redisons à Notre-Dame des Neiges en ce pèlerinage de grâces : je suis tout à toi, Marie, totus tuus !

La Vierge Marie, Mère du Verbe Incarné, est invoquée dans les litanies de Lorette comme Trône de la Sagesse. Le Cœur Immaculé de Marie, par la deuxième lecture, nous invite à vivre selon la Sagesse de Dieu et non plus selon l’esprit du monde. Vivre selon la sagesse, ce n’est vraiment pas facile en notre temps. En 1948, Mère Marie-Augusta annonçait le combat olympique de la pureté que nous aurions à mener. Confions à Notre-Dame des Neiges nos cœurs, nos familles, nos enfants et petits enfants et laissons-nous éduquer par le Cœur Immaculé de Marie pour ressembler davantage au Cœur de Jésus. Merci de prier avec nous et pour nous en cette Fête jubilaire de Notre-Dame des Neiges afin que notre Famille Missionnaire de Notre-Dame soit fidèle à l’esprit de ses Père et Mère et ait la joie d’accueillir de nouveaux apôtres de l’Amour, frères et sœurs, pour éduquer les cœurs au bel amour.

 La deuxième lecture de Saint Paul concerne tous les sauvés et donc, bien évidemment, la Vierge Marie, prédestinée, bénie par Dieu en son Fils Jésus-Christ. Remercions Dieu le Père, en ce pèlerinage jubilaire, d’avoir donné à l’humanité le Chef d’œuvre de la création : l’Immaculée Conception ! Emerveillons-nous devant la beauté de Son Cœur Immaculé. Avec le Bien-Aimé du Cantique des cantiques, disons-lui : « que tu es belle ma bien-aimée, que tu es belle » !

Nous vivons des temps difficiles. Satan semble régner en maître sur notre monde, mais n’ayons pas peur : le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, dont vient de parler frère Joseph, viendra et, avec lui, le Règne du Cœur de Jésus adviendra. Viens Esprit-Saint, viens par la puissance intercession du Cœur Immaculé de Marie, notre Mère bien-aimée ! Notre-Dame des Neiges, Médiatrice des grâces, notre Mère au Ciel, voyez nos misères, Cœur Immaculé brûlant d’amour formez nos cœurs à votre image !

Au terme de cette Messe solennelle, nous allons redire avec confiance et grande action de grâce la prière « Ô Notre-Dame», notre prière de consécration au Cœur Immaculé de Marie. Avant de faire cette consécration, je voudrais citer ce commentaire écrit par notre Fondateur pour témoigner de la grâce de la journée du 15 décembre 1946 : Le matin, Monseigneur n’employa jamais le titre de Notre-Dame des Neiges dans son allocution à la paroisse. Il savait fort bien que notre Equipe s’intitulait Equipe Notre-Dame des Neiges. Est-ce pour cela qu’il fut réservé ? Je ne sais. Par contre, l’après-midi, il n’hésita pas à lancer des invocations à Notre-Dame des Neiges, dans un ciel clair ensoleillé, mais balayé par un vent glacial. C’est en prenant congé à la cure, après un petit goûter, que Monseigneur, très souriant, me dit : « J’ai bien pensé à votre affaire. Tâchez de venir me voir bientôt à Viviers ; nous en repar­lerons ! » Immédiatement j’ai compris la transformation opérée, la grâce reçue de Notre-Dame des Neiges : depuis mon départ d’Anno­nay, l’autorité ne cessait de dire que cette œuvre dont je m’occupais du temps de mon vicariat ne me regardait plus. Et voilà que brusquement cela devient « mon affaire » ! Tout joyeux, je promis à Monseigneur une prochaine visite. Cependant il ne m’en dit pas plus et je ne pouvais pas annoncer officiellement à l’Equipe l’approbation désirée. Il fallait attendre ma visite à Viviers. Je décidais de la faire le lendemain de Noël ». En 1996, notre Fondateur avait souligné, en présence de Mgr Jean Bonfils, qui était alors évêque de Viviers, que Marthe Robin avait prophétisé cette grande grâce, six mois avant, le 6 juin 1946, après avoir longuement prié avec Mère Marie-Augusta. En disant ensemble la prière Ô Notre-Dame, remercions Marthe Robin, Mère Marie-Augusta et notre Père Fondateur, qui ont beaucoup prié et offert pour obtenir la grâce de notre Fondation, le 15 décembre 1986 et soyons plus convaincus encore que rien n’est impossible à Dieu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *