Son secret était simple : être un homme de Dieu !

Classé dans : Actualité Domini, Homélies | 0

Vendredi 23 Juin 2017 : Sacré Cœur – St Joseph Cafasso (Fr. Joseph)

Sacré Cœur

La 1ère lettre de saint Jean nous parle de l’amour fou de Dieu pour l’homme : Il a envoyé son Fils comme victime offerte pour nos péchés. Mystère insondable. Cet amour incroyable doit nous bouleverser : c’est le grand motif de l’amour entre nous, de l’amour pour chaque personne. Combien Jean, le disciple bien aimé, avait raison de répéter souvent à la fin de sa vie : « aimez-vous les uns les autres ». Pour honorer et aussi pour consoler le Cœur de Jésus outragé par tant de péchés, aimons-nous les uns les autres. Face à l’immensité des maux de notre temps, faisons avec ardeur ce qui est à notre portée en nous aimant les uns les autres. C’est là le grand moteur de l’évangélisation, cela est au centre de notre vocation d’apôtres de l’amour.

Jésus se montre plein de compassion envers toute souffrance et il demande « Venez à moi, et je vous soulagerai ». Paradoxalement, Il dit aussi : « Prenez sur vous mon joug » : C’est un appel à partager sa mission de Sauveur de Rédempteur. Ne résistons pas aux appels de Jésus.

Joseph Cafasso

Jean Paul II a voulu que la fête du Sacré Cœur soit la journée mondiale pour la sanctification des prêtres. La fête de Saint Joseph Cafasso s’accorde parfaitement avec ce but, car Joseph Cafasso a été fut un prêtre saint et un formateur de prêtres saints.

Il est né le 15 janvier 1811 à Castelnuovo d’Asti, le même pays que saint Jean Bosco. C’est le 3ème de 4 enfants. Ordonné prêtre à 22 ans, il fait 4 mois plus tard, son entrée à l’internat ecclésiastique Saint François d’Assise à Turin et y restera toute sa vie. L’internat ecclésiastique était une véritable école de vie sacerdotale, où l’on se formait à la spiritualité de saint Ignace de Loyola et à la théologie morale et pastorale de saint Alphonse Marie de Liguori. Les jeunes prêtres y apprenaient à confesser et à prêcher ;

Puis Joseph Cafasso devint lui-même formateur et même recteur de l’internat ecclésiastique. Il forma des prêtres ayant une riche vie intérieure et un profond zèle dans le soin pastoral. Il formait de bons confesseurs, préoccupés par le vrai bien spirituel de la personne, qui à la fois faisaient sentir la miséricorde de Dieu et, en même temps, donnaient un sens aigu et vif du péché. Lui-même consacrait de nombreuses heures chaque jour à la confession. Des évêques, des prêtres, des religieux, des laïcs éminents et des gens simples venaient à lui : il savait offrir à tous le temps nécessaire.

Il indiquait avec clarté à tous les prêtres la sainteté à atteindre précisément dans le ministère pastoral. Combien de prêtres a-t-il formé et a-t-il suivi ensuite spirituellement ! Parmi ces derniers ressort saint Jean Bosco, dont il fut le directeur spirituel pendant 25 ans. Tous les choix fondamentaux de saint Jean Bosco ont eu comme conseiller saint Joseph Cafasso, mais ce dernier n’a jamais tenté de former en don Bosco un disciple « à son image et ressemblance » et don Bosco ne copia pas Joseph Cafasso.

Son secret était simple : être un homme de Dieu ; faire, dans les petites actions quotidiennes, ce qui peut conduire à la plus grande gloire de Dieu et au bénéfice des âmes. Il aimait de manière totale le Seigneur, il était soutenu par une prière profonde et prolongée, il vivait une sincère charité à l’égard de tous. Il connaissait la théologie morale, mais il connaissait tout autant les situations et le cœur des gens, dont il prenait en charge le bien, comme le bon pasteur.

Un autre élément caractérise le ministère de notre saint : l’attention pour les derniers, en particulier les détenus. Dans ce service délicat, exercé pendant plus de vingt ans, il fut toujours un bon pasteur, compréhensif et plein de compassion : les détenus finissaient par être conquis par cet amour sincère, dont l’origine était Dieu lui-même. Joseph Cafasso rassérénait, il touchait les cœurs endurcis et surtout il illuminait et ébranlait les consciences indifférentes. Pendant les premiers temps de son ministère parmi les détenus, il avait souvent recours aux grandes prédications qui arrivaient à toucher presque toute la population des prisons. Au fil du temps, il privilégia la catéchèse individuelle, faite lors des rencontres personnelles : respectueux de la situation de chacun, il affrontait les grands thèmes de la vie chrétienne, en parlant de la confiance en Dieu, de l’adhésion à sa volonté, de l’utilité de la prière et des sacrements, dont le point d’arrivée est la confession, la rencontre avec Dieu qui s’est fait pour nous miséricorde infinie.

Les condamnés à mort furent l’objet de soins humains et spirituels très particuliers. Il accompagna au supplice, après les avoir confessés et leur avoir administré l’Eucharistie, 57 condamnés à mort. Il les accompagnait avec un profond amour jusqu’au dernier souffle de leur existence terrestre.

Il est mort le 23 juin 1860. Pie XII, le proclama patron des prisons italiennes et le proposa comme modèle aux prêtres engagés dans la confession et dans la direction spirituelle.

Joseph Cafasso a été un saint si proche du Cœur de Jésus bon pasteur. Cela ne peut aller sans une aide toute particulière de la Vierge Marie qu’il appelait notre chère Mère, notre réconfort, notre espérance. Qu’il nos dispose aussi à bien vivre demain, la fête du Cœur Immaculé de Marie.

Laissez un commentaire