Ils sont chrétiens : ce crime est immédiatement puni de mort.

13 novembre 2017 : les martyrs de Césarée (Frère Jean-Régis)

Les lectures de ce jour peuvent nous aider à méditer sur le lien qu’il y a entre vie de foi et vie morale. Les apôtres demandent au Seigneur « augmente en nous la foi » alors que Jésus vient de les appeler à la vigilance et à la miséricorde. « Prenez garde à vous-mêmes ! Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheur à celui par qui cela arrive ! » « Si sept fois par jour ton frère commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras. » N’oublions pas de voir dans cette phrase le double enseignement que Jésus nous donne : nous devons pardonner à notre frère autant de fois qu’il se repent mais aussi nous devons demander pardon autant de fois que nous offensons notre prochain. Mère Marie-Augusta nous dit : « Demandons pardon dix fois par jour s’il le faut pour ne rien garder sur notre cœur qui est à Notre-Seigneur : Il ne peut souffrir l’impureté. Ne nous permettons aucune impureté, ne gardons aucune pensée mauvaise, blessante. » Appelés au salut par la foi en Jésus, « lumière véritable qui éclaire tout homme », nous nous sanctifions par « l’obéissance à la vérité » et devenons ainsi « enfants de la lumière ». Cependant, cette obéissance n’est pas toujours facile. A la suite du péché originel, l’homme est tenté en permanence de détourner son regard du Dieu vivant et vrai pour le porter vers les idoles, échangeant « la vérité de Dieu contre le mensonge » ; même la capacité de connaître la vérité se trouve alors obscurcie et sa volonté de s’y soumettre, affaiblie. Et ainsi, en s’abandonnant au relativisme et au scepticisme, l’homme recherche une liberté illusoire en dehors de la vérité elle-même. En effet « les pensées tortueuses éloignent de Dieu. » Alors, ayons «  sur le Seigneur des pensées droites, cherchons-le avec un cœur simple, car il se laisse trouver par ceux qui ne le mettent pas à l’épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui » et avec les apôtres supplions Jésus : « Augmente en nous la foi ».

Aujourd’hui nous célébrons 4 martyrs de Césarée en Palestine en l’an 308, Antonin qui était prêtre, Zébinas, Germain et Manathas (ou Ennathas), une jeune vierge consacrée. Alors que le gouverneur Firmilien s’apprête à sacrifier aux dieux, le prêtre Antonin accompagné de Zébinas et Germain l’enjoignent de croire qu’« il n’y a de vrai Dieu que le créateur et l’organisateur de l’univers ». Devant cette audace inouïe, Firmilien les invite à dire qui ils sont. Or, ils sont chrétiens ! Ce crime est immédiatement puni de mort. Ce même jour, Manathas est arrêtée par le tribun Maxys qui, jaloux de son engagement, la traîne à demi nue par la ville en la fouettant, jusque devant le gouverneur Firmilien. Devant son refus obstiné d’apostasier, le gouverneur la fait brûler vive, et pour couper court à tout culte, il fait dévorer les restes des quatre martyrs par des chiens.

En ce 13 novembre, n’oublions pas de prier pour les victimes des attentats de Paris d’il y a deux ans. Effroyable est ce départ pour l’éternité : tout d’abord à cause de l’horrible attentat islamique, barbare, inhumain ; mais aussi à cause du spectacle immoral qui était donné ce soir-là au Bataclan. En ce mois de novembre, prions pour le salut des âmes, pour toutes les âmes du purgatoire : intensifions notre prière, en particulier notre prière du chapelet et au cours de nos journées unissons-nous plus régulièrement Jésus : suivons-le, aimons-le, consolons-le et offrons à Dieu tous les mérites que Jésus nous a acquis dans sa Passion. Que les âmes puissent être purifiées, lavées et blanchies dans son précieux sang versé avec tant d’amour et de générosité. Partageons avec Jésus la passion des âmes, ayons ce grand désir d’aider Jésus à sauver les âmes.

Laissez un commentaire