Un amour qui ne détruit pas les valeurs humaines, mais qui les élève et les transfigure

12 avril 2017 : Mercredi Saint – Sainte Thérèse des Andes (Fr. Jean)

En ce Mercredi Saint,  nous méditons sur la triste et terrible trahison de Judas, l’un des douze. Moment de grande souffrance pour notre Seigneur qui se voit livré par l’un de ses plus proches. Que cela nous stimule à réparer par notre amour en ce Triduum 2017. En effet, la trahison de Judas prend en cette année une dimension particulière lorsque nous voyons les trahisons d’aujourd’hui. Trahison parfois cachée sous l’apparence d’une pseudo-continuité, mais qui n’est rien d’autre qu’une terrible offense envers Notre Seigneur déjà tant offensé.  Alors, que notre cœur soit entièrement tourné vers Jésus, que nous consolions et accompagnons Celui qui va vivre sa terrible passion pour notre salut : « Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. »

En ce jour nous pensons à Sainte Thérèse des Andes[1] née en 1900 au Chili. Elle est pour nous un exemple à la veille du Triduum. Dès ses six ans, elle accompagne sa mère à la messe presque chaque jour avec le grand désir de communier, ce qu’elle fera pour la première fois à l’âge de 10 ans. Dès lors, elle aime communier quotidiennement et s’entretenir longuement avec Jésus son ami. Elle fut aussi très attachée à la Vierge Marie, elle lui promet de réciter le rosaire tous les jours, ce qu’elle fera jusqu’à la fin de sa vie. Sa relation avec la Sainte Vierge l’aidera beaucoup à lutter contre son caractère qui a tendance à s’emporter rapidement. Cependant elle possède un grand cœur qui la pousse vers les autres et les pauvres en particulier. Un jour, elle mettra en loterie sa montre pour un enfant nécessiteux ; elle sera en permanence disponible et souriante avec tous.

A plusieurs reprises elle contractera des maladies qui la conduiront aux portes de la mort, surtout durant la période allant de 1911 à 1914 ; c’est alors qu’elle lira le récit autobiographique de Thérèse de l’Enfant-Jésus. Le jour de ses 15 ans, Juanita avoue que le Christ l’a captivée. Elle entend l’appel du Carmel la même année et deux ans plus tard découvre Sainte Thérèse d’Avila ainsi que Sainte Elisabeth de la Trinité. Elle décide à son tour de convertir toute son existence en louange de Dieu et comprend l’idéal de la carmélite avec lucidité.

Elle entre au carmel le 7 mai, elle va sur ses 19 ans. Dans les premiers jours de mars 1920, elle déclare qu’elle mourra dans un mois. Le 2 avril, vendredi saint, Sr Teresa, étant au plus mal, le médecin vient la consulter et découvre qu’elle est atteinte du typhus. Trois jours plus tard, elle reçoit les derniers sacrements, le 6 elle fait sa profession religieuse et redit avec joie et émotion la formule de sa consécration au Seigneur. Le 12 avril vers 19 heures, elle rend son âme à Celui qui fut son unique Amour. Sr Teresa n’avait pas encore vingt ans. Elle vécut onze mois au Carmel. Jean Paul II lui fit cet hommage : « Voilà le nouvel hymne d’amour chrétien qui jaillit spontanément de cette jeune chrétienne, un amour qui ne détruit pas les valeurs humaines, mais qui les élève et les transfigure »

Que Sainte Thérèse des Andes nous communique son amour passionné pour Jésus à la veille de revivre l’agonie de Notre Seigneur. Qu’elle nous aide à vivre ces prochains jours saints avec détermination et amour. Mère Marie-Augusta nous dira ce soir : « Priez mes enfants, mais la prière la meilleure est celle où il y a le plus d’amour, celle quant on se tient le plus tendrement, le plus amoureusement près du cœur de Jésus. » Qu’en cette dernière messe avant la Sainte Cène, don du sacrement de l’amour, nous nous tenions près du Cœur de Jésus avec un grand amour.

[1] Cf. http://www.lecarmel.org/saints/saints-et-saintes/therese-des-andes~.html

Laissez un commentaire