Avril 2017 : Mourons au Mal, vivons avec Jésus Ressuscité !

Mourons énergiquement au mal, vivons avec Jésus Ressuscité pour être ses serviteurs fidèles et ses parfaits amis !

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDFTéléchargez la consigne spirituelle du mois au format RTF

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

                       

En ce premier samedi du mois d’avril de « l’année Fatima », nous voudrions nous préparer plus intensément encore au centenaire de la première apparition de la Vierge Marie aux trois petits enfants de Fatima, le 13 mai 1917. Nous avons rappelé, au cours de l’homélie du 4e dimanche de carême, quelques extraits du Secret de La Salette plus que jamais d’actualité. Maximin et Mélanie auraient tant voulu consoler la Vierge Marie: ses pleurs de maman avaient profondément touché leur cœur d’enfant. Pourquoi la Vierge Marie pleurait-elle ainsi ? Parce que les commandements de Dieu n’étaient plus respectés, le dimanche n’était plus sanctifié, les sacrements étaient délaissés, mais aussi et surtout parce que des prêtres et des consacrés étaient gravement infidèles à leurs engagements. La Vierge Marie utilisait une expression très forte : «cloaques d’impureté» ! Le 18 mai 1977, le Cœur Immaculé de Marie a donné à Don Gobbi cette locution : « Dans mon Eglise aussi, Satan semble avoir réussi à tout conquérir. Il se sent plein d’assurance, car il a réussi à vous tromper et à vous séduire : par l’erreur répandue partout et même proclamée par nombre de mes pauvres fils Prêtres ; par l’infidélité, sous le couvert de la culture, de la mise à jour, dans la tentative de rendre l’évangélisation plus actuelle et plus agréable. Ainsi, l’Évangile que certains prêchent aujourd’hui n’est plus l’Évangile de mon Fils Jésus ; par le péché que l’on commet et que l’on justifie de plus en plus. Souvent, ce sont précisément les vies sacerdotales et religieuses qui sont devenues de véritables cloaques d’impureté. Sur cette Eglise, qui semble sur le point de couler à pic, Satan veut dominer en vainqueur assuré. Moi, Je le frapperai au cœur, en mettant sa victoire au service du triomphe de mon Cœur ImmaculéPourquoi rappeler ce grave message, reprenant le Secret de La Salette, au début de ce mois d’avril ? Parce que des scandales causés par des prêtres et des consacrés contre des enfants viennent d’être révélés au grand public dans un documentaire de France 2, le mardi 21 mars dernier. Nous devons être courageux pour condamner avec l’énergie de Jésus le grand scandale de la pédophilie, mais nous devons aussi témoigner que tous les prêtres et consacrés de notre Eglise ne sont pas des corrompus. Notre Eglise est Sainte et elle enfante des saints ! N’oublions pas enfin que le Secret de La Salette n’est pas une prophétie de malheur, il est un message d’espérance et un appel à la conversion et à la sainteté : « J’adresse un pressant appel à la terre ; j’appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux ; j’appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes ; j’appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit ; enfin, j’appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ … Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la terre. Allez et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous, en vous pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheurs. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l’honneur de Jésus-Christ. Combattez, enfants de lumière, vous petit nombre qui y voyez ; car voici le temps des temps, la fin des fins ». Puisse cette consigne de cordée nous aider à répondre avec détermination à cet appel maternel de la Vierge Marie pour être en vérité de fidèles disciples de Jésus, des enfants de lumière, des apôtres des derniers temps. Avec la grâce de Dieu, tout est possible ! En ce premier samedi du mois, préparons-nous à entrer avec ferveur dans la grande quinzaine de la Passion, aidés par les enseignements de Mère Marie-Augusta et de notre Père Fondateur, qui ont eu une grande dévotion pour la Passion de Jésus.

Nous nous réjouissons des pèlerinages en l’honneur de Saint Joseph et de la journée de Carême. De nombreuses grâces ont été données à tous les pèlerins. Nos récollections de Foyers ont permis de mieux comprendre l’identité et la mission de la France, non d’une France repliée sur elle, mais d’une France, Fille aînée de l’Eglise, ouverte, dont la mission est d’être éducatrice des peuples du fait de son Alliance avec la Sagesse éternelle.

Nous invitons tous nos amis à offrir leur chapelet du premier dimanche du mois pour la paix du monde en communion avec la Basilique de Notre-Dame de l’Arche d’Alliance, édifiée sur le lieu où a reposé l’Arche d’Alliance avant le Temple de Jérusalem.

I- Avant de commencer…

Prière d’introduction :

Viens Esprit St…Notre Père… Je vous salue MarieSt Joseph, St Jean-Paul II, Bse Pierrine, Ste Julie, St Vincent Ferrier, Bse Marie Assunta, Ste Lidwine, St Stanislas, Ste Gemma, Bse Katéri, Ste Thérèse des Andes, Ste Marie Cléophas, St Damien, Bse Marie Gabrielle, Ste Marie Euphrasie, St Marc, St Georges, St Rafaël, Ste Catherine de Sienne, Ste Zita, St Louis-Marie, St Pierre Chanel, Sainte Catherine de Sienne, Sts Patrons et Saints Anges gardiens.

Efforts : Combattre mon défaut dominant et refuser énergiquement le péché grave.

Parole de Dieu : Rm 6 ; 1-14

« Que dire alors ? Allons-nous demeurer dans le péché pour que la grâce se multiplie ? Pas du tout. Puisque nous sommes morts au péché, comment pourrions-nous vivre encore dans le péché ? Ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne. Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous a été fixé à la croix avec lui pour que le corps du péché soit réduit à rien, et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ. Il ne faut donc pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs. Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice. Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu. »

II – Approfondissement des rubriques du carnet de Cordée

            1) La première rubrique du carnet de cordée : discipline.

        Reprenons à nouveau l’examen de conscience. Pour mourir énergiquement au mal et vivre avec Jésus Ressuscité, soyons fidèles à notre examen de conscience journalier. Faisons cet examen de conscience en présence de Jésus, comme au jour du Jugement particulier. N’ayons pas peur : Jésus nous aime ! Nous serons vrais pour nous endormir dans la paix.

            2) La deuxième rubrique : prévisions.

           Soulignons particulièrement en ce mois les prévisions liturgiques. Le Triduum pascal, sommet liturgique de l’Année, sera riche en grâces, s’il est bien préparé. Préparons l’octave de Pâques, qui se conclut par la Fête de la Miséricorde. Jésus, j’ai confiance en Toi !

            3) La troisième rubrique : consigne spirituelle.       

Mourons énergiquement au Mal et vivons avec Jésus Ressuscité pour être ses serviteurs fidèles et ses parfaits amis.

            Puisse la quinzaine de la Passion nous aider à mieux comprendre ce qu’est le péché pour Dieu. La Vierge Marie, dans ses messages de La Salette et à Don Gobbi, nous met en garde contre les effets dévastateurs du péché, qui font perdre la grâce sanctifiante, s’ils sont des péchés mortels, et conduisent sur le chemin de la damnation si l’on ne se convertit pas ! Ne nous laissons pas influencer par l’esprit du monde actuel, qui justifie le péché et appelle le mal : bien. Saint Jean-Paul II s’est élevé contre cette grave déformation des consciences.

            Nos Père et Mère ont été de grands éducateurs. Ils ont bien compris qu’il fallait développer les vertus pour mener le combat contre le Mal et le péché : l’humilité, la vérité, le courage, l’énergie spirituelle … Un mal légalisé ne peut pas devenir un bien : l’avortement, l’euthanasie, l’adultère seront toujours des maux que la Loi de Dieu nous interdit de faire. Aucun gouvernement, ni aucun philosophe ne peuvent changer la Loi naturelle. En ce Triduum, prenons la décision ferme de mourir au péché avec Jésus et de vivre pour Dieu !

            Le chrétien n’est pas l’homme ou la femme du «non», de «l’interdit», de «la crainte». Il veut vivre dans le souffle de l’Esprit, il est l’homme ou la femme du « oui » à Dieu, du « oui » à Sa Loi d’Amour ! Le mystère pascal ne se termine pas le Vendredi-Saint au soir, mais le jour de la Pentecôte avec le don de l’Esprit-Saint.

            Vivons ce mois d’avril dans la confiance : Jésus, par Sa Passion et sa Résurrection, nous obtient la grâce de mourir au péché et de vivre la vie des enfants de Dieu. Rappelons aussi les fruits de l’Esprit-Saint, énoncés par Saint Paul dans la lettre aux Galates : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi (Ga 5, 22).

            En ce mois d’avril, intensifions notre prière pour la France. Elle ne redeviendra fidèle à sa vocation de Fille aînée de l’Eglise que si les baptisés Français se déterminent en vérité pour mourir énergiquement au péché et pour vivre avec Jésus Ressuscité. Alors et alors seulement nous serons des serviteurs fidèles et de parfaits amis de Jésus, comme Saint Claude la Colombière l’a été. Répondons avec conviction à l’appel de la Vierge Marie à La Salette et soyons de vrais disciples de Jésus, des apôtres des derniers temps selon l’esprit de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort que nous fêterons le 28 avril.

            4) La quatrième rubrique : formation. la liberté libérée par le Christ.

            Rappelons encore ce dernier grand appel de Saint Jean-Paul II à la France, Nation qui a choisi comme premier mot de sa devise: « liberté » : « soyez des femmes et des hommes libres ! Mais rappelez-vous : la liberté humaine est une liberté marquée par le péché. Elle a besoin d’être libérée. Christ en est le libérateur, Lui qui nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres. Défendez votre liberté ! Chers amis, nous savons que nous pouvons compter sur Celle qui, n’ayant jamais cédé au péché, est la seule créature parfaitement libre. Marchez avec Marie sur les chemins de la pleine réalisation…  » (15.08.2004). Puisse cet appel de Saint Jean-Paul II nous garder dans l’humilité. Sans Jésus, nous risquons de chuter bien lamentablement. Soyons toujours vigilants et priants pour être persévérants dans notre détermination à mourir au péché. Mais, avec Jésus et Marie, nous pouvons marcher dans la confiance dans la liberté des enfants de Dieu, animés par le souffle du Saint-Esprit ! Redonnons confiance à nos contemporains désabusés, découragés. Soyons déterminés pour témoigner des vraies valeurs et de la vraie liberté, libérée par le Christ, en vue du renouveau de la France, que nous aimons comme Jésus l’aime. Puisse-t-elle, par ses lois en accord avec la Loi naturelle, protéger la vraie liberté et être éducatrice des autres Nations !

            5) La cinquième rubrique : action.

         Le temps pascal doit être un temps vraiment missionnaire dans l’imitation des apôtres, témoins de Jésus Ressuscité. Où en sommes-nous dans notre participation à la nouvelle évangélisation ? Ne nous contentons pas de dénoncer le Mal, mais soyons les témoins de Jésus et de son évangile ! Saint Jean-Paul II a indiqué le chemin de la reconstruction de l’Europe, en octobre 1988, après son voyage apostolique européen à Strasbourg : combattre avec détermination la déchristianisation et reconstruire les consciences à la lumière de l’évangile. La France et l’Europe ont besoin de chrétiens déterminés. N’assistons pas passivement à la déconstruction de notre Nation et notre Continent. Levons-nous et allons !

Mère Marie-Augusta disait à ses enfants spirituels, en 1947, en un temps où la France était en grand danger : «Comme aux missionnaires qui luttent sur les frontières de l’Église, en partisans, sans paie, sans uniforme, rien que pour la gloire éternelle, donnant des coups à l’ennemi et en recevant, souffrant, traqués par la maladie, accablés de soucis, ce qu’il nous faut, c’est une famille, une affection vivante, un besoin constant de partager le pain quotidien amer ou non, l’inquiétude de nos inquiétudes, la joie de nos joies. Plus on avance, plus la montée est rude : il faut s’appuyer, s’abandonner, se confier, aimer sans compter, sans mesure, de tout son cœur ; jamais on ne dépassera les limites, jamais on ne pourra aimer autant que Jésus.» Puissent ces conseils spirituels de notre Mère nous donner confiance en ces temps troublés ! Soyons des résistants, des combattants qui luttent sur les frontières de l’Eglise sans avoir peur d’aller à contre-courant en témoignant des valeurs non-négociables, qui sont les seules capables de reconstruire notre Nation sur des bases solides et durables. En un mot, soyons déterminés, car l’heure est au courage et à la générosité !

 

Je vous assure des prières et de l’affection de Mère Magdeleine et de tous nos frères et sœurs et je vous bénis affectueusement en confiant encore à vos prières toutes nos intentions, spécialement la fidélité à l’esprit de nos Père et Mère, les vocations et le sanctuaire du Cœur Immaculé de Marie. Nous vous remercions de vos prières et de votre générosité et nous vous assurons de nos prières journalières.

Père Bernard

Laissez un commentaire