N’ayez pas peur d’être des saints !

Dimanche 1er octobre 2017 : Journée en l’honneur de Notre-Dame des Neiges au Grand-Fougeray. (Père Bernard)

Bien chers amis, merci d’être venus nombreux prier Notre-Dame des neiges en cette année jubilaire de Fatima. Ce 1er octobre est le jour de Fête de la Sainte des jeunes, la Sainte éternellement jeune, puisque morte à l’âge de 24 ans : Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus. Je voudrais commencer cette homélie en m’adressant à vous les jeunes, jeunes amis de Notre-Dame des Neiges et scouts et routiers, que nous accueillons avec grande joie. Certains étaient petits enfants en 1997, au moment des JMJ de Paris et la plupart d’entre vous n’étaient pas encore nés. Je vous invite à méditer, après cette journée de pèlerinage, ce que Saint Jean-Paul II avait dit à vos grands-frères qui, aujourd’hui, ont entre 40 et 50 ans ! Dans son riche message avant les JMJ de Paris, ce Saint Pape avait écrit aux jeunes : « Le 30 septembre 1997, l’on fera mémoire du centenaire de la mort de Sainte Thérèse de Lisieux. Elle attirera certainement, dans sa patrie, l’attention de beaucoup de jeunes pèlerins, justement parce que Thérèse est une sainte jeune qui propose aujourd’hui une annonce simple et suggestive, pleine d’émerveillement et de gratitude: Dieu est Amour; chaque personne est aimée de Dieu; Dieu attend d’être écouté et aimé par chacun. Un message que vous, jeunes d’aujourd’hui êtes appelés à accueillir et à crier aux autres jeunes: «L’homme est aimé de Dieu! Telle est l’annonce si simple et si bouleversante que l’Eglise doit donner à l’homme». C’est de la jeunesse de Thérèse de l’Enfant Jésus que jaillissent son enthousiasme pour le Seigneur, la forte sensibilité avec laquelle elle a vécu l’amour, l’audace réaliste de ses grands projets. Par le charme de sa sainteté, elle confirme que Dieu fait partager aussi aux jeunes, avec abondance, les trésors de sa sagesse. Parcourez avec elle le chemin humble et simple de la maturité chrétienne, à l’école de l’Evangile. Demeurez avec elle dans le «cœur» de l’Eglise, en vivant radicalement le choix pour le Christ ». Ces paroles du Pape des jeunes ont enthousiasmé vos aînés. Puissent-elles vous enthousiasmer en ce dimanche ! Les JMJ de Paris ont vraiment été vécues avec Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus. Ses reliques ont été ardemment prié et son portrait a été porté en procession. Au terme des JMJ, Jean-Paul II a annoncé qu’il allait la déclarer « docteur de la science de l’amour ». Les jeunes ont alors applaudi, pendant plusieurs minutes. Ce fut un moment inoubliable ! Quelle joie ! Bien chers jeunes amis de ND des neiges et bien chers routiers et scouts, puisse Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus devenir votre grande sœur. Laissez-vous guider par elle et, vous tous, bien chers amis de Notre-Dame des Neiges, vivez avec humilité et confiance la petite voie de celle que Pie XI a déclaré être « la plus grande sainte des temps modernes ». La Parole de Dieu, en ce dimanche, nous invite à avoir, à la suite de Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, une grande confiance en Dieu Miséricorde. Par Ezéchiel, Dieu déclare qu’Il ne désire pas la mort du méchant mais sa conversion et sa vie. Saint Jean-Paul II a donné aux jeunes une autre grande sainte que nous allons fêter dans 4 jours : Sainte Faustine, l’apôtre de la divine Miséricorde. Prions cette autre grande sainte et, après avoir vécu l’année jubilaire de la Miséricorde, vivons avec ardeur l’année de la justice sainteté. Luther, qui s’est révolté contre Rome, il y a 500 ans, le 31 octobre 1517, a rejeté le culte des saints. Nos frères luthériens, à cause de cette révolte, ne comprenne pas appelle à la sainteté. La petite Thérèse Martin avait bien compris cela : elle a voulu être une grande sainte. St Jean-Paul II a dit et redit aux jeunes et moins jeunes : « n’ayez pas peur d’être des saints » ! Jésus, dans l’évangile de ce dimanche, parle de deux fils. Le premier dit « non » à son père pour aller travailler à sa vigne. Puis il se repent et il y va. Le second répond « oui », mais il ne va pas travailler à la vigne. La leçon de la parabole est facile à tirer : le saint est celui qui accomplit la Volonté du Père ! Cette parabole ne pouvait qu’indisposer davantage encore la plupart des pharisiens qui, à l’image du second fils, avaient l’apparence de gens parfaits, mais ils étaient, de fait, des hypocrites et des sépulcres blanchis. Le premier fils, quant à lui, fait penser au fils prodigue d’une autre parabole de Jésus. Attention, cependant, à ne pas mal interpréter la conclusion de Jésus: «les publicains et les prostituées vous précèdent dans le Royaume de Dieu». Marie Magdeleine, la femme adultère, Matthieu et Zachée, c’est évident, précèderont beaucoup de sauvés, mais les pécheurs publics qui auront refusé de se convertir ne les précèderont pas. Ne nous laissons pas égarer par la grande hérésie de notre temps : « le Salut pour tous, l’Enfer n’existe pas ! » Prions, en cette journée Notre-Dame des Neiges, afin que le Cœur Immaculé de Marie obtienne à beaucoup de grands pécheurs la grâce de la conversion ! Collaborons généreusement au Salut des âmes ! Saint Paul, dans la deuxième lecture, nous donne de précieux conseils pour marcher sur le chemin de la sainteté : ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Imitons Jésus et partageons les dispositions de son Cœur ! La Vierge Marie a parfaitement imité Jésus. Elle peut nous guider pas à pas sur le chemin de la sainteté. Consacrons-nous à son Cœur Immaculé et demandons-lui la grâce de la prière du rosaire, la prière préférée de Saint Jean-Paul II. En ce premier dimanche du mois, offrons notre chapelet pour la paix. Préparons bien la Fête de Notre-Dame du Rosaire, le 7 octobre, et commémorons avec enthousiasme, cette année, le 100e anniversaire du grand miracle du soleil à Fatima, le 13 octobre 1917. Magnificat !

Laissez un commentaire