Pour la gloire de Dieu et le Salut des âmes !

Homélie du 22e dimanche A. 3 septembre 2017. Journée de vœux (P. Bernard)

Bien chers amis, bien chères familles de sœurs Claire-Luce, Colombe et Marie-Joséphine, nous rendons grâce à Dieu avec vous pour la vocation de vos filles ou de vos sœurs. Cette vocation est un grand don que Jésus fait à vos familles. C’est un mariage plus grand encore qu’un mariage humain, car l’Époux que vos filles ont librement choisi est tout simplement Jésus, le Fils unique de Dieu le Père, l’Époux fidèle, amoureux, infiniment miséricordieux. Émerveillons-nous devant le grand mystère de l’Alliance éternelle qui sera scellé en ce jour entre Jésus et nos trois sœurs.

Jérémie disait, dans la première lecture, qu’il s’était laissé séduire par Dieu, puis ce même prophète se lamentait : tout le monde se moque de moi ! Pourquoi ce grand prophète du Seigneur a-t-il été en butte à la raillerie et à la contestation ? Parce qu’il a dénoncé les péchés de ses contemporains et les a appelés à la conversion. Mais Jérémie, malgré ses jérémiades, a été un prophète fidèle. Il n’a pas été indifférent à la Parole de Dieu, qui comme un feu le dévorait intérieurement et le poussait à parler avec énergie et sans compromission. Notre Père Fondateur et Mère Marie-Augusta ont imité Jérémie. Ils ont reçu le charisme des apôtres de l’Amour, mais l’Esprit Saint les poussait à exercer l’apostolat irrésistible de l’Amour en témoignant courageusement de la Vérité révélée. Saint Jean-Paul II n’a pas cessé de rappeler que le véritable amour est l’amour dans la Vérité. Puisse cette journée de vœux permettre à chacun de nous de faire le choix courageux de Jésus et de l’amour dans la vérité ! Saint Paul, dans la 2e lecture, demandait de ne pas prendre pour modèle le monde présent. Que voulait dire l’apôtre des Nations ? Le monde présent serait-il maudit de Dieu ? Saint Jean a écrit : « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a envoyé son Fils unique » (Jn 3,16). Dieu aime ce monde, parce qu’Il l’a créé ! Mais ce monde, aimé de Dieu et créé par Lui, est marqué par l’esprit de Satan, le Prince de ce monde, depuis le péché originel. Jésus, avant Sa Passion, a ainsi prié Son Père : « le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal » (Jn 17,14). Les Saints, à la suite de Jésus, ont aimé les hommes de leur temps jusqu’à donner leur vie pour eux, mais ils ont tous été fidèles à l’esprit de l’évangile : ils étaient dans le monde sans être du monde ! L’Eglise, disait Paul VI au terme du Concile Vatican II, doit imiter le Bon Samaritain qui se penche sur l’homme gisant au bord du chemin pour répandre sur lui l’huile de la guérison et le baume du Salut. Être apôtres de l’amour, dans la fidélité à l’esprit de l’Eglise et au charisme de nos Fondateurs, c’est donc aimer les hommes de notre temps comme Jésus les aime, en vue de leur Salut. N’oublions pas que la mission la plus importante de l’Eglise est le Salut des âmes. Benoît XVI avait rappelé que l’on ne parlait pas assez du Salut des âmes. Le noyau du message prophétique de Fatima est le Salut des âmes ! Les trois petits enfants de Fatima ont beaucoup prié et offert des sacrifices pour sauver les âmes de l’Enfer et pour entraîner petits et grands à désirer le Royaume des Cieux. Nos trois sœurs scelleront leur Alliance éternelle avec Jésus pour la Gloire de Dieu et le Salut des âmes. Merci de prier pour tous les consacrés afin que nous soyons fidèles à cette mission fondamentale. Jésus, après avoir dit à Simon, dimanche dernier : «Tu es Pierre et sur cette pierre, Je bâtirai mon Eglise», dit au même apôtre, en ce dimanche : «arrière de moi, Satan !» Pourquoi de telles paroles ? Lorsque le chef des apôtres proclame que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, il est inspiré par Dieu le Père, il jouit alors déjà des grâces d’infaillibilité du ministère pétrinien en ce qui concerne la Foi et la morale. Mais lorsque Jésus annonce pour la première fois à ses disciples sa Passion, quelques minutes plus tard, ce même apôtre lui fait ce reproche : «Dieu T’en garde, Seigneur! Cela ne t’arrivera pas!». Simon parle alors sous l’inspiration de Satan en énonçant son opinion personnelle, qui n’est pas infaillible. Pierre n’est pas devenu Satan, cependant ! Simon Pierre aura, ensuite, une plus grande humiliation : son triple reniement. Il réparera par sa triple profession d’amour : « Jésus, Tu sais tout, Tu sais bien que je T’aime ». Malgré sa faiblesse humaine, Simon Pierre exercera ensuite courageusement son ministère pétrinien jusqu’au martyre à Rome. Tous les successeurs de Pierre, malgré leurs faiblesses humaines, ont eu les grâces d’état pour exercer le Magistère pétrinien et enseigner la foi et la morale sans erreur ! Ne perdons jamais confiance en l’Eglise. Elle est fondée sur la Foi de Pierre. L’Enfer ne pourra jamais la détruire ! La Foi de Pierre (Magistère extraordinaire et ordinaire) est rassemblée dans le Catéchisme de l’Eglise catholique. Soyons fidèles à cette Foi et nous ne nous égarerons pas. Comprenons enfin ce que Jésus veut nous dire en ce dimanche : c’est par la Croix qu’Il nous a sauvés. Tous Ses disciples sont appelés à Le suivre en portant leur Croix. Saint Pie X a condamné énergiquement le modernisme, parce qu’il était un christianisme sans la Croix ! Redécouvrons la fécondité de la Croix dans la lumière de la Résurrection de Jésus. Mère Marie-Augusta disait : la Croix c’est l’Amour, l’Amour c’est la Croix, la Croix, l’Amour c’est la vie éternelle. Confions à Notre-Dame des Neiges nos trois sœurs qui se préparent à professer les conseils évangéliques ainsi que leurs familles et prions afin que Jésus appelle de nouveaux apôtres de l’Amour !

Laissez un commentaire