Mai 2017 : Remercions Dieu et hâtons le triomphe du Cœur Immaculé de Marie !

Remercions Dieu, en ce mois de Marie de l’année Fatima, et hâtons le triomphe du Cœur Immaculé de Marie !

 

     Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDFTéléchargez la consigne spirituelle du mois au format RTF

                                      En cette Fête de Saint Joseph ouvrier et en ce premier jour du mois de Marie de «l’année Fatima», intensifions notre prière du rosaire pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie et la conversion de la France. Dans la conclusion de l’homélie du 13 mai 2010 à Fatima, Benoît XVI disait : « Les petits bergers sont un exemple et nous stimulent, eux qui ont fait de leur vie une offrande à Dieu et l’ont partagée avec les autres par amour de Dieu. La Vierge les a aidés à ouvrir leur cœur à l’universalité de l’amour. La Bienheureuse Jacinthe, notamment, se montrait infatigable dans le partage avec les pauvres et dans le sacrifice pour la conversion des pécheurs. Ce n’est qu’avec cet amour de fraternité et de partage, que nous réussirons à bâtir la civilisation de l’Amour et de la PaixDans sept ans, vous reviendrez ici pour célébrer le centenaire de la première visite faite par la Dame venue du Ciel ». En ce prochain 13 mai, la période des 7 années est accomplie, mais le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, lui, n’est pas pleinement réalisé. Le combat entre le Ciel et l’Enfer est encore plus intense : la paix du monde est gravement menacée ; la France, non seulement n’est pas convertie, mais elle risque de s’éloigner davantage encore de sa mission de Fille aînée de l’Eglise ; la crise de l’Eglise est bien loin d’être surmontée ! Ne nous décourageons pas, cependant, et gardons, malgré toutes les apparences contraires, l’espérance qui ne déçoit pas : Jésus, le Vivant, le Ressuscité, a vaincu la mort, Satan et le monde, Il ne nous décevra jamais. Nous croyons à ce qu’Il a dit à Ste Marguerite-Marie: « si tu crois, tu verras la Puissance de Mon Cœur ». Ne doutons pas de la prophétie de Fatima: «Finalement mon Cœur Immaculé triomphera». Elle se réalisera !

            Vivons dans la confiance ce mois de Marie du centenaire de Fatima, avec le grand désir d’imiter le cœur d’enfant des 3 enfants de Fatima et à l’école de Benoît XVI, qui disait encore, le 13 mai 2010 : «Je suis venu à Fatima pour prier, avec Marie et avec de nombreux pèlerins, pour notre humanité affligée par des détresses et des souffrances. Enfin, je suis venu à Fatima, avec les mêmes sentiments que ceux des Bienheureux François et Jacinthe et de la Servante de Dieu Lucie, pour confier à la Vierge la confession intime que ‘j’aime’ Jésus, que l’Église, que les prêtres ‘l’aiment’ et désirent garder les yeux fixés sur Lui, alors que s’achève cette Année sacerdotale, et pour confier à la protection maternelle de Marie les prêtres, les personnes consacrées, les missionnaires et tous ceux qui œuvrent pour rendre la Maison de Dieu accueillante et bienfaisante ». Offrons le chapelet du premier dimanche du mois pour la paix du monde, en communion avec Notre-Dame de l’Arche d’Alliance.

I- Avant de commencer…

Prière d’introduction :

Viens Esprit de sainteté… Notre Père… Je vous salue MarieNotre-Dame des Neiges, priez pour nous. Saint Joseph, St Athanase, Sts Jacques le mineur et Philippe, St Andéol, Ste Rosa, Bse Caroline, Ste Solange, Bse Imelda, St Pascal, Bse Blandine, St Bernardin, Ste Rita, Bse Hélène, Ste Jeanne-Antide, Ste Salomé, Ste Madeleine Sophie, St Philippe Néri, St Yves, Ste Jeanne d’Arc, Bse Elia, Bse Marie Céline, Sts Patrons et Sts Anges gardiens.

Efforts : Fidélité à la prière quotidienne du chapelet ou du rosaire et participation à la mission de l’Eglise en témoignant de Jésus ressuscité et de Son Amour.

Parole de Dieu : Ap 12, 1-11

«Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. Elle est enceinte, elle crie, dans les douleurs et la torture d’un enfantement. Un autre signe apparut dans le ciel : un grand dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes, et, sur chacune des sept têtes, un diadème. Sa queue, entraînant le tiers des étoiles du ciel, les précipita sur la terre. Le Dragon vint se poster devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance. Or, elle mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les conduisant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place, pour qu’elle y soit nourrie pendant mille deux cent soixante jours. Il y eut alors un combat dans le ciel : Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon. Le Dragon, lui aussi, combattait avec ses anges, mais il ne fut pas le plus fort ; pour eux désormais, nulle place dans le ciel. Oui, il fut rejeté, le grand Dragon, le Serpent des origines, celui qu’on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier. Il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui. Alors j’entendis dans le ciel une voix forte, qui proclamait : « Maintenant voici le salut, la puissance et le règne de notre Dieu, voici le pouvoir de son Christ ! Car il est rejeté, l’accusateur de nos frères, lui qui les accusait, jour et nuit, devant notre Dieu. Eux-mêmes l’ont vaincu par le sang de l’Agneau, par la parole dont ils furent les témoins ; détachés de leur propre vie, ils sont allés jusqu’à mourir. » (Ap 12, 1-11)

II – Approfondissement des rubriques du carnet de Cordée

            1) La première rubrique du carnet de cordée : discipline.

           Notre Fondateur, grâce au scoutisme, a toujours été exact et discipliné. Il n’était jamais en retard. Et nous ? Sommes-nous exacts en nos rendez-vous ? Sommes-nous exacts pour commencer les repas à l’heure ? Sommes-nous exacts pour la prière familiale, la Messe, les temps d’adoration ? La discipline sans agitation permet d’accomplir tous ses devoirs d’état envers Dieu, envers notre prochain et dans notre travail ou nos études.

            2) La deuxième rubrique : prévisions.

          Redécouvrons l’importance des obédiences de cordée ; des obédiences que l’on se donne en famille, dans le travail, la société ou l’Eglise. L’obédience peut permettre de se dépasser et de réaliser des actions que, seuls, on n’oserait pas entreprendre.

            3) La troisième rubrique : consigne spirituelle.       

Remercions Dieu pour les apparitions de Fatima et hâtons le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

            Informons-nous objectivement et rigoureusement sur les faits de Fatima (apparitions, événements, paroles). Les documents essentiels qui sont à notre disposition sont les quatre mémoires de Sœur Lucie et les textes du Site du Vatican sur Fatima. Nous invitons les foyers aux récollections de foyers de ce trimestre. Nous mettrons, au cours de ce mois, l’intégralité des enseignements sur notre Site. Nous vous présenterons une synthèse précise et complète sur les apparitions de Fatima, son message prophétique, la consécration de la Russie et du monde au Cœur Immaculé de Marie, le secret de Fatima en ses trois parties.

            Benoît XVI, le 13 mai 2010, disait que le message de Fatima était le plus grand message prophétique du vingtième siècle. Ne réduisons pas ce message prophétique au secret donné aux enfants par la Vierge Marie, le 13 juillet 1917 ! Le message prophétique englobe tous les évènements et toutes les paroles de la Vierge Marie à Fatima, sans oublier celles de l’ange du Portugal dans ses apparitions, qui ont précédé celles de la Vierge Marie.

            Fatima n’est pas, d’abord, la révélation de l’Enfer mais la révélation du Ciel. La Vierge Marie, lors de la première apparition, s’est présentée aux 3 enfants comme venant du Ciel et les a appelés à la rejoindre au Ciel au terme de leur vie. La Sainte Vierge a dit à François que, pour aller au Ciel, il devrait dire beaucoup de chapelets. François a obéi à sa demande : il a vraiment dit beaucoup de chapelets. Il est canonisé ce 13 mai 2017 !

            En disant aux 3 enfants, au cours de cette première apparition, qu’une jeune fille du village devait être au purgatoire jusqu’à la fin du monde, la Vierge Marie révélait ainsi que, pour aller au Ciel, il était nécessaire d’avoir un cœur pur. Le Purgatoire existe. Il est un nouveau don de Dieu, qui permet l’ultime purification avant d’être admis au Ciel. La Sainte Vierge, le 13 juillet 1917, a ensuite révélé aux enfants la réalité de l’Enfer. Les enfants ont été impressionnés par cette vision. Ils ont vu les âmes qui tombaient en Enfer et ont été très éprouvés. Pourquoi la Sainte Vierge leur a-t-elle donné cette vision ? Non pour les effrayer, c’est évident, mais pour les appeler à prier et offrir pour empêcher les âmes de tomber en Enfer. La Vierge Marie a été une mère éducatrice en appelant les enfants, en ses 6 apparitions, à prier le chapelet pour la paix et le salut des âmes.

            Fatima, c’est le rappel de vérités révélées – remises en question dans la crise de l’Eglise – : fins dernières (Ciel, Purgatoire, Enfer) et collaboration – en union à Jésus et à la Vierge Marie – au Salut des âmes et à la paix du monde par la prière du chapelet et les sacrifices. Fatima, c’est aussi l’appel à prier en réparation pour les outrages contre le Cœur Immaculé de Marie. Les enfants ont été très touchés par la tristesse de la Vierge Marie en toutes ses apparitions. Après l’apparition du 13 octobre 1917, Lucie a dit que les paroles qui restèrent le plus profondément ancrées dans son cœur furent celles par lesquelles notre sainte Mère du Ciel suppliait les hommes de ne plus peiner Notre-Seigneur trop offensé.

            Pour Benoît XVI, qui a donné l’interprétation officielle de la troisième partie du secret de Fatima, les évènements de l’histoire ne sont pas écrits à l’avance. Dieu respecte notre liberté. Par la grâce de Jésus notre Rédempteur, notre liberté « libérée » peut imiter la liberté parfaite du Cœur Immaculé de Marie et s’opposer victorieusement au pouvoir du Mal. Accueillons avec confiance le message de Fatima et ayons confiance en ses interprètes autorisés : Jean-Paul II et Benoît XVI et en son témoin privilégié : sœur Lucie.

            Puisse cette consigne spirituelle nous aider à remercier Dieu notre Père, qui a permis à la Vierge Marie d’apparaître à Fatima et de sauver l’humanité de la guerre nucléaire qui la menaçait. Notre Mère du Ciel est venue secourir ses enfants en grand danger, au début du vingtième siècle et en plein cœur de la première guerre mondiale. Elle ne s’est pas adressée aux grands de ce monde, mais à trois petits enfants qui ignoraient l’existence de la Russie et qui croyaient que la Sainte Vierge leur parlait d’une dame : Madame la Russie ! Ces trois petits enfants ont répondu avec confiance et héroïsme à tous les appels de la Vierge Marie. Le 13 août 1917, alors qu’ils étaient emprisonnés par le gouverneur anticlérical, ils ont témoigné courageusement des apparitions alors qu’ils étaient convaincus qu’ils allaient mourir, comme le gouverneur le leur avait dit avec un ton haineux. Mais ils ont préféré choisir la mort plutôt que le reniement, quel héroïsme ! Ces trois enfants ont été les prophètes du Portugal et ils sont aujourd’hui les grands prophètes de l’Eglise et du monde. Le triomphe du Cœur Immaculé de Marie est le cœur de leur message prophétique. Il n’est pas en contradiction avec la Révélation publique, close avec le dernier des apôtres, mais il est fondé dans l’Ecriture (protévangile de la Genèse [Gn3, 15], évangile de Cana [Jn2,1-11] et testament de Jésus nous donnant Sa Mère pour qu’elle soit notre Mère [Jn 19, 26-27]). Le message prophétique de Fatima est vraiment l’actualisation du chapitre 12 de l’Apocalypse. Dieu veut triompher de Satan et de toutes les forces du Mal par la collaboration du nouvel Adam et de la nouvelle Eve. Saint Irénée et d’autres Pères avaient enseigné cela (LG 56) ! Oui, remercions Dieu notre Père !

            Comment hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie ? En imitant François, Jacinthe et sœur Lucie par la fidélité au chapelet quotidien et au rosaire si nous le pouvons, par l’offrande de petits sacrifices pour le Salut des âmes (surtout l’exactitude dans notre devoir d’état). Consolons également les Cœurs de Jésus et de Marie à la suite de François et de Jacinthe. Renouvelons souvent notre consécration au Cœur Immaculé de Marie et vivifions les premiers samedis du mois. Soyons enfin les apôtres du Cœur Immaculé de Marie en faisant connaître les demandes de Notre-Dame de Fatima. Ainsi, nous hâterons le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Cette mission devrait nous enthousiasmer !

            4) La quatrième rubrique : formation. Connaître le message de Fatima

      Comme rappelé ci-dessus, prenons à cœur de nous informer objectivement et rigoureusement sur les faits de Fatima (apparitions, événements, paroles) pour mieux répondre aux appels de Notre-Dame.

            5) La cinquième rubrique : action : le missionnaire : contemplatif en action (JP II) !

           Ce temps pascal qui nous prépare à la Pentecôte doit être missionnaire. Mais la mission, ne l’oublions pas, doit être fécondée par l’activité intérieure intense. Sans activité intérieure, l’apostolat devient activisme stérile. Saint Jean-Paul II invitait les consacrés à monter, chaque jour, sur le Mont Tabor pour contempler Jésus avant d’aller le porter aux hommes de leur temps. Le missionnaire doit être un contemplatif en action, disait-il dans son Encyclique sur la mission (Redemptoris missio n°91). Voici comment notre Père Fondateur concevait notre mission en 1948: «À la base, il y a la mission de former des apôtres, plus spécialement des apôtres de l’Amour. Nous avons réfléchi à tout ce que cela comportait et souligné les exigences d’activité intérieure beaucoup plus que d’activité apostolique, mais que pourtant il fallait les deux. Nous avons vu combien il fallait un esprit de famille. Et, dans cet esprit de famille, le Foyer devait vivre l’amour filial et fraternel et comporter la capacité et le dévouement pour soigner ses membres malades. Nous avons médité sur la souffrance qui faisait de Mère Marie-Augusta la mère dans l’enfantement de ses filles et de ses fils futurs. Nous avons chanté le Cantique de l’Amour, l’Amour qui doit nous rendre fous, fous de Jésus et de sa Croix. Nous avons compris la beauté du martyre où l’on donne sa vie pour réaliser le plus grand amour à l’imitation du Sauveur Bien-Aimé. Et, sans rester dans une vue étroite du martyre, nous avons mieux compris que le martyre essentiel et celui que Dieu désire par-dessus tout de nous, c’était le martyre du cœur. C’est cela qui est source de la plus grande fécondité de notre vie et de notre mission, fécondité éternelle »

 

En union  avec Mère Magdeleine et nos frères et sœurs, je vous assure de nos prières et de notre affection et je confie à vos prières nos intentions : les vocations, le sanctuaire et notre développement dans la fidélité à l’esprit de nos Fondateurs. Continuons sans nous lasser à prier et offrir pour la France, Fille aînée de l’Eglise.                               

 

Père Bernard

Laissez un commentaire