Chemin de Croix pour une année de la Justice-Sainteté

Tout en continuant à méditer les jours de la Passion, suivons maintenant les pas du Ressuscité !

Méditations du Chemin de Croix – P. Bernard

CHEMIN DE CROIX POUR UNE ANNÉE DE LA JUSTICE SAINTETÉ ! Téléchargez le chemin de croix au format PDF

 

Prière d’introduction

          Seigneur, avec le Cœur Immaculé de Marie, avant d’entrer dans l’année de la Justice Sainteté, qui sera aussi l’année du centenaire des apparitions de Fatima, nous désirons T’accompagner sur le chemin de la Croix pour Te demander pardon de nos péchés et prier en réparation pour les si nombreux péchés de notre humanité. Ô Jésus, par l’intercession du Cœur Immaculé de Notre-Dame, obtiens à notre monde, du Cœur si Bon et si Miséricordieux de Ton Père, le don de la Paix, de la Justice Sainteté et de l’Amour. Que Ton Esprit Saint nous éclaire : Ta Miséricorde est infinie, nous en avons fait l’expérience au cours de l’année jubilaire de la Miséricorde, mais Tu nous appelles à présent à être saints comme Tu es Saint.

1e Station : Jésus est condamné à mort

 

            Lecteur : Ô Jésus, Ton Cœur et le Cœur Immaculé de la Sainte Vierge sont transpercés de douleur en entendant cette horrible sentence de mort, demandée par la foule manipulée par les Chefs du Peuple et exécutée par Pilate. Face à la haine diabolique et à la plus grande injustice de tous les temps, Tu ne dis rien, Tu te tais, Tu offres et Tu continues à aimer ceux qui Te condamnent à mort.

         Deuxième lecteur : Jésus, depuis le début de l’humanité, Satan n’a pas cessé de nous tenter contre la Loi naturelle dont Tu es le fondement. Il veut faire croire que Tu es un tyran qui impose aux hommes un lourd fardeau, qui les empêche d’être libres et heureux. Après Nietzche, qui se glorifiait d’avoir tué Dieu, Jean-Paul Sartre invitait ses contemporains à se libérer et à ne plus retourner sous Ta Loi.

         Un prêtre : Je suis Yahvé, je ne change pas. Depuis le temps de vos pères, vous vous êtes écartés de mes commandements, Vous ne les avez point observés. Revenez à moi, et je reviendrai à vous, dit Yahvé des armées. Vous me trompez. Mais J’aurai compassion de vous, comme un homme a compassion de son fils qui le sert. Et vous verrez de nouveau la différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas (Ml 3).

         Troisième lecteur : Ensemble, disons à Jésus :

         – Merci Jésus, d’accepter Ta condamnation à mort pour nous sauver !

         – Pardon pour nos désobéissances à Ta Loi d’Amour !

         – Donne-nous force et confiance pour revenir à Toi !

 

2e Station : Jésus est chargé de Sa Croix

 

            Lecteur : Ô Jésus, Tu embrasses avec amour cet objet de malédiction ! En voyant cette Croix, Tu ne peux pas ne pas penser à ce qui est écrit dans la Loi : « maudit soit celui qui est pendu sur le bois de la Croix ». Cette Croix, cependant, Tu l’embrasses parce que Tu es le Grand Prêtre de la Nouvelle Alliance qui va offrir Son Sacrifice sur cet autel.

         Deuxième lecteur : La Justice Sainteté sans renoncement et sans acceptation de la Croix n’existe pas ! La crise moderniste, qui n’a pas encore été totalement surmontée, a fait croire que l’on pouvait être chrétien en vivant une vie ouverte et libre sans le carcan de la Loi ! Vouloir la Justice Sainteté, c’est se déterminer avec conviction à aller à contre-courant en témoignant sans peur des valeurs non négociables.

         Un prêtre : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera. Que servira-t-il à l’homme de gagner le monde entier, s’il vient à perdre son âme? (Mt 16).

         Troisième lecteur :

         Jésus, merci d’embrasser généreusement Ta Croix !

         Jésus, pardon d’avoir  peur de la Croix !

         Jésus, obtiens-nous la grâce d’être tes vrais disciples !

           

3e Station : Jésus tombe pour la première fois

 

            Lecteur : Ô Jésus, Tu tombes pour la première fois sous le poids de cette lourde Croix ! Tu ne peux plus porter l’effroyable poids de nos péchés. Tu T’écroules pour la première fois. Quelle humiliation aux yeux de ceux qui T’ont condamné à mort parce que Tu T’es dit être le Fils de Dieu ! Tu offres tout !

         Deuxième lecteur : la crise de l’Eglise est grave. Beaucoup de baptisés ont une idée erronée de la miséricorde et sont influencés par le libéralisme moral qui appelle le mal « bien ». Le péché grave existe. L’Enfer existe. La justification du mal est une grave infidélité. Vouloir la Justice Sainteté, c’est accepter toute la Vérité révélée et plus particulièrement les vérités qui dérangent. Ne nous laissons pas égarer !

         Un prêtre : Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons  considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; Yahvé a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous (Is 53).

         Troisième lecteur :

         Jésus, merci d’accepter l’humiliation de cette première chute !

         Pardon, Jésus, de trop facilement nous justifier !

         Obtiens-nous, Jésus, la grâce de toujours nous relever !

 

4e Station : Jésus rencontre Sa Sainte Mère

 

            Lecteur : Tu souffres, Jésus, de voir souffrir Ta Sainte Mère, mais l’un et l’autre, vous ne vous repliez pas sur vos souffrances. Dans votre héroïque amour, vous acceptez la Volonté du Père et vous échangez un baiser taché de sang : le baiser d’amour du nouvel Adam et de la nouvelle Eve pour engendrer la nouvelle humanité des enfants de Dieu, nés de l’eau et de l’Esprit.

         Deuxième lecteur : Se décider pour une année de Justice Sainteté, c’est vouloir répondre aux appels répétés de la Vierge Marie dans toutes ses apparitions reconnues. Désirons imiter l’héroïque collaboratrice de Jésus et demandons-lui des grâces de générosité pour aider Jésus à sauver les âmes et à édifier un monde nouveau.

         Un prêtre : Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l’oublierait, Moi je ne t’oublierai point. Voici, je t’ai gravée sur mes mains. Tes fils accourent. Regarde: tous ils s’assemblent, ils viennent vers toi (Is 49, 16). Comme un homme que sa mère console, ainsi je vous consolerai (Is 66, 13).

         Troisième lecteur :

         Merci Jésus et Marie d’avoir dit un oui généreux à Dieu le Père !

         Pardon, Jésus et Marie, pour notre manque de générosité !

         Obtenez-nous, Jésus et Marie, d’être vos collaborateurs !

 

5e St.:Simon de Cyrène est réquisitionné pour aider Jésus à porter la Croix

 

            Lecteur : Ô Jésus, tes ennemis ont peur que Tu meures avant d’être crucifié. Ils réquisitionnent un païen : Simon de Cyrène et l’oblige à T’aider à porter la Croix. Tu ne Te plains pas, Tu acceptes l’aide de cet étranger et Tu pries et offres pour lui : ses fils deviendront tes disciples. Tu pries et offres aussi pour Tes disciples qui T’ont abandonné et Tu supplies Ton Père pour qu’ils ne se découragent pas.

         Deuxième lecteur : le Pape Paul VI, peu après le Concile Vatican II, a dit que les fumées de Satan étaient entrées dans l’Eglise. La Croix a été délaissée pour un catholicisme adapté au monde moderne. La Foi en la présence réelle de Jésus dans le Tabernacle s’est attiédie. Notre-Seigneur est délaissé. Pour vivre en vérité la Justice Sainteté, nous devons, tous, devenir de bons cyrénéens de Jésus. Désirons-le !

         Un prêtre : Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs de prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence? (Lc 9, 22-25).

         Troisième lecteur :

         Jésus, merci d’accepter d’être aidé à porter Ta Croix !

         Pardon, Jésus, de refuser la croix que Tu nous tends !

         Obtiens-nous, Jésus, la grâce d’être généreux !

 

6e Station : Véronique essuie le visage de Jésus

 

            Lecteur : Ô Jésus, sur ce chemin du Calvaire, Tu reçois une consolation : Véronique passe au milieu de tes ennemis pour venir essuyer Ton visage. Elle est beaucoup plus courageuse que Tes apôtres qui, eux, ont tous fui ! Tu la récompenses en imprimant sur son voile Ton visage défiguré par les coups, les crachats, la souffrance et nos péchés. L’Église garde dans sa mémoire l’image de ta Sainte Face.

         Deuxième lecteur : Notre Pape François parle de la mondialisation de l’indifférence. La crise de l’Eglise se manifeste dans la crise de la Foi et la crise de la charité. L’une et l’autre crise sont liées ! Vouloir la Justice Sainteté, c’est vouloir édifier un monde nouveau où la charité sera le moteur de toutes les actions humanitaires. Puisse l’humanité renouvelée imiter le courage de Sainte Véronique !

         Un prêtre : Un Samaritain en voyage arrive près de l’homme laissé à moitié mort au bord du chemin. Il le voit, et son cœur est plein de pitié pour lui. Il s’approche, il verse de l’huile et du vin sur ses blessures et il lui met des bandes de tissu. Ensuite, il le fait monter sur sa bête, il l’emmène dans une maison pour les voyageurs et il s’occupe de lui. Le jour suivant, le Samaritain sort deux pièces d’argent, il les donne au propriétaire de la maison, et il lui dit : “Occupe-toi de cet homme. Ce que tu dépenseras en plus pour lui, je le rembourserai moi-même quand je reviendrai par ici.” (Lc 10, 25-37)

         Troisième lecteur :

         Merci, Jésus, d’avoir imprimé Ton visage sur le voile de Véronique !

         Pardon et réparation, Jésus, pour la mondialisation de l’indifférence !

         Donne à Ton Eglise de nouvelles Véronique pour exercer la compassion !

 

7e Station : Jésus tombe pour la seconde fois

 

            Lecteur : Ô Jésus, Tu tombes pour la deuxième fois sous le poids de Ta lourde Croix ! Tu souffres intensément physiquement, mais ta plus grande souffrance est morale : c’est la damnation éternelle d’âmes que Tu as rachetées avec tant de générosité et d’amour ! Pourquoi refusent-elles Ta miséricorde ?

         Deuxième lecteur : Notre-Dame à Fatima a révélé aux enfants l’existence de l’Enfer et de damnés. Elle connaissait la crise de l’Eglise qui allait arriver. Beaucoup de baptisés ne se soucient pas du Salut des âmes, parce qu’ils pensent que tous les hommes sont sauvés ! Vouloir la Justice Sainteté, c’est se déterminer à collaborer généreusement au Salut des âmes avec Jésus et la Vierge Marie : des milliers d’âmes sont à sauver !

         Un prêtre : Tout ce que me donne le Père viendra à moi, et celui qui vient à moi, je ne le jetterai pas dehors; car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or c’est la volonté de celui qui m’a envoyé que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. Oui, telle est la volonté de mon Père, que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour. » (Jn 6,38-40)

Troisième lecteur :

         Merci, Jésus, de souffrir si intensément pour arracher les âmes à l’Enfer.

         Pardon, Jésus, de ne pas avoir le désir de sauver les âmes.

         Obtenez, Jésus, le renouveau de l’Eglise et que tous désirent le salut des âmes.

 

8e Station : Jésus rencontre les filles de Jérusalem

 

            Lecteur : Ô Jésus, Tu veux donner aux filles de Jérusalem, qui pleurent sur Ton triste état, une leçon importante : la vraie dévotion ne consiste pas en des larmes sentimentales mais en une vraie contrition. Tu donnes aussi une seconde leçon : épuisé, Tu ne Te replies pas sur tes souffrances, mais Tu continues à évangéliser et à ouvrir les cœurs à la conversion et à l’amour : quelle générosité !

         Deuxième lecteur : La crise de l’Eglise se manifeste par la peur d’annoncer la vérité aux personnes qui vivent dans des situations irrégulières. Saint Jean-Paul II a eu le grand courage d’appeler le mal par son nom. Puisse Ton Eglise, Jésus, dénoncer la défiguration de l’amour humain, la désacralisation de la vie, la défiguration du plan de Dieu sur la famille. Se décider pour la Justice Sainteté, c’est mettre enfin en pratique ce que Tu nous as demandé : « que votre oui soit oui, que votre non soit non ! »

         Un prêtre : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants, car voici venir des jours où l’on dira: Heureuses les stériles, et les entrailles qui n’ont point enfanté et les mamelles qui n’ont point allaité! Alors on se mettra à dire aux montagnes: Tombez sur nous! et aux collines: Recouvrez-nous! Car, si l’on traite ainsi le bois vert, qu’en sera-t-il du sec?  (Lc 23, 29-31).

         Troisième lecteur : Jésus, merci d’avoir évangélisé les filles de Jérusalem !

         Pardon, Jésus, de notre peur pour annoncer la vérité !

         Donne à Ton Eglise le courage d’appeler les hommes à la conversion !

9e Station : Jésus tombe pour la troisième fois

 

            Lecteur : Ô Jésus quelle cruelle humiliation : il ne Te reste que quelques mètres à faire avant d’arriver au sommet du Calvaire, mais Tes forces T’abandonnent et Tu T’écroules à nouveau sous le poids de la Croix ! Mais Tu vas encore Te relever ! Quel héroïque courage ! Seul l’Amour a pu Te donner l’énergie pour aller jusqu’au bout du sacrifice. Merci de nous avoir aimés jusque là !

         Deuxième lecteur : Les racines de la crise du monde et de l’Eglise sont l’orgueil et la désobéissance à Dieu. Les Nations démocratiques libérales ont voté des lois contraires à la Loi naturelle et se sont affranchies de la Loi de Dieu ! Vouloir la Justice Sainteté, c’est  revenir à la Loi de Dieu et avoir le courage d’aller à contre-courant pour travailler à abolir les lois civiles contraires à la Loi de Dieu.

         Un prêtre :« Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne viens pas de moi-même; mais lui m’a envoyé. Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage ? C’est que vous ne pouvez pas entendre ma parole. Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité parce qu’il n’y a pas de vérité en lui: quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge (Jn 8, 42-44).

         Troisième lecteur :

         Merci, Jésus, de nous montrer la voie royale de l’humilité !

         Pardon pour notre orgueil et nos désobéissances à la Loi de Dieu !

         Obtenez par l’Esprit-Saint le retour de Dieu dans le cœur des hommes !

 

10e Station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

 

            Lecteur : Ô Jésus, le dépouillement de Tes vêtements a été l’une des plus cruelles épreuves de Ta Passion pour Ton Cœur si pur et si délicat ! Quelle épreuve aussi pour le Cœur Immaculé de Marie ! Tu n’as rien refusé à Ton Père pour notre purification.

         Deuxième lecteur : La France et l’Europe aux racines chrétiennes s’enfoncent de plus en plus dans l’immoralité. Enfants, adolescents, jeunes, adultes, tous, nous avons à mener le combat olympique de la pureté. Se décider pour la Justice Sainteté, c’est se consacrer au Cœur Immaculé de Marie, exercer la vertu de chasteté, l’énergie du bel amour, pour aimer comme Jésus et rayonner la joie du bel amour. Soyons déterminés !

         Un prêtre : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux, parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. Ne participiez point à ses péchés, car ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités (Ap 18, 2-8).

         Troisième lecteur :

         Merci Jésus d’avoir accepté cette horrible humiliation pour notre purification !

         Pardon et réparation pour tous les péchés d’impureté dans le monde !

         Père Saint, hâtez le triomphe du Cœur Immaculé de Marie !

 

11e Station : Jésus est cloué sur la Croix

            Lecteur : Ô Jésus, quelle effroyable douleur ressens-Tu lorsque tes mains et tes pieds sont transpercés et cloués sur la Croix ! La prophétie de Saint Jean-Baptiste est réalisée : « voici l’Agneau de Dieu qui porte le péché du monde ». Agneau de Dieu, cloué sur le bois de la Croix par Amour pour nous, nous T’adorons et nous Te remercions. Tu es notre Rédempteur, notre Justification, notre Sanctification.

         Deuxième lecteur : La crise de l’Eglise a engendré la crise des vocations et la crise de la mission de l’Eglise. Donne à Ton Église des prêtres et des consacrés selon Ton Cœur. Donne à la Famille Missionnaire de Notre-Dame de nouveaux apôtres de l’Amour. Donne aux jeunes que Tu appelles la force de Te dire un « Oui » généreux. Se décider pour la Justice Sainteté, c’est accepter de renoncer à l’argent, au plaisir, au pouvoir.

         Un prêtre : Regardez et voyez s’il est une douleur pareille à ma douleur, à celle dont j’ai été frappée! Yahvé m’a affligée au jour de son ardente colère. D’en haut il a lancé dans mes os un feu qui les dévore; Il a tendu un filet sous mes pieds, Il m’a fait tomber en arrière; Il m’a jetée dans la désolation, dans une langueur de tous les jours. Sa main a lié le joug de mes iniquités; Il a brisé ma force; le Seigneur m’a livrée à des mains auxquelles je ne puis résister (Lm 1, 12).

         Troisième lecteur :

         Merci, Jésus, de laisser ouvrir Tes mains et Tes pieds pour répandre Ta Miséricorde !

        Pardon, Jésus, de ne pas prier et offrir pour les vocations sacerdotales et religieuses !

        Père éternel, donnez-nous des prêtres et des consacrés selon le Cœur de Jésus !

 

12e Station : Jésus meurt sur la Croix

 

            Lecteur : Ô Jésus, avec la Sainte Vierge et Saint Jean, nous voudrions être au pied de Ta Croix et T’entendre dire : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? ». « Père, pardonne-leur ils ne savent pas ce qu’ils font ; Aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis ». « Voici ton fils, voici Ta Mère ». « Tout est accompli… Père je remets mon âme entre tes mains ! ». « Ceci est mon corps, ceci est mon sang, livrés pour vous ».

         Deuxième lecteur : La crise de l’Eglise se manifeste par la désertion de la Messe dominicale. Beaucoup de baptisés ne croient plus au Saint-Sacrifice de la Messe. D’autres ignorent le dogme de l’Eglise sur le mystère de Ta Présence réelle dans l’Eucharistie. Si l’on n’offre plus le Saint-Sacrifice pour la rémission des péchés et la paix du monde, comment notre monde pourrait-il devenir civilisation de l’amour ? Se décider pour la Justice Sainteté c’est redécouvrir que la Liturgie de la Messe est le Sommet et la Source de toutes nos activités des chrétiens.

         Un prêtre : Père, tout ce qui est à moi est à toi, et tout ce qui est à toi est à moi, et je suis glorifié en eux. Je ne suis plus dans le monde; eux sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les dans ton nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un comme nous. Je ne te prie pas de les enlever du monde, mais de les garder du Mauvais. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les dans la vérité: ta parole est vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité (Jn 17, 10-11 ; 15-19 ).

         Troisième lecteur :

        Merci, Jésus, de nous avoir aimés jusque-là en donnant Ta vie pour nous !

        Pardon, Jésus, de ne pas faire de la Messe le sommet et la source de mes activités !

        Père très Saint, renouvelle l’Eglise par la redécouverte du Saint-Sacrifice sacramentel !

13e Station : Jésus est descendu de la Croix et déposé dans les bras de sa Mère

 

            Lecteur : Ô Notre-Dame des douleurs, nous voudrions partager l’immense souffrance de votre Cœur immaculé au moment où l’on remet entre vos bras le Corps inanimé de votre Fils ! Vous arrosez de vos larmes maternelles ce Corps qui porte tant de blessures ! Vous offrez au Père ce Corps qui a pris chair de votre chair et qui est devenu l’Hostie de notre Rédemption ! Merci, ô Mère !

         Deuxième lecteur : Le plan de Dieu pour le don de la paix au monde a été révélé à Fatima. Le plus grand message prophétique du vingtième siècle n’a toujours pas été mis en pratique par tous les membres de l’Eglise catholique. Se décider pour la Justice Sainteté, c’est être déterminé à la prière du rosaire, à la consécration au Cœur Immaculé de Marie et à la dévotion des premiers samedis du mois afin de hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

         Un prêtre : Un signe grandiose apparut au ciel: une Femme! le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête; elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l’enfantement. 3 Puis un second signe apparut au ciel: un énorme Dragon rouge-feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d’un diadème. Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre. En arrêt devant la Femme en travail, le Dragon s’apprête à dévorer son enfant aussitôt né. Or la Femme mit au monde un enfant mâle, celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer; et son enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son trône, tandis que la Femme s’enfuyait au désert, où Dieu lui a ménagé un refuge pour qu’elle y soit nourrie 1.260 jours. Alors, il y eut une bataille dans le ciel: Michel et ses Anges combattirent le Dragon. Et le Dragon riposta, avec ses Anges, mais ils eurent le dessous et furent chassés du ciel. On le jeta donc, l’énorme Dragon, l’antique Serpent, le Diable ou le Satan, comme on l’appelle, le séducteur du monde entier, on le jeta sur la terre et ses Anges furent jetés avec lui. Et j’entendis une voix clamer dans le ciel: « Désormais, la victoire, la puissance et la royauté sont acquises à notre Dieu, et la domination à son Christ, puisqu’on a jeté bas l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu. Mais eux l’ont vaincu par le sang de l’Agneau et par la parole dont ils ont témoigné, car ils ont méprisé leur vie jusqu’à mourir. (Ap 12, 1-11).

         Troisième lecteur :

        Merci, ô notre Mère, de nous avoir aimés d’un tel amour maternel !

        Pardon, ô notre Mère, de ne pas avoir assez de compassion et d’amour filial !

        Père éternel, hâtez le triomphe du Cœur Immaculé de Marie et donnez-nous la paix !

 

14e Station : Le Corps de Jésus est déposé dans un Tombeau

 

            Lecteur : Ô Mère des douleurs, vous accompagnez le Corps de votre Fils jusqu’en sa sépulture. Vous contemplez, une dernière fois, ce Corps formé en votre sein et vous assistez, le Cœur serré, à la fermeture du tombeau. C’est la nuit, la nuit obscure, la nuit profonde de la foi mais, en cette effroyable nuit, la foi de l’Église demeure en votre Cœur Immaculé ! Quelle est grande et héroïque votre Foi : vous continuez à croire et, malgré votre immense douleur, c’est vous qui réconforterez et fortifierez les saintes femmes et les disciples découragés !

         Deuxième lecteur : malgré le don et le témoignage du Grand et St Pape Jean-Paul II, consacré à votre Cœur Immaculé, tous les baptisés n’ont pas encore compris l’importance de la dévotion mariale. Celle-ci a même régressé en ces dernières années ! Se décider pour la Justice Sainteté, c’est redécouvrir le testament de Jésus : « voici Ta Mère ». Se décider pour la Justice Sainteté, c’est être convaincu que la dévotion mariale n’est pas un obstacle à l’unité des chrétiens mais, au contraire, l’un de ses fondements. Se décider pour la Justice Sainteté, enfin, c’est mettre en pratique les demandes du Cœur Immaculé de Marie : être de petits enfants et de vaillants soldats pour mener avec la Mère de l’Eglise le combat contre le Mal et le Malin.

         Un prêtre :

         Soyez donc dans la joie, vous, les cieux et leurs habitants. Malheur à vous, la terre et la mer, car le Diable est descendu chez vous, frémissant de colère et sachant que ses jours sont comptés. » Se voyant rejeté sur la terre, le Dragon se lança à la poursuite de la Femme, la mère de l’enfant mâle. Mais elle reçut les deux ailes du grand aigle pour voler au désert jusqu’au refuge où, loin du Serpent, elle doit être nourrie un temps et des temps et la moitié d’un temps. Le Serpent vomit alors de sa gueule comme un fleuve d’eau derrière la Femme pour l’entraîner dans ses flots. Mais la terre vint au secours de la Femme: ouvrant la bouche, elle engloutit le fleuve vomi par la gueule du Dragon. Alors, furieux contre la Femme, le Dragon s’en alla guerroyer contre le reste de ses enfants, ceux qui gardent les commandements de Dieu et possèdent le témoignage de Jésus (Ap 12, 13-17).

         Troisième lecteur :

        Merci, Notre-Dame, d’avoir accepté le plan de Dieu pour le combat contre le Dragon !

        Pardon pour le manque d’ardeur pour combattre et hâter le triomphe de votre Cœur!

        Obtenez à l’Eglise de nombreux apôtres des derniers temps et des apôtres de l’Amour !

           

Prière de conclusion

            Ô Jésus, nous allons vénérer la relique de ta Sainte Croix. Cette relique de la Croix, que nous allons embrasser, c’est Ta Croix, Jésus, cette Croix que Tu as, le premier, embrassé avec tant d’amour pour accomplir l’œuvre de notre Rédemption, l’œuvre de la justification et de la sanctification. Pour vivre l’année de Justice Sainteté, nous avons absolument besoin d’être justifiés et sanctifiés par Toi, Notre Seigneur et Notre Dieu. Puisse cette relique de la Croix nous obtenir force et courage pour cette année de Justice Sainteté. Puissions-nous ne pas avoir peur d’être des saints, malgré nos péchés et nos misères. Jésus, Tu as répandu en nos âmes les flots de Ta Miséricorde, nous voulons à présent répondre à ton appel à la sainteté et à celui de ta sainte Mère : « soyez saints, vite saints, grands saints ». Nous voulons aussi embrasser la relique de Ta Sainte Croix dans un acte de vrai repentir et d’amour pour Te demander pardon de tous nos péchés et prier en réparation pour nos frères et sœurs qui, en cette Nuit, ne Te demanderont pas pardon.

Laissez un commentaire