Quêtons de l’amour pour Jésus !

14 novembre 2017 : Quatre martyrs de Terre Sainte (Fr. Jean)

Nikola Tavelić est né en Croatie, vers 1340. Il entra adolescent chez les Franciscains et y devint prêtre. En 1365, Nikola fit partie des 60 prêtres de diverses provinces franciscaines appelés en Bosnie par le pape Grégoire XI, pour y travailler comme missionnaires. Il y propage le catholicisme pendant 12 ans, évangélisant la Bosnie et prêchant avec le Père Adéodat-Aribert de Rodez contre la secte des Bogomiles. Celle-ci niait la nature divine du Christ et avait une vision manichéenne de l’existence, en définissant un esprit du mal égal à l’esprit du bien. Les Bogomiles (appelés au Moyen Age, les Bougres) niaient aussi la Trinité, et refusaient le baptême ainsi que le sacrement de mariage. Dans son rapport au pape, le vicaire de Bosnie dit plus tard que les missionnaires convertirent environ 50 000 Bogomiles Bosniaques hérétiques.

Pierre de Narbonne fut envoyé en 1368 en Ombrie par le bienheureux Paul de Foligno (1309-1391) où il vécut dans la prière et la méditation. En 1381, il partit en mission pour la Palestine.

Stefano de Cueno avait vécu à Gênes, puis avait été envoyé par ses supérieurs en Corse.

En 1383, Nikola se rendit en Palestine avec le franciscain Adéodat-Aribert de Rodez, Pierre de Narbonne et Stefano de Cueno. Il vécut au monastère du Mont Sion à Jérusalem apprenant l’arabe et visitant les lieux saints. En 1383, des Franciscains arrivèrent d’Europe pour grossir les rangs des Franciscains dans leur couvent du Mont Sion, en Terre Sainte. L’Ordre des Frères Mineurs est en effet le gardien des Lieux Saints et depuis le Moyen Age jusqu’ à nos jours est organisé en Custodie.

Pendant huit ans, ces nouveaux Frères, Nicolas Tavelic, Adéodat Aribert de Rodez, Stefano de Cueno et Pierre de Narbonne, vécurent selon la règle de saint François, s’occupant des Chrétiens confiés à leur protection, et s’efforçant de réaliser un apostolat, pratiquement infructueux, au sein des Musulmans.

Le 11 novembre 1391, ils furent convoqués devant le Cadi de Jérusalem pour exposer leur Foi. Avec une foi aussi naïve qu’intrépide, ils se présentèrent au Cadi (chef religieux musulman) et lui lurent un discours préparé d’avance, critiquant Mahomet et sa religion, et exhortant les assistants à se convertir, sans quoi ils seraient damnés. Indignés et furieux, ceux-ci les frappèrent, les jetèrent en prison. Les autorités leur intimèrent de se rétracter. Les Franciscains refusèrent et furent aussitôt condamnés à mort. Enfermés pendant trois jours, ils furent exposés à de cruels sévices. Le 14 novembre, on leur demanda d’abjurer. Ils refusèrent à nouveau. Ils furent battus à mort, écartelés et, devenus méconnaissables, on finit par les brûler devant tous. Cet événement du 14 novembre 1391 suscita une grande émotion chez les chrétiens du lieu qui envoyèrent un récit de ce martyre, signé de nombreux témoins et parvenu jusqu’à nous.

Ceux-ci furent toujours honorés chez les Frères Mineurs. En 1889, le Pape Léon XIII les béatifia. Le 21 juin 1970, Paul VI canonisa les quatre Franciscains, fixant leur fête au 14 novembre. Ils sont les premiers saints martyrs de la Custodie de Terre Sainte. Saint Nicolas Tavelic est aussi le premier saint croate.

Ces quatre franciscains ont eu une approche un peu particulière pour exposer la foi dans ces circonstances périlleuses… Cependant leur zèle et leur amour doivent nous stimuler et nous aider à être ardent dans la mission. Comme nous y encourageait Mère Marie Augusta : « Quêtons de l’amour pour Jésus Faisons le aimer, faisons le connaître ».

Sources : cf. la Documentation Catholique : 1970 p. 706-707

Laissez un commentaire