Le message prophétique de Fatima, lumière pour comprendre les événements depuis un siècle

Récollection de Foyers du deuxième trimestre 2017. Famille Missionnaire de Notre-Dame.
Le message prophétique de Fatima

1e enseignement

Retrouvez la vidéo de l’enseignement sur notre page spéciale « Fatima » !

Bien chers amis, après avoir parlé de l’identité et de la mission de la France, le trimestre dernier, il nous a semblé important de vous faire découvrir ou redécouvrir le message prophétique de Fatima en cette année, centenaire des apparitions de Fatima. Benoît XVI, le 13 mai 2010, avait dit que le message de Fatima était le plus grand message prophétique du vingtième siècle. Mais le message prophétique de Fatima, soulignons-le, ne se réduit pas au secret donné aux enfants par la Vierge Marie, le 13 juillet 1917. Le message englobe tous les événements et toutes les paroles de la Vierge Marie à Fatima, et celles de l’ange du Portugal dans ses apparitions, qui ont précédé celles de la Vierge Marie. Ces événements et paroles doivent nous aider à mieux vivre notre vie chrétienne et familiale et à mieux participer à la mission de l’Eglise.

Les apparitions de Fatima, les faits et l’essentiel des paroles de l’ange et de la Vierge Marie.

Fatima est une petite ville portugaise de 2 500 habitants située à 130 km au nord de Lisbonne. Les témoins privilégiés des apparitions sont 3 enfants : Lucie 10 ans, son cousin Francisco 9 ans et sa sœur Jacinta 7 ans. Au printemps 1916, les 3 enfants voient une personne qui leur dit: « Ne craignez rien ! Je suis l’Ange de la Paix. Priez avec moi ! »  Et s’agenouillant, l’ange baissa la tête et leur enseigna une prière: « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas, qui ne vous aiment pas ». A la troisième apparition, il se présente comme l’ange du Portugal. La dernière apparition s’accompagne d’une théophanie eucharistique suivie d’une communion miraculeuse. Ces apparitions de l’ange font bien partie du message prophétique de Fatima. Elles révèlent d’abord que les anges existent et que l’Eucharistie n’est pas un symbole mais est vraiment le Corps et le Sang de Jésus mort et ressuscité. L’ange du Portugal, en outre, est modèle pour les parents éducateurs. Ils vous aideront à éduquer vos enfants à la prière, à l’adoration et à la réparation. Les enfants, nous en faisons l’expérience, aiment la prière que l’ange a apprise aux 3 petits voyants de Fatima. Cette prière aide aussi les adultes, particulièrement lorsque nous nous retrouvons « secs », « arides » devant le Saint-Sacrement. Développons notre relation avec notre ange gardien et les autres anges.

Le 13 mai 1917, la Vierge Marie se montre aux 3 enfants pour la première fois. Elle leur dit : N’ayez pas peur, je ne vous ferai pas de mal. – D’où venez-vous ? demanda Lucie. – Je suis du Ciel, répondit Notre-Dame. – Et que voulez-vous de moi ? – Je suis venue vous demander de venir ici pendant six mois de suite, le 13, à cette même heure. Ensuite, je vous dirai qui je suis et ce que je veux. Après je reviendrai encore ici une septième fois. – Et moi, est-ce que j’irai au Ciel aussi ? dit l’enfant. – Oui, tu iras. – Et Jacinthe ? – Aussi.- Et François ? – Aussi, mais il devra réciter beaucoup de chapelets. Lucie demanda au sujet de deux jeunes filles mortes depuis peu : Maria, 16 ans, fille de José das Neves, et Amélia, 19 ans, qui allaient chez elle apprendre à tisser : – Est-ce que Maria est déjà au Ciel ? – Oui, elle y est. – Et Amélia ? – Elle sera au Purgatoire jusqu’à la fin du monde. – Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ? – Oui, nous voulons. – Vous aurez alors beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. Pendant qu’Elle prononçait ces paroles, Notre-Dame ouvrit les mains et, comme par un reflet qui émanait d’elles, une lumière intense s’en dégagea. Lucie dit plus tard que «cette lumière intense pénétra notre cœur jusqu’au plus profond de notre âme. Elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu, qui était la lumière, plus clairement que nous nous voyons dans le meilleur des miroirs». Avant de partir, Notre-Dame ajouta : – Récitez le chapelet tous les jours afin d’obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre. – Quand arrivera la fin de la guerre ? – Je ne peux le dire encore, tant que je ne t’ai pas dit aussi ce que je veux». Le premier message prophétique de Fatima est : le Ciel ! Le message de Fatima n’est pas une prophétie de malheur mais de bonheur : la Vierge Marie vient du Ciel et elle nous appelle à la rejoindre au Ciel ! Le petit François prendra au sérieux la demande de Notre-Dame : il récitera beaucoup de chapelets pour aller au Ciel. La Sainte Vierge révèle également l’existence du purgatoire et la présence d’Amélia au purgatoire jusqu’à la fin du monde. L’abbé André Richard, qui a été un grand apôtre de Fatima, disait que cette réponse avait impressionné le village, car Amélia n’était pas considérée comme une grande pécheresse ! Il disait que les enfants ont beaucoup prié et fait prier pour elle et qu’Amélia aurait ainsi pu être délivrée plus tôt du purgatoire sans attendre la fin du monde. Mais ce message prophétique ne doit pas être passé sous silence. Aujourd’hui, en effet, on prend trop à la légère le péché et ses conséquences. Pour aller au Ciel, il faut un cœur pur : Bx les cœurs purs, ils verront Dieu (6e Béatitude) ! Autre message prophétique de cette première apparition : la participation à la Rédemption par la souffrance pour réparer les péchés. Les petits enfants de Fatima seront héroïques pour faire des sacrifices et les offrir comme la Vierge Marie le leur avait demandé. Aujourd’hui, le mot « sacrifice » est devenu comme le mot banni d’une certaine catéchèse. Jésus au désert a jeûné pendant 40 jours sans boire ni manger et, pendant toute Sa vie, Il a fait bien d’autres sacrifices ! La Vierge Marie, qui a étroitement collaboré à la Rédemption, nous appelle à offrir des sacrifices avec Jésus pour réparer les péchés. Ce n’est pas une dévotion démodée du 19e siècle! Le dernier message prophétique de cette première apparition a été ainsi commenté par Benoît XVI, dans son homélie à Fatima le 13 mai 2010 : «la Dame venue du Ciel a été comme une maîtresse qui introduit les petits voyants dans la connaissance profonde de l’Amour trinitaire et les conduit à goûter Dieu lui-même comme la réalité la plus belle de l’existence humaine. Une expérience de grâce qui les a fait devenir amoureux de Dieu en Jésus, au point que Jacinthe s’exclamait : «J’aime tellement dire à Jésus que je L’aime ! Quand je le Lui dis de nombreuses fois, il me semble avoir un feu dans le cœur, mais qui ne me brûle pas». Et François disait : «Ce que j’ai aimé par-dessus tout, fut de voir Notre Seigneur dans cette lumière que Notre Mère nous a mise dans le cœur. J’aime tant Dieu ! » Il ne faut pas oublier aussi l’appel à dire le chapelet tous les jours pour obtenir la paix. La prière du rosaire n’est pas, non plus, une prière démodée ! Saint Jean-Paul II l’a dit et redit : « c’est ma prière préférée ! » Méditons sa lettre sur le rosaire.

La deuxième apparition de Fatima : le 13 juin 1917 : soulignons ce nouveau message prophétique qui concerne la dévotion au Cœur Immaculé de Marie : « Jésus veut se servir de toi (Lucie) afin de me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut ; ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par Moi pour orner Son trône. Avec tristesse, la petite Lucie dit : – Je vais rester toute seule ici ? – Non, ma fille. Tu souffres beaucoup ? Ne te décourage pas. Je ne t’abandonnerai jamais ! Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu ». Devant la paume de la main droite de Notre-Dame se trouvait un Cœur entouré d’épines qui semblaient s’y enfoncer : c’était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l’humanité, qui demandait réparation. Le message prophétique de cette deuxième apparition concerne la dévotion au Cœur Immaculé de Marie que Jésus veut, par Lucie, établir dans le monde. Le 19e siècle s’est conclu par la consécration du monde au Cœur Sacré de Jésus par Léon XIII. Le 20e siècle, dans le plan de Dieu, devait permettre le développement de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Il s’est conclu par la consécration du troisième millénaire au Cœur Immaculé de Marie par Jean-Paul II. Le Cœur Immaculé de Marie, qui sera le refuge de Lucie, doit aussi être notre refuge. Il est le chemin qui conduit à Dieu. Les dévots au Cœur Immaculé de Marie sont chéris de Dieu. Cette dévotion n’est pas le fruit d’une spiritualité sentimentale, elle est voulue de Dieu ! Autre message prophétique : la réparation d’amour pour le Cœur Immaculé de Marie blessé par les épines des péchés de l’humanité. Le Cœur de Jésus avait aussi demandé réparation à Sainte Marguerite-Marie. Le premier vendredi du mois et le premier samedi du mois ont en commun l’amour et la réparation pour les Cœurs de Jésus et de Marie. Serons-nous enfin déterminés pour offrir cette réparation d’amour ? Saint Jean-Paul II, Saint Padre Pio, Sainte Mère Térésa, Marthe Robin et tant d’autres, ont eu à cœur de réparer par amour comme le Ciel le demandait.

Le 13 juillet 1917, alors que quatre à cinq mille personnes se sont déplacées à la Cova da Iria, la Sainte Vierge lance aux 3 petits enfants les appels des deux apparitions précédentes concernant le chapelet quotidien pour la paix. « En octobre, dit la Vierge Marie, je vous dirai qui Je suis, ce que Je veux, et Je ferai un miracle que tous pourront voir pour croire. » Notre-Dame apprend aux enfants une prière pour accompagner leurs sacrifices : « Ô Jésus, c’est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation pour les péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie » » Les enfants virent alors l’Enfer : «Vous avez vu l’Enfer, leur dit Notre-Dame, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion de mon Cœur Immaculé. Si l’on fait ce que Je vais vous dire, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix. La Sainte Vierge donne ensuite aux enfants un secret dont la troisième partie n’a été révélé qu’en l’an 2000. Le secret annonçait la deuxième guerre mondiale et l’expansion des erreurs de la Russie. Ces événements sanglants auraient pu être évités. La Sainte Vierge avait dit : « Pour empêcher cela, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. À la fin mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix. Au Portugal, se conservera toujours le dogme de la foi … » Les événements sanglants de la deuxième guerre mondiale et de l’expansion des erreurs de la Russie marxiste auraient pu être évités si les hommes avaient répondu aux appels du Ciel ! La prophétie du 13 juillet 1917 ne concerne pas seulement ces événements sanglants, elle concerne aussi les grandes réalités de la Foi dont la Vierge Marie savait qu’elles allaient être niées en notre temps : particulièrement la réalité de l’Enfer et l’existence de damnés en Enfer. Refuser d’annoncer ce message, c’est trahir la prophétie de Fatima ! L’Enfer existe, il y a des damnés en Enfer ! Mais la Sainte Vierge n’a pas révélé l’Enfer aux enfants pour leur faire peur. Elle l’a révélé pour les appeler à prier et offrir pour le Salut de ceux qui sont sur le chemin de l’Enfer ! La prophétie du 13 juillet ne s’est pas arrêtée à l’Enfer, elle concernait le triomphe du Cœur Immaculé de Marie et le temps de paix qui serait accordé au monde ». En affirmant qu’au Portugal serait toujours conservé le dogme de la Foi, la Vierge Marie nous avertissait, c’est évident, du terrible combat contre la Foi dont elle avait parlé dans le secret de La Salette. Notre Fondateur, quelques mois avant sa mort, nous a souvent parlé de la grande tempête. Ne soyons pas effrayés, cependant. La grâce nous sera donnée si nous la demandons humblement et dans la confiance. L’Enfer ne pourra pas détruire l’Eglise bâtie sur la Foi de l’apôtre Pierre (Mt 16, 16) !

            Le 13 août 1917, la Vierge Marie n’a pas pu apparaître aux enfants qui avaient été emprisonnés par l’administrateur anticlérical. 18 000 personnes s’étaient rassemblés à la Cova da Iria. Le dimanche 19 août, la Vierge apparut aux 3 enfants qui étaient en train de garder leurs troupeaux. Elle leur annonce : « Je veux que vous continuiez d’aller à la Cova da Iria le 13, et que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours. Le dernier mois, je ferai le miracle afin que tous croient. S’ils ne vous avaient pas emprisonnés en ville, le miracle aurait été plus connu. Saint Joseph viendra avec l’Enfant-Jésus pour donner la paix au monde. Notre Seigneur viendra bénir le peuple. Viendra aussi Notre-Dame du Rosaire et Notre Dame des Douleurs. » La Sainte Vierge répond à des questions de Lucie et elle parle d’une chapelle que l’on fera faire. Soulignons sa nouvelle demande pressante : « Priez, priez beaucoup et faîtes des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles. » Cette insistance pour prier et offrir pour sauver les âmes de l’Enfer est un grand message prophétique. Benoît XVI avait regretté que l’on ne parle plus du Salut des âmes. Prier et faire des sacrifices pour sauver les âmes de l’Enfer, c’est cela le Salut des âmes ! Notre Fondateur nous rappelait souvent que l’on se consacre à Dieu pour Sa Gloire et pour le Salut des âmes. Jésus a accepté l’Incarnation rédemptrice pour accomplir le Salut ! A la suite de la Vierge Marie, nous pouvons collaborer avec Jésus au Salut des âmes. Tel est l’un des grands messages prophétiques de Fatima dont la Vierge Marie voyait l’urgence !

Le 13 septembre, 30 000 fidèles étaient présents. Notre-Dame dit : «Continuez à dire le chapelet afin d’obtenir la fin de la guerre. En octobre, Notre Seigneur viendra, ainsi que Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame du Carmel et saint Joseph avec l’Enfant-Jésus; Il bénira le monde.» La Sainte Vierge demande aux enfants d’adoucir leurs pénitences : « Dieu est satisfait de vos sacrifices, mais il ne veut pas que vous dormiez avec la corde. Portez-la seulement pendant le jour. » Lucie demande à Notre-Dame des guérisons. Elle le fera pour une petite fille, mais il faut citer ce qu’elle dit pour d’autres : « Je guérirai les uns, mais les autres non, parce que Notre Seigneur ne se fie pas à eux. » La guérison physique dans l’évangile est toujours en vue de la guérison de l’âme ! Très important message prophétique rappelé à Fatima ! La Sainte Vierge conclut par cette promesse : « en octobre, je ferai le miracle, pour que tous croient. »

Le 13 octobre 1917 – soit 33 ans, jour pour jour, après la vision de Leon XIII du 13 octobre 1884 dans laquelle ce Pape avait entendu le défi lancé par Satan contre Jésus et Son Eglise qu’il voulait détruire !-, fut le jour du grand miracle du soleil. La mère de Lucie était présente, mais elle pensait au drame qui pourrait survenir si le miracle du Ciel ne se produisait pas. Les parents de François et de Jacinthe, eux, avaient une grande confiance aux promesses de la Sainte Vierge ; quant aux enfants, ils ne se troublaient pas du tout devant une si imposante foule (au moins 70 000 personnes). Il pleuvait beaucoup pendant la prière du chapelet. Dans la boue, les fidèles s’agenouillèrent. A 13h30, certains incroyants commençaient à exciter les gens parce que le miracle annoncé pour midi ne s’était pas encore produit. Mais à l’heure du soleil et non à l’heure légale, il était bien midi (le gouvernement avait avancé l’heure au Portugal de 90 minutes). Notre-Dame demande en ce lieu une chapelle en mon honneur. Elle dit : « Je suis Notre-Dame du Rosaire ». Elle demande que l’on continue toujours à réciter le chapelet tous les jours et annonce que la guerre va finir et que les militaires rentreront bientôt chez eux. A la demande d’autres guérisons, elle répond encore : « Les uns guérirons, les autres non, car il faut qu’ils se corrigent, qu’ils demandent pardon de leurs péchés. [et prenant un air plus triste] : Il faut cesser d’offenser davantage Dieu Notre Seigneur, car Il est déjà trop offensé ». Pendant dix minutes, la foule contempla le miracle cosmique, la danse du soleil. Nous ne pouvons pas citer les témoignages émouvants sur ce grand miracle, attesté par au moins 70 000 témoins dont plusieurs ont cru que la fin du monde était arrivée ! Les trois petits voyants purent admirer, pendant ce temps et près du soleil, trois tableaux successifs : LA VISION DE LA SAINTE FAMILLE : À coté du soleil apparut saint Joseph avec l’Enfant-Jésus et Notre-Dame, vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l’Enfant-Jésus semblaient bénir le monde, avec des gestes qu’ils faisaient de la main, en forme de Croix. LA VISION DE NOTRE-DAME DES DOULEURS : puis les enfants virent Notre Seigneur Jésus-Christ et Notre-Dame des 7 Douleurs. Notre Seigneur semblait bénir le monde. LA VISION DE NOTRE-DAME DU MONT-CARMEL : enfin Notre-Dame apparut seule sous l’aspect de Notre-Dame du Carmel. Dans son cahier de souvenirs, sœur Lucie écrivait: «En cette apparition, les paroles qui restèrent le plus profondément ancrées dans mon cœur furent celles par lesquelles notre sainte Mère du Ciel suppliait les hommes de ne plus peiner Notre Seigneur trop offensé. Quelle amoureuse plainte elles contiennent et quelle supplication ! Oh ! que  je voudrais qu’elles résonnent dans le monde entier et que tous les enfants de la Mère céleste écoutent sa voix !». Elle dit aussi que lorsqu’elle parlait de cette dernière visite céleste avec ses cousins, ils ne pouvaient retenir leurs larmes en se rappelant la tristesse du visage de l’apparition quand elle avait prononcé ces paroles. Là encore, message ô combien prophétique, qui rappelle l’évangile et Lourdes : pénitence, pénitence, pénitence !

Fatima et les papes du vingtième siècle.

Le Pape Pie XII a été consacré évêque le 13 mai 1917. Il a voulu répondre aux demandes de la Vierge Marie en consacrant le monde dont les peuples de Russie au Cœur Immaculé de Marie en 1942 et 1952. Paul VI, pendant le Concile Vatican II, a déclaré Marie Mère de l’Eglise et a fait porter une rose d’or au sanctuaire de Fatima. Il a ensuite été le premier Pape à se rendre en pèlerinage à Fatima, le 13 mai 1967. Jean-Paul II est allé trois fois à Fatima, le 13 mai 1982, un an jour pour jour après l’attentat du 13 mai 1981 qui aurait pu être fatal pour sa vie, si la Sainte Vierge ne l’avait pas miraculeusement protégé. Le 13 mai 1991, Jean-Paul II revenait à Fatima pour remercier la Vierge Marie de sa protection miraculeuse, 10 années plus tôt. Le 13 mai 2000, il y revenait pour béatifier François et Jacinthe. Benoît XVI y est allé le 13 mai 2010. Le Pape François s’y rend ce 13 mai 2017. Les derniers Papes, par leur dévotion envers Notre-Dame de Fatima et son message prophétique, ont révélé l’importance des apparitions de Fatima. Jean-Paul II avait vu l’attentat du 13 mai 1981 comme un appel ou un rappel à se tourner vers le message de Fatima.

Extrait de l’interprétation de la troisième partie du secret.

Jean-Paul II avait annoncé, le 13 mai 2000, que la troisième partie du secret de Fatima allait être révélée. Il voulait que le texte soit accompagné de l’interprétation donnée avec autorité par le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, le Cardinal Joseph Ratzinger. Citons cet extrait de son commentaire sur la vision symbolique vue et décrite par sœur Lucie : « nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un  ange avec une épée de feu dans la main gauche : elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde ; mais elles s’éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui ; l’ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d’une voix forte / « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! ». Joseph Ratzinger commente ainsi : « L’ange avec l’épée de feu représente la menace du jugement qui plane sur le monde. La perspective que le monde pourrait être englouti dans une mer de flammes n’apparaît absolument plus aujourd’hui comme une pure fantaisie : l’homme lui-même a préparé l’épée de feu avec ses inventions. La vision montre ensuite la force qui s’oppose au pouvoir de destruction – la splendeur de la Mère de Dieu et, provenant d’une certaine manière de cette splendeur, l’appel à la pénitence. De cette manière est soulignée l’importance de la liberté de l’homme : l’avenir n’est absolument pas déterminé de manière immuable, et l’image que les enfants ont vue n’est nullement un film d’anticipation sur l’avenir, auquel rien ne pourrait être changé…. ». La conclusion de Joseph Ratzinger est particulièrement importante : « je voudrais enfin reprendre encore une autre parole clé du « secret » devenue célèbre à juste titre : « Mon Cœur Immaculé triomphera ». Qu’est-ce que cela signifie ? Le Cœur ouvert à Dieu, purifié par la contemplation de Dieu, est plus fort que les fusils et que les armes de toute sorte… Le Malin a du pouvoir sur ce monde, nous le voyons et nous en faisons continuellement l’expérience ; il a du pouvoir parce que notre liberté se laisse continuellement détourner de Dieu. Mais, depuis que Dieu lui-même a tourné la liberté de l’homme vers le bien, vers Dieu, la liberté pour le mal n’a plus le dernier mot. Depuis lors, s’imposent les paroles : « Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance ; moi je suis vainqueur du monde. Le message de Fatima nous invite à nous fier à cette promesse ».

Extraits de l’homélie de Benoît XVI à Fatima le 13 mai 2010.

Le Cardinal Joseph Ratzinger est devenu Benoît XVI. Il ne pouvait pas oublier, en tant que Pape, ce qu’il avait écrit dans l’interprétation officielle de la troisième partie du secret de Fatima ! Il a voulu faire le pèlerinage à Fatima et il est bon de citer quelques extraits de son homélie du 13 mai 2010, homélie très simple, mais qui révélait son cœur d’enfant : « Chers frères et sœurs bien-aimés, moi aussi je suis venu en tant que pèlerin à Fatima, en cette ‘maison’ que Marie a choisie pour nous parler en nos temps modernes. Je suis venu à Fatima pour jouir de la présence de Marie et de sa protection maternelle. Je suis venu à Fatima, parce que vers ce lieu converge aujourd’hui l’Église pérégrinante, voulue par son Fils comme instrument d’évangélisation et sacrement du salut. Je suis venu à Fatima pour prier, avec Marie et avec de nombreux pèlerins, pour notre humanité affligée par des détresses et des souffrances. Enfin, je suis venu à Fatima, avec les mêmes sentiments que ceux des Bienheureux François et Jacinthe et de la Servante de Dieu Lucie, pour confier à la Vierge la confession intime que ‘j’aime’ Jésus, que l’Église, que les prêtres ‘l’aiment’ et désirent garder les yeux fixés sur Lui, alors que s’achève cette Année sacerdotale, et pour confier à la protection maternelle de Marie les prêtres, les personnes consacrées, les missionnaires et tous ceux qui œuvrent pour rendre la Maison de Dieu accueillante et bienfaisante… Les petits bergers sont un exemple et nous stimulent, eux qui ont fait de leur vie une offrande à Dieu et l’ont partagée avec les autres par amour de Dieu. La Vierge les a aidés à ouvrir leur cœur à l’universalité de l’amour. La Bienheureuse Jacinthe, notamment, se montrait infatigable dans le partage avec les pauvres et dans le sacrifice pour la conversion des pécheurs. Ce n’est qu’avec cet amour de fraternité et de partage, que nous réussirons à bâtir la civilisation de l’Amour et de la Paix… Dans sept ans, vous reviendrez ici pour célébrer le centenaire de la première visite faite par la Dame venue du Ciel ». La période des 7 années est accomplie ! Vivons ce temps du centenaire de Fatima avec le désir d’imiter le cœur d’enfant des 3 enfants de Fatima et de Benoît XVI !

Conclusion : Le titre de cette première causerie était : « Le message prophétique de Fatima, lumière pour comprendre les événements depuis un siècle. » Nous n’avons pas encore présenté dans son intégralité tout le message prophétique de Fatima, mais nos deux prochaines causeries vous le feront découvrir. Avons-nous mieux compris les évènements du vingtième siècle et de ces 17 premières années du troisième millénaire à la lumière de ce message ? Probablement pas, car Dieu Seul peut les comprendre en profondeur ! Par la prière et l’esprit d’enfance, nous pourrons mieux comprendre ce que Dieu veut nous dire par la prophétie de Fatima qui, rappelons-le est toujours d’actualité pour Benoît XVI. La Vierge Marie n’est pas « Madame Soleil ». Elle ne vient pas prédire l’avenir et satisfaire notre soif de curiosité, mais sa mission est de parler au nom de Dieu en donnant un message en accord avec l’évangile. Les révélations privées, pour l’Eglise, sont un rappel de l’évangile. C’est ce rappel de l’évangile qui est l’essentiel du message de Fatima et qui est nécessaire en nos temps où les démons sont déchaînés et où le monde souffre d’une des plus graves crises de l’histoire de l’humanité : l’absence de Dieu (Jean-Paul II), l’éclipse de Dieu (Benoît XVI). Le message de Fatima est donc un appel à se tourner ou se retourner vers Dieu pour redécouvrir que nous avons été créés pour le Ciel et que toutes nos décisions doivent être prises en fonction de notre vocation ultime : le Ciel. Notre Mère du Ciel ne pouvait pas rester silencieuse devant le grand danger qui menace ceux qui vivent dans le péché grave et ne se convertissent pas : l’Enfer éternel ! Elle ne pouvait pas, non plus, ne pas nous avertir sur la laideur du péché : la purification au purgatoire peut durer jusqu’à la fin du monde ! Fatima est aussi le grand appel à la collaboration avec Jésus et le Cœur Immaculé de Marie en vue du Salut des âmes. Fatima est enfin lumière sur les évènements du vingtième siècle. La Russie marxiste a répandu dans le monde cette idéologie athée qui a été la cause de millions de victimes. Cette Russie, par sa conversion grâce à la consécration au Cœur Immaculé de Marie, peut, après être tombé si bas, redevenir la Sainte Russie qui peut aider au renouveau du monde et de l’Eglise. La conversion de la Russie athée est au cœur du message de Fatima, elle est le signe du triomphe du Cœur Immaculé de Marie. N’oublions pas enfin le message prophétique de l’ange du Portugal : l’importance de l’adoration du Saint Sacrement, la prière en réparation et notre relation aux anges et à nos anges gardiens !

Laissez un commentaire