Mystère de notre victoire sur les puissances du Mal…

24 mai 2017 : Solennité de l’Ascension (P. Bernard)

Vivons dans la joie la Fête de l’Ascension, qui nous fait entrer dans la grande neuvaine de Pentecôte. L’Ascension n’est pas le «départ» de Jésus vers un astre lointain, disait Benoît XVI, c’est le mystère de notre victoire sur les puissances du Mal qui avaient réussi à entraîner l’humanité dans la désobéissance à Dieu et dans la privation du Ciel et du Bonheur éternel dans la Vérité et l’Amour. L’Ascension est donc un mystère de joie et de grande espérance : le Ciel fermé à Adam et Eve et à leurs descendants est aujourd’hui ouvert par l’Ascension de Jésus ressuscité ! Le témoignage des lectures que nous venons d’entendre est significatif : l’Ascension ne produit pas la tristesse chez les disciples mais la joie. Partageons en ce jour la joie des habitants du Ciel, vivons dans la joie, témoignons de cette joie ! Un jour, nous aussi, nous goûterons la joie du Ciel ! Le mystère de l’Ascension éclaire le mystère de notre vie : notre vie ne se terminera pas au jour de notre mort. L’homme a été créé par Dieu pour la Vie éternelle en Dieu ! Vivons cette vie terrestre comme une vie avec Jésus ressuscité.

            Saint Luc, dans les Actes des apôtres, décrit avec précision et fidélité l’évènement de ce jour. L’Ascension est un fait réel, constaté par des témoins véridiques et crédibles. L’évangéliste Saint Matthieu nous rapporte les paroles que Jésus adressa à ses disciples avant l’Ascension sur une autre montagne que celle de l’Ascension à Jérusalem (le Mont des Oliviers) : une  montagne de Galilée. Les paroles que Jésus a adressées à ses disciples sur cette montagne de Galilée sont fondamentales pour la Mission de l’Eglise :

– « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre ! ». Jésus est le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, le Fils unique de Dieu. Son Père Lui a donné tout pouvoir sur les anges et sur les hommes. Il a donc l’autorité pour commander à ses apôtres et les envoyer en mission.

– « Allez donc ! » Ces paroles nous sont tellement familières que nous risquons de ne plus y faire attention ! A la fin de la Messe, le diacre dit : « Allez dans la paix du Christ ». Ce verbe « aller » ne signifie pas : la Messe est finie, repartez chez vous tranquillement dans la paix de Jésus. Il s’agit d’un envoi, qui ressemble à l’envoi en mission des disciples. Jésus, avant de monter au Ciel, veut dire à ses disciples : ne restez pas repliés sur vous à Jérusalem mais sortez pour aller porter la bonne nouvelle de l’évangile, parcourez le monde !

– « De toutes les nations faites des disciples ». La mission de l’Eglise est universelle, elle ne concerne pas seulement le Peuple de Dieu : Israël, mais toutes les Nations. La mission n’est pas seulement l’annonce de la parole. Jésus demande à ses apôtres de faire des disciples. Être disciples c’est suivre Jésus !

« Et moi, je suis avec vous, tous les jours jusqu’à la fin du monde ». Jésus veut donner confiance à ses apôtres. Partout où ils iront, Il sera avec eux. Alors, pourquoi avoir peur d’évangéliser ? Pourquoi avoir peur de témoigner de Jésus ? Croyons-nous oui ou non à l’évangile ? St Paul y a cru : «Ma vie, c’est le Christ ». Il savait que Jésus vivait en lui ! Aussi, rien n’a pu l’arrêter. Il est le plus grand apôtre missionnaire de tous les temps !

Ce même apôtre, dans la deuxième lecture, nous appelait à l’espérance : Jésus siège à la droite de son Père, tout Lui est soumis. Ne doutons jamais de la Puissance du Cœur de Jésus ! Saint Paul nous invite aussi, en ce Jeudi de l’Ascension, à mieux comprendre le mystère de l’Eglise. Sur le chemin de Damas, Saul, le persécuteur, a rencontré Jésus ressuscité qui lui a dit : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » Saul, pourtant, ne persécutait pas Jésus ! Cette rencontre avec Jésus ressuscité a bouleversé sa vie. Il a compris que Jésus et les chrétiens c’est tout UN ! En persécutant les chrétiens, c’est Jésus Lui-même qu’il persécutait ! Saul devenu Paul sera le premier grand théologien du mystère de l’Eglise. Le premier, il enseignera que l’Eglise est le Corps du Christ. Jésus est la Tête de ce Corps dont nous sommes les membres. Le Fils de Dieu s’est fait homme afin que nous devenions en Lui des fils et des filles de Dieu, rassemblés en un seul Corps : l’Eglise. Réjouissons-nous, disait St Léon le Grand : nous sommes devenus le Christ ! Pouvons-nous dire : nous sommes devenus le Christ ? Oui, nous le pouvons. C’est un Saint Pape, docteur de l’Eglise, grand théologien qui nous le dit ! Puisse le nouveau Cénacle de l’Eglise qui s’ouvre, ce soir, nous permettre de mieux vivre les derniers jours du mois de Marie, en communion avec la Mère de l’Eglise et notre Mère et nous aider à nous préparer à la Fête de Pentecôte. Que Sainte Madeleine Sophie, que nous fêtons en ce jour, soit notre modèle pour évangéliser sans peur et avec zèle. Rien ne l’arrêter ! Le diocèse de Paris la présente ainsi : « Bourguignonne, femme courageuse, à la foi vive, à la culture peu commune, ouverte aux besoins de son temps – fondatrice de la Société du Sacré-Cœur… Madeleine-Sophie passe son temps sur les routes pour fonder et visiter ». Pour conclure, nous pourrions résumer ainsi le mystère de l’Ascension : ce mystère révèle l’identité du chrétien. Il vit en ce monde, il travaille, il participe à la vie de son pays, mais sa Tête est au Ciel où Jésus lui prépare une place. Mais le chrétien, qui a la Tête au Ciel, ne doit pas oublier qu’il a les pieds sur terre !

Laissez un commentaire