Pour la vie, RdV dimanche 22 Janvier à Paris !

Communiqué de la Famille Missionnaire de Notre-Dame pour inviter ses amis à participer à la

Messe dominicale avant la Marche pour la vie du 22 janvier 2017 à Paris

La Famille Missionnaire de Notre-Dame invite tous ceux qui le veulent à participer à la Messe pour la vie, le dimanche 22 janvier à 12h30 en la Basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours à Paris. Après la Messe, nous nous rendrons au lieu de départ de la Marche pour la vie. L’année dernière, malgré l’annulation de la Marche pour la Vie, nous avions pu célébrer la Messe dominicale pour la vie, comme les années précédentes en la Basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours. Cette Messe avait été suivie d’une Marche pèlerinage jusqu’à Montmartre. Nous étions un peu moins de 200, mais la Marche pour la vie ne s’était pas arrêtée !

Depuis 2008, nous participons à la Marche pour la vie dont Cécile Edel est la Fondatrice et nous voulons, selon son intuition : continuer les Marches pour la vie tant que la Loi Veil ne sera pas abolie.

Le 13 janvier 2013, au cours de la Messe avant la première manif pour tous, qui était aussi pour nous la Marche pour la vie, nous avions dit que le grand combat dans lequel nous étions engagés nous dépassait : il s’agissait du combat entre la Femme et le Dragon, prophétisé dans le chapitre 12 de l’Apocalypse. Ce combat ne sera pas remporté par nos seules forces humaines. Sainte Jeanne d’Arc disait : « Les gens d’armes batailleront et Dieu donnera la victoire ». Se mobiliser est important, mais il est plus important encore de confier à Dieu le combat pour la vie.

Ne baissons pas les bras et témoignons sans nous lasser du caractère sacré de la vie de sa conception à son terme naturel. Invitons les hommes de bonne volonté et les responsables politiques à approfondir l’Encyclique prophétique de Jean-Paul II « Evangelium Vitae » de 1995. Toute vie humaine est sacrée, parce qu’elle est un don de Dieu. Le précepte de la Loi naturelle, rappelé explicitement dans le sixième commandement de Dieu, est absolu : « tu ne tueras pas ». Il vaut pour tous les hommes et tous les temps ! Ce précepte est gravement remis en question par les idéologies relativistes actuelles, qui ont été pensées avant d’être imposées. Le docteur Pierre Simon, dans son livre « de la vie avant toute chose » (éditions Mazarine 1979) a parlé d’une mutation de la morale (p. 146), d’un nouveau code éthique (p. 199), d’une nouvelle définition de la vie qui perdrait le caractère d’absolu qu’elle avait dans la Genèse. Dans la conclusion de son livre, Pierre Simon parlait « d’un nouveau rapport au corps et à la jouissance, d’une remise en cause d’une domination millénaire, la définition possible d’une nouvelle sexualité, la création, à la limite, d’une nouvelle nature humaine, et d’un nouveau concept de vie. Nous découvrions ainsi que la nature, la vie, sont plus que jamais une production humaine » (p. 255). Mais la vie n’est pas une production humaine, elle est un don de Dieu avec la participation responsable et active des époux procréateurs.

Rappelons encore le dernier appel de Jean-Paul II, quelques semaines avant sa mort : Levons-nous ! Allons ! Soyons courageux pour témoigner du caractère sacré de la vie et de la Miséricorde divine. Au cours de notre Messe, nous prierons pour les mamans qui ont recouru à l’avortement et pour leurs enfants avortés qui vivent dans le Seigneur. Nous prierons aussi pour les responsables politiques, qui ont légalisé l’avortement, et pour les médecins et le personnel de la santé qui participent aux avortements. Puissent-ils être éclairés par Dieu dans leur conscience et comprendre qu’avorter c’est tuer le plus innocent d’entre les hommes : l’enfant dans le sein de sa maman ! Puissent toutes les mamans comprendre qu’il est faux de parler du « droit de disposer de son corps ». L’enfant qu’elles portent en leur sein a bien été engendré en elle, mais il n’est pas leur corps, il est un être humain, avec un patrimoine génétique bien déterminé, une âme spirituelle, qui lui permet d’être une personne à l’image et à la ressemblance de Dieu, sujet de droits et de devoirs. Puissent enfin tous les hommes comprendre que le droit à l’avortement n’a aucun fondement dans le Droit naturel et qu’un tel droit est en contradiction avec l’article trois de la déclaration universelle des Droits de l’homme : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

A la fin de notre Messe, nous confierons à la Vierge Marie, Reine de France, notre combat pour la vie : Ô Sainte Marie, Mère de Dieu, regardez vos enfants qui vous supplient : ne laissez pas la France tomber plus bas encore, mais permettez qu’elle se relève et qu’elle entraîne ses sœurs de l’Europe à retrouver la fidélité à leurs racines chrétiennes et à la Loi naturelle dont Dieu est le fondement ! Avec vous, nous savons que rien n’est impossible à Dieu. Donnez-nous la grâce de rayonner la vérité et la joie de l’évangile en aimant et en respectant toute vie humaine.

Père Bernard, Modérateur de la Famille Missionnaire de Notre-Dame.

Laissez un commentaire