Hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie pour demeurer dans l’espérance malgré le déchainement du Mal

Récollection de Foyers du deuxième trimestre 2017. Famille Missionnaire de Notre-Dame.
Le message prophétique de Fatima

3e enseignement

Retrouvez la vidéo de l’enseignement sur notre page spéciale « Fatima » !

Notre Père Fondateur disait, le 15 décembre 1946, dimanche où était bénie la statue de Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre-de-Colombier : « Pour nous, Marie au Cœur Immaculé est celle qui triomphera du mal et du Malin d’une façon très évidente et glorieuse en notre temps et obtiendra un grand renouveau chrétien, une nouvelle Pentecôte, après cette très grave crise de l’Eglise et des mœurs que nous vivons : « Finalement mon Cœur triomphera« , a-t-elle déclaré aux enfants de Fatima. Nous sommes bien persuadés que notre Famille Missionnaire de Notre-Dame des Neiges participera, sous sa protection et avec son appui, à ce renouveau. Nous pensons que notre Maison centrale de Saint-Pierre-de-Colombier et ses maisons, à travers le monde, seront des centres de dévotion et d’éducation spirituelle, des instruments que nous espérons dociles et fervents pour le Cœur Immaculé de Marie. Il nous semble que Saint-Pierre-de-Colombier accueillera de plus en plus de pèlerins de Notre-Dame des Neiges, surtout des prêtres, des religieux, des religieuses, des pères et mères de famille. Il paraît logique de croire que notre église paroissiale de Saint-Pierre et Saint-Paul sera insuffisante et qu’il faudra bien construire un sanctuaire plus important, dédié à Notre-Dame des Neiges. Et il pourra être le point de départ des processions jusqu’à la statue ». Notre Père Fondateur identifiait le vocable Notre-Dame des Neiges à Cœur Immaculé de Marie. Il est remarquable qu’en 1946, alors que le message de Fatima était si peu connu en France, qu’il ait eu le grand désir de répondre aux appels du Cœur Immaculé de Marie à Fatima.

            La question toujours controversée de la troisième partie du secret de Fatima

            Nous désirons, en cette récollection, vous donner tous les éléments sur Fatima.

Nous avons déjà parlé de la première polémique actuelle concernant Fatima : la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Nous considérons, redisons-le, avec Saint Jean-Paul II et Sœur Lucie que cette consécration a été agréée par le Ciel.

La deuxième polémique concerne la troisième partie du secret de Fatima. Nous vous avons déjà cité un extrait de l’interprétation autorisée, donnée par le Cardinal Joseph Ratzinger. Le Vatican a-t-il caché une partie du secret, comme le prétendent ceux qui affirment que le secret de Fatima n’est pas encore intégralement révélé ? Nous n’avons ni l’autorité, ni les éléments, pour répondre à cette question, mais nous continuons à faire confiance à Jean-Paul II et au Cardinal Joseph Ratzinger, qui avait donné un commentaire officiel de la troisième partie du secret de Fatima. Sœur Lucie a eu connaissance, c’est évident, de son texte manuscrit qui a été révélé et de son interprétation par le Cardinal Ratzinger. Si elle avait considéré que la troisième partie du secret, révélé par le Vatican, était faux ou incomplet, elle l’aurait dit à Jean-Paul II, avec la liberté de parole qui la caractérisait. Voici ce qui se rapporte à la troisième partie de ce secret et qui vient d’être publié par les Carmélites de Coïmbra dans le livre « Mon Chemin » : sœur Lucie a enduré un grand combat spirituel pour écrire cette troisième partie du secret. Chaque fois qu’elle prenait le crayon pour l’écrire, sa main était prise de tremblement, mais si elle écrivait autre chose, sa main redevenait ferme. Très troublée, le 3 janvier 1944, elle finit par aller devant le tabernacle et supplia Jésus de lui dire ce qu’il voulait d’elle. Une nouvelle fois, elle sentit sur son épaule une main affectueuse et maternelle et, levant les yeux, elle vit Notre-Dame qui lui dit : « Ne crains pas, Dieu a voulu éprouver ton obéissance, ta foi et ton humilité, sois en paix et écris ce qu’ils t’ordonnent, mais pas ce qu’il t’a été donné de comprendre de sa signification. Après l’avoir écrit, enferme-le dans une enveloppe, ferme-la et scelle-la et écris à l’extérieur qu’elle ne peut être ouvert qu’en 1960 par le cardinal Patriarche de Lisbonne ou par l’évêque de Leiria. » Ainsi, la date de 1960, écrite par Sœur Lucie sur l’enveloppe, vient de la Ste Vierge, qui lui montra ensuite à nouveau la vision du 13 juillet 1917, mais cette fois avec ce qui devait arriver si l’on ne répondait pas à ses demandes : « Je me sentis l’esprit inondé par un mystère de lumière qui est Dieu, et en Lui je vis et j’entendis, – la pointe de la lance, comme une flamme qui s’allonge, touche l’axe de la terre, – Elle tremble : montagnes, cités, villes et villages avec leurs habitants sont ensevelis. La mer, les fleuves et les nuages sortent de leurs limites, débordent, inondent et emportent avec eux dans un tourbillon, un nombre incalculable d’habitations et de personnes; c’est la purification du monde du péché dans lequel il s’est immergé. La haine, l’ambition provoquent la guerre destructrice ! Puis j’entendis dans le battement accéléré de mon cœur et dans mon esprit l’écho d’une voix suave qui disait : ‘Dans le temps [ici-bas], une seule foi, un seul baptême, une seule Eglise, sainte, catholique, apostolique. Dans l’éternité, le ciel !’ Ce mot ‘ciel’ remplit mon âme de paix et de bonheur, de telle manière que presque sans m’en rendre compte, je restais à répéter pendant un long moment : le ciel ! le ciel ! Dès que fut passée la force puissante du surnaturel, je me mis à écrire et je le fis sans difficulté, le 3 janvier 1944, appuyée sur le lit qui me servait de table. » Ce témoignage inédit ne contredit absolument pas l’interprétation officielle du Cardinal Joseph Ratzinger de la troisième partie du secret. Elle confirme que la troisième partie est une vision symbolique : « écris ce qu’ils t’ordonnent, mais pas ce qu’il t’a été donné de comprendre de sa signification ». Sœur Lucie a rapporté seulement, dans son écrit, la vision telle qu’elle l’a vue sans interprétation. Jean-Paul II comprenait que la révélation de la troisième partie du secret devait être accompagnée d’une interprétation officielle de l’Eglise. Nous avons confiance en Jean-Paul II et en Joseph Ratzinger-Benoît XVI, qui affirme dans l’introduction de son texte que le texte de sœur Lucie est publié dans son intégralité. En un autre passage, Joseph Ratzinger le redit encore. Nous ne pouvons donc pas douter de sa parole : le secret a été publié dans son intégralité !

Interpréter une vision symbolique, composée de divers tableaux et décrivant des évènements du vingtième siècle et des premières années du troisième millénaire, était un travail bien difficile ! Joseph Ratzinger en était bien conscient. Il a, cependant, obéi à Jean-Paul II et donné un texte remarquable que nous vous invitons à télécharger sur le Site du Vatican et à approfondir. Il disait au terme de sa laborieuse étude : « Ceux qui attendaient des révélations apocalyptiques excitantes sur la fin du monde et sur le cours futur de l’histoire seront déçus. Fatima n’offre pas de telles satisfactions à notre curiosité, comme du reste en général la foi chrétienne ne veut pas et ne peut pas être une pâture pour notre curiosité. Ce qui reste, nous l’avons vu dès le début de notre réflexion sur le texte du « secret »: l’exhortation à la prière comme chemin pour le « salut des âmes » et, dans le même sens, l’appel à la pénitence et à la conversion. » Il rappelait ensuite une autre parole clé du « secret » est : « Mon Cœur Immaculé triomphera » et il concluait ainsi : « la liberté pour le mal n’a plus le dernier mot. Depuis lors, s’imposent les paroles : « Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance ; moi je suis vainqueur du monde. Le message de Fatima nous invite à nous fier à cette promesse ».

La troisième partie du secret de Fatima est donc la révélation de la fécondité du sang des très nombreux martyrs du vingtième siècle dont celui des Papes. Les martyrs ne sont pas les vaincus mais les vainqueurs par leur union à la Croix de Jésus. Leur sang prépare l’accomplissement du triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Fatima est donc bien une prophétie de bonheur et non de malheur ! Le prophète, dans la Bible, n’est pas « Madame Soleil », redisons-le encore. Il est prophète, parce qu’il parle au Nom de Dieu pour redire les exigences de Dieu en vue de la conversion et de la Vie éternelle et pour rappeler aussi la victoire du Christ sur toutes les forces du mal. La Vierge Marie exerce, en ses apparitions, le charisme des grands prophètes de l’Ancien Testament. Le message de Fatima révèle aussi le plan de Dieu pour notre temps : triompher de Satan et instaurer le temps de paix et la civilisation de l’amour par le Cœur Immaculé de Marie. Le triomphe du Cœur Immaculé de Marie ne nuit en rien en l’unicité du Salut dans le Christ. C’est Dieu qui veut triompher de Satan par le Cœur Immaculé de Marie, mais ce triomphe, bien évidemment, n’est possible que parce que le Christ, unique Rédempteur, fait participer la Vierge Marie, Sa Mère, à Sa Mission de Rédempteur. La Croix de Jésus, dans la vision symbolique de la troisième partie du secret de Fatima, est au sommet de la montagne que gravit péniblement le Pape qui va tomber sous le coup d’une arme à feu.

Comment hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie ? Répétons-nous encore : par la prière du chapelet quotidien en famille, la consécration au Cœur Immaculé de Marie, le développement de la dévotion des premiers samedis du mois. Soyons les apôtres du Cœur Immaculé de Marie et n’ayons pas peur de rencontrer évêques, prêtres, consacrés et laïcs pour leur découvrir les conditions demandées par le Ciel pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Soyons aussi persévérants que notre Fondateur qui, pendant des années, s’est dépensé pour le développement des premiers samedis du mois sans voir de grands fruits. Aujourd’hui nous constatons les fruits de son action et de sa souffrance : en tous nos Foyers de la Bretagne à l’Alsace, de Lourdes à Rome, les premiers samedis du mois se développent. Soyons déterminés !

            Hâter ce triomphe, c’est vouloir l’accomplissement des prophéties de l’Ecriture Sainte

Le grand message prophétique de Fatima n’est pas en contradiction avec l’Ecriture Sainte, mais il trouve son fondement dans la Révélation elle-même. Il n’est pas une nouveauté, mais un accomplissement ! Après le péché originel, Dieu déclare dans le livre de la Genèse que la Femme et sa descendance écraseront la tête du serpent. Jésus, à Cana et sur la Croix, révèle en appelant sa Mère : «Femme» qu’elle est la Femme de la Genèse qui doit avec Lui, l’unique Rédempteur, écraser la tête du serpent des origines : Satan. Dans le chapitre 12 de l’Apocalypse, Saint Jean parle du grand combat entre la Femme, vêtue du soleil, et le Dragon rouge. Le triomphe du Cœur Immaculé de Marie est donc le triomphe de la Femme, révélé dans la Bible sur Lucifer et les anges révoltés. Satan, se cachant sous la forme du serpent, avait triomphé de l’homme par la femme. Dieu veut triompher de Satan par la Femme, la Vierge Marie.

Hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, c’est prier et agir pour vaincre le Mal

Saint Jean-Paul II, dans l’Encyclique sur la vie en 1995, avait parlé du grand obscurcissement des consciences : le mal est appelé bien ! L’Etat Français, nous en avons parlé dans nos deux précédentes récollections, a promulgué plusieurs lois contraires à la Loi naturelle. L’amour défiguré, la vie désacralisé, la famille déconstruite, c’est le triomphe de Satan, le triomphe du Mal ! La guerre contre l’enfant avec le crime légal de 2 milliards d’innocents, c’est le triomphe de Satan, le triomphe du Mal. La pornographie et la drogue, qui tuent des centaines de milliers d’âmes, c’est le triomphe de Satan, le triomphe du Mal. L’Argent et le Sport divinisé, qui engendrent violences et injustices, c’est le triomphe de Satan et le triomphe du Mal. L’euthanasie et la culture du rejet, c’est le triomphe de Satan et le triomphe du Mal. La France, l’Europe et le monde souffrent de l’éclipse de Dieu et du règne de Satan. Jean-Paul II, après son voyage apostolique européen à Strasbourg en octobre 1988, avait tracé le programme en vue de la fidélité retrouvée de l’Europe à ses racines chrétiennes : combattre la déchristianisation et reformer les consciences à la lumière de l’évangile du Christ, c’est œuvrer pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Soyons courageux pour aller à contre-courant et pour oser demander l’abolition des lois contraires à la Loi naturelle.

Désirer le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, c’est désirer le triomphe sur Satan

La vision reçue par le Pape Léon XIII, le 13 octobre 1884, ne concernait pas directement le Cœur Immaculé de Marie, mais la date de cette vision nous a interpelés : 13 octobre 1884. 33 ans jour pour jour avec la dernière grande apparition du 13 octobre 1917 !!! Léon XIII venait de finir la célébration de la Sainte Messe dans sa chapelle du Vatican. Il resta alors immobile pendant 10 minutes, puis se précipita vers ses bureaux sans donner la moindre explication à ses proches qui l’ont vu devenir livide. Il composa aussitôt une prière à Saint Michel Archange, avec instruction qu’elle soit récitée partout après chaque Messe basse. Plus tard, le Pape donna son témoignage : « Après la Messe, j’entendis deux voix ; une douce et bonne, l’autre gutturale et dure ; il semblait qu’elles venaient d’à côté du tabernacle. Il s’agissait du démon qui s’adressait au Seigneur, comme dans un dialogue. Voici ce que j’ai entendu » : – La voix gutturale, la voix de Satan dans son orgueil, criant au Seigneur : « Je peux détruire ton Eglise ». – La voix douce du Seigneur : « Tu peux ? Alors, fais le donc ». – Satan : « Pour cela, j’ai besoin de plus de temps et de pouvoir ». – Notre Seigneur : «Notre Seigneur : « Combien de temps ? Combien de pouvoir ? » – Satan : « 75 à 100 ans et un plus grand pouvoir sur ceux qui se mettent à mon service ». -Notre Seigneur : « Tu as le temps, tu auras le pouvoir. Fais avec cela ce que tu veux » (Site : DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE). Si Jésus a donné cette permission à Satan, c’est parce qu’Il avait en vue un plus grand bien : le triomphe du Cœur Immaculé de Marie ! Jésus, bien évidemment, a caché cela à Satan, mais à présent Satan connaît le message de Fatima. Il sait que le grand miracle de Fatima est arrivé le 13 octobre 1917, 33 ans jour pour jour après le défi lancé par Satan à Jésus !!! Dans son orgueil démesuré, Satan pense toujours qu’il remportera la victoire. Mais il sera vaincu, disait notre Fondateur, par celle qui triomphera du mal et du Malin d’une façon très évidente et glorieuse ! Le 13 octobre 2017, cela fera 133 ans que le défi de Satan contre Jésus et son Eglise a été lancé !

Désirer le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, c’est désirer le grand renouveau chrétien, le grand retour de Dieu dans le cœur des hommes, la nouvelle Pentecôte, la conversion de la France.

La Sainte Vierge a annoncé les apôtres des derniers temps à Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, à La Salette et à Don Stefano Gobbi. Ces apôtres des derniers temps devaient prêcher l’évangile, une croix dans la main, le chapelet dans l’autre et être les petits instruments du Cœur Immaculé de Marie par qui viendrait le grand renouveau. Attention, cependant, les apôtres des derniers temps que la Vierge Marie a appelés à La Salette doivent être humbles, petits, pauvres par l’Esprit, chastes. Le 8 juin 1991, le Cœur Immaculé de Marie inspirait ce message à Don Gobbi : « Comme apôtres des derniers temps, vous devez suivre Jésus sur la route du mépris du monde et de vous-mêmes, de l’humilité, de la prière, de la pauvreté, du silence, de la mortification, de la charité, d’une plus profonde union à Dieu. Vous êtes méconnus et méprisés par le monde et par tous ceux qui vous entourent, souvent vous êtes contrés, marginalisés et persécutés, parce que cette souffrance est nécessaire à la fécondité de votre mission même. Comme apôtres des derniers temps, vous devez maintenant illuminer la terre avec la lumière du Christ. Montrez-vous à tous comme mes enfants, parce que Je suis toujours avec vous. Que la foi soit la lumière qui vous illumine, en ces jours d’apostasie et de grande obscurité, et que vous consume seulement le zèle pour la gloire de mon Fils Jésus, en ces temps d’une si vaste infidélité. » Benoît XVI, en repartant de Lourdes, le 15 septembre 2008, avait dit : les temps étaient propices à un retour à Dieu. Le Cardinal Sarah parcourt la France pour appeler à la conversion la Fille aînée de l’Eglise. Rien n’est perdu, le Cœur Immaculé de Marie, comme à La Salette, nous appelle.  Répondons lui : « présent » et soyons déterminés.

Désirer le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, c’est désirer le renouveau de l’Eglise.

Notre Fondateur a souvent parlé de la très grave crise de l’Eglise et des mœurs. Don Stefano Gobbi a, quant à lui, parlé de la grande apostasie. Ne nous effrayons pas de la grande tempête qui menace, mais, après la tempête et les châtiments que Dieu pourrait permettre viendra le grand renouveau. Jésus n’abandonnera jamais Son Eglise. Ayons confiance même si beaucoup de vérités de la Foi sont remises en question aujourd’hui à l’intérieur même de notre Eglise. Par cette locution donnée à Don Gobbi en juin 1989, le Cœur Immaculé de Marie nous appelait au courage : « Combattez avec Moi, petits enfants, contre le Dragon, qui cherche à dresser toute l’humanité contre Dieu. Combattez avec Moi, petits enfants, contre la Bête noire, la Franc maçonnerie, qui veut conduire les âmes à la perdition. Combattez avec Moi, petits enfants, contre la Bête semblable à un agneau, la Franc maçonnerie qui s’est infiltrée à l’intérieur de la vie ecclésiale pour détruire le Christ et l’Église. Et pour atteindre ce but, elle veut construire une nouvelle idole, c’est à dire un faux Christ et une fausse Église. Elle cherche à obscurcir sa divine Parole par des interprétations naturelles et rationalistes, et dans la tentative de la rendre plus compréhensive et mieux écoutée, elle la vie de tout contenu surnaturel. Ainsi les erreurs se répandent partout dans l’Eglise Catholique elle-même ; à cause de la diffusion de ces erreurs, beaucoup aujourd’hui s’éloignent de la vraie foi, réalisant ainsi la prophétie que Je vous ai faite à Fatima : « Des temps viendront où beaucoup perdront la vraie foi. La perte de la foi est une apostasie. La Franc maçonnerie ecclésiastique agit de manière sournoise et diabolique pour conduire tout le monde à l’apostasie. Elle cherche de tant de manières sournoises, à attaquer la piété ecclésiale envers le sacrement de l’Eucharistie. Elle en valorise seulement l’aspect de la Cène ; elle cherche à en minimiser l’aspect de Sacrifice et à nier la présence réelle et personnelle de Jésus dans les Hosties consacrées. Dans ce but ont été graduellement supprimés tous les signes extérieurs, qui manifestent la foi en la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie, comme les génuflexions, les heures d’adoration publique, la sainte coutume d’entourer le Tabernacle de lumières et de fleurs ». Le 23 novembre 1994, le Cœur Immaculé de Marie inspirait ainsi Don Gobbi à Mexico : « Que votre confiance soit grande. Je suis Maman et Je veux répandre le baume de mon amour maternel sur tous mes enfants. J’ai besoin de vous. C’est pourquoi Je vous demande de vous consacrer à mon Cœur Immaculé. Car Je veux faire de vous les instruments de ma maternelle miséricorde. Prenez dans vos bras de prêtres mes enfants les plus nécessiteux et portez-les au céleste refuge de mon Cœur Immaculé. Soutenez les faibles ; conduisez les hésitants ; convertissez les pécheurs ; guérissez les malades ; réconfortez les désespérés ; ramenez à la maison du Père les éloignés ; donnez à tous le baume de mon amour maternel et miséricordieux. Alors vous devenez les précieux instruments du triomphe de mon Cœur Immaculé dans le monde. Que votre confiance soit grande. Le triomphe de mon Cœur Immaculé est proche. Je suis consolée par la réponse d’amour et de prière que Je reçois dans cette Nation par les plus petits, les pauvres, les faibles, les humbles, les simples. Dans le cœur et dans la vie de mes petits enfants le triomphe de mon Cœur Immaculé est déjà commencé. Ce triomphe continuera de manière toujours plus forte, parce que l’Amérique latine est ma propriété, elle m’appartient et Je me manifesterai à tous comme une Mère puissante et miséricordieuse. C’est pourquoi Je vous invite à sortir de ce Cénacle dans la paix, dans la joie et dans une grande espérance. Avec toutes les personnes qui vous sont chères, avec ceux qui sont confiés à votre ministère, tous Je vous bénis au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. »

            Nous terminons nos enseignements de cette année 2016-2017 qui, nous l’espérons, vous auront aidé à vivre les temps difficiles qui sont les nôtres. Ces temps difficiles peuvent devenir des temps de grâce et nous avons vraiment confiance qu’il en sera ainsi. Au moment où nous préparions cette récollection sur Fatima, nous avons eu la visite inattendue d’un spécialiste de La Salette qui nous a fait découvrir en profondeur le message donnée par la Vierge Marie, le 19 septembre 1846 sur cette montagne. La Salette et Fatima sont vraiment en continuité. La Salette et Fatima sont des avertissements graves de notre Mère du Ciel. Ces avertissements ne sont pas en vue du malheur des hommes mais en vue de leur bonheur éternel. La Vierge Marie a pleuré à La Salette, parce que les commandements de Dieu n’étaient pas accomplis. Le Nom de Dieu était blasphémé, le dimanche n’était plus sanctifié. La Vierge Marie, dans le secret de La Salette, a parlé des graves péchés de prêtres et de consacrés, devenus « cloaques d’impureté ». Ces péchés, hélas, sont aujourd’hui révélés ! Le visage de l’Eglise est gravement déformé. Mais La Salette, comme Fatima, ne s’arrêtent pas à la dénonciation des péchés. Ils sont des appels qui rappellent l’évangile et les premiers grands appels de Jean-Baptiste et Jésus : les temps sont accomplis, le Royaume de Dieu s’est approché, convertissez-vous et croyez en l’évangile. Pour nous, l’appel le plus important de La Salette est celui-ci : « J’adresse un pressant appel à la terre ; j’appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux ; j’appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes ; j’appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin Fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit ; enfin, j’appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ … Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la terre. Allez et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous en vous pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheurs. Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l’honneur de Jésus-Christ. Combattez, enfants de lumière, vous petit nombre qui y voyez ; car voici le temps des temps, la fin des fins ». Hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie s’est s’engager pour répondre à ce grand appel de la Vierge Marie à La Salette. Notre Mère répète, plusieurs fois, le verbe : « j’appelle ». Oui, Dieu a permis à la Vierge Marie depuis la Rue du Bac d’apparaître en diverses Nations du monde pour appeler ses enfants, qui veulent devenir les vrais disciples du Dieu vivant, les vrais imitateurs du Christ, les vrais dévots, les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ. Soyons zélés pour faire connaître et aimer Jésus et son évangile. Eclairons la terre, combattons et ne regardons pas le nombre : le Cœur Immaculé de Marie triomphera par le petit troupeau de ses instruments, ayons confiance. Dieu n’a pas besoin de l’orgueil, mais de l’humilité et de la pauvreté évangélique. Sa puissance se déploie dans la faiblesse de ses instruments ! La France n’est pas encore convertie et, pour le moment, rien n’indique que la conversion est pour demain. Mais gardons confiance, la conversion viendra avec le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Retenons de cette récollection que la prophétie de Fatima ne concerne pas seulement le secret en trois parties du 13 juillet 2017. Le message prophétique de Fatima n’est pas d’abord la révélation de l’Enfer. Il est d’abord et avant tout la révélation du Ciel. La Vierge Marie vient du Ciel et nous appelle à aller la rejoindre au Ciel ! Mais pour aller au Ciel, il est nécessaire d’avoir un cœur pur. Le Purgatoire est un nouveau don de Dieu pour nous permettre l’ultime purification. La Vierge Marie, à Fatima, a révélé l’existence du Purgatoire mais cela nous appelle à l’espérance. Benoît XVI, enfin, nous invite à accueillir le grand message de Fatima comme un grand message d’espérance et de liberté. Les évènements de notre histoire ne sont pas écrits à l’avance une bonne fois pour toutes. Dieu respecte notre liberté. Par la grâce de Jésus notre Rédempteur, notre liberté est libérée et elle peut imiter la liberté parfaite du Cœur Immaculé de Marie. Accueillons avec confiance le message de Fatima et ayons confiance en ses interprètes autorisés : Jean-Paul II et Benoît XVI et en son témoin privilégié : sœur Lucie.

Laissez un commentaire