Marchons à la suite des saints !

16 mai 2017 : Saint Possidius (Fr. Clément-Marie)

Possidius est l’un des plus célèbres disciples de saint Augustin. Il rejoignit la communauté monastique de saint Augustin à Hippone vers 391. Parmi ces moines, dix seront nommés évêques en Afrique du Nord. Possidius en fait partie, et fut élu en 397 évêque de Calame, ville de Numidie. Mais il conservera des contacts réguliers avec saint Augustin. Les Donatistes et les païens lui causèrent de nombreuses difficultés. Les premiers, s’étant ligués contre lui en 404, le chassèrent de sa maison, le traitèrent cruellement, et en vinrent presque jusqu’à lui ôter la vie. Il demanda ensuite leur grâce à l’empereur.

Quatre ans après, les païens, ayant célébré leur fête sacrilège du premier jour de juin, eurent l’insolence de danser autour de l’église, d’y jeter des pierres et d’y mettre le feu. Ils blessèrent plusieurs ecclésiastiques, en tuèrent un, et auraient traité les autres de la même manière s’ils n’avaient pris la fuite. Ceux des païens qui n’avaient pas pris part à ces excès eurent peur d’être traités comme les coupables. C’est pourquoi Nectaire, leur chef, écrivit à saint Augustin, pour le prier d’intervenir en leur faveur auprès de l’empereur. Il se fondait principalement, dans sa lettre, sur l’obligation où étaient les pasteurs chrétiens de se consacrer aux œuvres de miséricorde, et de montrer qu’ils sont des anges de paix ! Possidius intercéda lui aussi pour les coupables, de sorte que l’empereur exigea que l’on brise les idoles des païens, et qu’à l’avenir il ne leur serait plus permis ni d’offrir de sacrifices, ni de célébrer leurs fêtes superstitieuses.

Lorsqu’on apporta les reliques de saint Étienne en Afrique, vers l’an 415, Possidius en obtint une partie pour son Église de Calame. Saint Augustin raconte qu’il s’opéra alors plusieurs miracles par la vertu de ces reliques. Possidius établit aussi dans son diocèse des religieux, selon la règle monastique instituée par saint Augustin. En 411, Possidius, avec Augustin et Alypius, fut choisi pour représenter les 266 évêques catholiques à la grande conférence entre les Catholiques et Donatistes, qui se tint à Carthage. La conférence fut un grand succès pour l’Église : beaucoup de disciples donatistes se convertirent. Possidius, dans sa biographie d’Augustin, attribue à son ami cette victoire. L’invasion des Vandales mit à rude épreuve la patience et le zèle de saint Possidius. Ces barbares, accoutumés depuis longtemps au carnage, passèrent d’Espagne en Afrique, au nombre de quatre-vingt mille. Ils se rendirent maîtres de la Mauritanie, de la Numidie, et de la province proconsulaire. Il n’y eut que trois places qui leur résistèrent : Carthage, Cirte et Hippone. Ils pillèrent tout le pays et toutes les villes qui se trouvèrent sur leur passage. Calame fut entièrement ruinée.

Durant la fureur de la guerre, Possidius se retira à Hippone, il y ferma les yeux à saint Augustin, qui mourut en 430, pendant le siège de la ville, qui peu après tomba entre les mains des barbares. Possidius retourna à Calame. Mais il fut exilé en 437 par le roi Genséric, qui voulut imposer l’arianisme dans les territoires conquis. En exil, Possidius achève la rédaction de « La Vie de saint Augustin » à laquelle il joignit le catalogue de ses ouvrages. Il mourut peu après, mais on ignore la date précise, comme le lieu. Les Italiens prétendent que saint Possidius passa d’Afrique en Italie, et qu’il mourut à la Mirandole. Cette ville, ainsi que celle de Reggio, l’honorent comme leur patron.

Possidius fut donc un disciple de saint Augustin, et a marché sur ses traces. Il explique dans sa vie de saint Augustin, que ce dernier reste toujours vivant à travers ses écrits, qui sont bénéfiques pour ceux qui les lisent, même si, ajoute-t-il, « je crois que ceux qui purent le voir et l’écouter quand il parlait en personne à l’église ont pu davantage tirer profit de son contact, et surtout ceux qui parmi les fidèles partagèrent sa vie quotidienne. »[1]

Que l’empressement de saint Possidius à suivre son ami dans la sainteté nous aide, en cette année des saints, à marcher nous aussi sur les traces de cette nuée immense de témoins.

[1] Vita Augustini, 31

Laissez un commentaire