Croyons-nous que Jésus est présent avec Son Corps, Son Sang, Son Âme et Sa Divinité dans le Saint Sacrement ?

Homélie de la solennité du Saint Sacrement, 18 juin 2017 (P. Bernard)

 

Bien chers amis, la première lecture de cette solennité du St Sacrement parle du long séjour du Peuple de Dieu au désert pendant 40 années. Ce temps a été un temps d’épreuves, mais aussi de plus grande proximité avec Dieu. Le Peuple n’a jamais manqué d’eau et a toujours été rassasié par la manne, nourriture mystérieuse qui annonçait l’Eucharistie ! Jésus, dans l’évangile, parle à ses contemporains de la manne dont leurs pères se sont nourris. Cette manne les a nourris mais ne les a pas empêchés de mourir. Notre Seigneur leur révèle qu’Il va leur donner en nourriture le pain vivant, qui est bien supérieur à la manne et qui permettra de vivre éternellement ! Lorsque Jésus déclare : « le pain que je donnerai c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie », cette révélation suscite murmures et oppositions chez ses adversaires, et désertions de la plupart de ses disciples. Le scandale est à son comble lorsque Notre-Seigneur proclame : «Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez pas mon sang, vous n’aurez pas la vie en vous » ! Les auditeurs ont bien compris ce que Jésus veut dire : « comment cet homme-là peut Il nous donner sa chair à manger ? » Beaucoup de disciples scandalisés prennent la décision de ne plus suivre Jésus. Quelle souffrance pour le Cœur de Jésus ! Pierre n’a pas compris, c’est évident, comment il mangerait la chair de Jésus et comment il boirait son sang, mais il Lui a fait totale confiance : Jésus a les paroles de la vie éternelle. Et nous ? Croyons-nous que Jésus est présent avec Son Corps, Son Sang, Son Âme et Sa Divinité dans le St-Sacrement ? Nous vivons le temps de la grande apostasie, disait le Cœur Immaculé de Marie à Don Gobbi. Beaucoup de baptisés ne participent plus à la Messe dominicale, ne font plus leur pâque, ne se soucient plus du Salut de leur âme. Leur foi attiédie risque d’être éteinte du fait de la grave crise de l’Eglise, qui n’est toujours pas surmontée. Des théologiens et exégètes ne croient plus que la Messe est le Saint-Sacrifice sacramentel qui actualise le Sacrifice de la Croix. Mais si la Messe n’est qu’un mémorial de la pâque juive accomplie par Jésus, le Saint-Sacrement n’est plus qu’un symbole. S’il en est ainsi, les adorations du Saint-Sacrement n’ont plus de sens ! Paul VI souffrait, en 1968, de cette grave crise de la Foi. Dans le Credo du Peuple de Dieu, qu’il promulguait le 29 juin 1968, il proclamait avec conviction : Nous croyons que le pain et le vin consacrés par le prêtre sont changés au corps et au sang du Christ glorieux siégeant au ciel. L’unique et indivisible existence du Seigneur glorieux au ciel n’est pas multipliée, elle est rendue présente par le sacrement dans les multiples lieux de la terre où la messe est célébrée. Et elle demeure présente, après le sacrifice, dans le Saint Sacrement, qui est, au tabernacle, le cœur vivant de chacune de nos églises. Et c’est pour nous un devoir très doux d’honorer et d’adorer dans la sainte hostie, que nos yeux voient, le Verbe incarné qu’ils ne peuvent pas voir et qui, sans quitter le ciel, s’est rendu présent devant nous. Puissent ces paroles de Paul VI nous aider à rendre à Jésus, Notre-Seigneur et Notre-Dieu, le vrai culte d’adoration amoureuse que nous lui devons ! Fleurissons nos tabernacles, qu’ils soient beaux et bien ornés : ils gardent le Saint-Sacrement, le coeur vivant de nos églises : Jésus Hostie ! Remercions notre Père Fondateur et Mère Marie Augusta d’avoir fait de l’autel du Saint-Sacrement le centre et le lieu le plus en vue de notre église. Nous pouvons dire avec grande joie qu’en cette église de St-Pierre, le Coeur Vivant de Jésus rayonne en vérité sur tous ceux qui y pénètrent ! Les paroles de Saint Paul soulignent, enfin, l’effet de la communion eucharistique : nous devenons un seul Corps par la communion au Corps du Christ. Les Pères de l’Eglise disaient : l’Eglise fait l’Eucharistie et l’Eucharistie fait l’Eglise. Comprenons l’importance et la nécessité de la communion pour grandir en sainteté. Les Saints sont tous des Saints de l’Eucharistie. Le Saint-Sacrement féconde aussi la Mission de l’Eglise. Pour le Concile Vatican II, la Liturgie est la Source et le Sommet de toutes les activités de l’Eglise. Qu’il en soit ainsi pour notre vie ! Ne nous contentons pas d’une communion par an, ni d’une communion par semaine mais ayons faim et soif de recevoir Jésus chaque jour si nous le pouvons. Que Notre-Dame des Neiges nous aide à préparer nos cœurs à recevoir Jésus, à vivre de Jésus et à aimer Jésus ! Préparons bien notre journée de pèlerinage de dimanche prochain en l’honneur du Sacré Cœur, mais aussi en l’honneur du Saint-Sacrement avec la grande procession qui aura lieu après la Messe. Puisse cette procession être vraiment notre Fête-Dieu ! Elle le sera si elle est préparée. Merci à ceux qui nous donneront des pétales de roses pour rendre honneur à Jésus Hostie. Merci aux enfants qui jetteront ces pétales de roses devant Jésus. Merci à vous tous de bien donner à Jésus, dimanche prochain, une réparation d’amour. Cet après-midi, à partir de 13h30, le St Sacrement sera exposé. Nous vous invitons à venir prendre un petit moment pour adorer Jésus et pour Le consoler. Prions-Le pour la France, pour l’Europe, le monde et l’Eglise et demandons-Lui que vienne enfin bientôt le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Viens Jésus, viens rallumer le Feu de Ton Amour en tant de cœurs de baptisés endormis !

Laissez un commentaire