Oui, Seigneur, Tu sais que je T’aime !

Vendredi 13 octobre 2017 : Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa (Frère Xavier)

Ce 13 octobre, nous sommes doublement tournés vers le Portugal. L’anniversaire de la dernière apparition de Notre Dame à Fatima correspond au jour de fête de la Bse portugaise Alexandrina Maria Da Costa. Sa vie n’est pas d’ailleurs sans lien avec le Cœur Immaculé de Marie.

Alexandra nait donc en 1904 au Portugal à Balasar. Selon l’expression de l’époque, elle est une fille illégitime, il n’en demeure pas moins qu’elle fut une grande privilégiée de Jésus.

A l’âge de quatorze ans un grave événement changea le cours de sa vie. Pour échapper à trois hommes qui voulaient l’agresser, elle dut sauter d’une hauteur de quatre mètres de la fenêtre de sa chambre.

Les conséquences, irréversibles, furent terribles. Jusqu’à 19 ans elle put encore se rendre à l’église malgré un lourd handicap, ses membres s’atrophiant toujours plus; mais la paralysie progressa jusqu’à devenir totale, entraînant avec elle des douleurs terribles.

Le 14 avril 1925, elle dut s’aliter. Elle ne se relèvera plus au cours des trente dernières années de sa vie.

Jusqu’en 1928 par l’intercession de Marie, elle ne cessa de demander au Seigneur la grâce de la guérison, promettant de devenir missionnaire si elle guérissait.

Puis elle comprit que la souffrance était sa vocation et se conforma à la volonté de Dieu. Dès lors, comme le dira saint Jean-Paul II lors de sa béatification en 2004,  la vie de la bienheureuse Alexandrina peut se résumer dans ce dialogue d’amour avec Jésus qui lui demande comme à Pierre : « M’aimes-tu » et à qui elle répond : « Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime« . Touchée et enflammée par ce désir d’amour, elle ne voulut jamais rien refuser à son Sauveur : possédant une grande volonté, elle accepta tout pour montrer qu’elle l’aimait. Epouse de sang, elle revécut de façon mystique la passion du Christ et s’offrit elle-même comme victime pour les pécheurs, recevant la force de l’Eucharistie qui devint l’unique nourriture des treize dernières années de sa vie.

Elle mourut le 13 octobre 1955, après une vie passée comme les trois pastoureaux de Fatima à « aimer, souffrir, réparer » pour le salut des âmes.

Toute sa vie s’entrecroise avec Fatima ; non seulement par le jour de sa mort mais aussi par de nombreux points communs. Elle est contemporaine des apparitions. De plus, les demandes de Jésus portent souvent sur le Mystère Eucharistique dans lequel il est outragé, délaissé. Écoutons Jésus lui dire : « Veille sur mes tabernacles. J’y suis si seul dans un très grand nombre d’entre eux… Des jours et des jours passent sans que quelqu’un me rende visite. On ne m’aime pas, on ne répare pas… » « Moi, je suis prisonnier et prisonnier par amour; je suis le Prisonnier des prisonniers. » Jésus insiste comme à Fatima sur la réparation. Ainsi, à propos de la seconde guerre mondiale qu’il lui annonce, il lui dit : « Ce seront les victimes de mes Tabernacles qui arrêteront le bras de la Justice divine, pour que le monde ne soit pas détruit et que de plus grands châtiments n’adviennent. » Il se plaint aussi des péchés d’impureté. En 1938, le Seigneur demande à Alexandrina de faire connaître sa volonté que le monde soit consacré au Cœur Immaculé de Marie par le pape. Sinon, on connaîtra le terrible châtiment de la guerre à cause des péchés, notamment celui de l’impureté et des communions sacrilèges. Pendant un an, son directeur, chargé de faire parvenir ce message à Rome, fait la sourde oreille. Au début de 1939, il écrit enfin au cardinal Pacelli, le futur pape Pie XII. Jésus insiste auprès de la Bse Alexandra : « Le monde est suspendu à un fil très fin… Ou le Pape se décide à le consacrer ou le monde sera puni!… » Alexandrina s’offrit comme victime pour la paix. Enfin, le 31 octobre 1942, à l’occasion du 25e anniversaire des apparitions de Fatima, Pie XII, élu le 2 août 1939, fit, en langue portugaise, la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie, consécration renouvelée solennellement à Saint-Pierre de Rome, le 8 décembre de la même année.

En ce jour du centenaire du miracle du soleil et de la dernière apparition de Notre Dame à Fatima demandons à la Bse Alexandra Marie da Costa d’intercéder pour notre monde et de nous aider à répondre avec ardeur aux demandes de Notre Dame de Fatima, par la réparation, le sacrifice, le rosaire et la consécration à son Cœur Immaculé. Qu’en ce jour, la dureté de notre propre cœur et de nos contemporains soit brisée. Comme la foule des 70000 personnes lors du miracle du soleil, puissions-nous tomber à genoux  et crier : « Ô mon Dieu de Miséricorde ! Pardon !  Je crois, mon Dieu ! ».

Qu’en ce jour, se reproduise la réalité de la vision de la Ste Famille où Saint Joseph et l’Enfant-Jésus semblaient bénir le monde avec des gestes qu’ils faisaient de la main en forme de croix. Demandons aussi à Notre-Dame du Mont Carmel, objet du dernier tableau vu par Lucie, de nous recouvrir de son manteau protecteur.

Laissez un commentaire