St Pie X, apprenez-nous l’Amour de Dieu et du prochain

Classé dans : Homélies | 0

Homélie vendredi 21 août 2015

En ce jour nous faisons mémoire  de Saint Pie X, un Pape qui a beaucoup souffert, mais a été fidèle à Jésus et à la vérité. Dans l’oraison de ce jour, l’Eglise dit que Dieu l’a comblé de sagesse et de courage apostolique. Ce Saint Pape n’était pas un aristocrate, il était un petit, né dans une famille humble et pauvre. Nous lui demandons en commençant cette retraite de nous faire participer à sa sagesse et à son courage apostolique. Nous le prions pour notre Pape François qui nous demande sans cesse de ne pas oublier de prier pour lui, tant sa croix est lourde !

Ruth en train de glaner, J Tissot

La première lecture de cette Messe parle d’une aïeule de David : Ruth, qui n’était pas membre par le sang du Peuple de Dieu, mais qui est nommée dans la généalogie de Jésus selon Saint Matthieu. Admirons la noblesse des sentiments de cette Moabite et disons à Jésus avec les mots de Ruth : « Où Tu iras j’irai, où Tu T’arrêteras, je m’arrêterai ; ton Peuple sera mon Peuple et Ton Dieu sera Mon Dieu !». La grâce de Dieu et l’action de l’Esprit-Saint ont débordé, dès l’AT, les limites du Peuple de Dieu, Israël ! Il faut souligner que, parmi les ancêtres du Christ, se trouve une païenne. Le psaume 145 disait : le Seigneur aime les justes, le Seigneur protège l’étranger !

 

Nous connaissons très bien l’évangile de ce jour, trop bien peut-être ! Puisse notre Retraite nous obtenir la grâce de vivre en vérité le double commandement de l’Amour. On ne peut pas aimer Dieu que l’on ne voit pas si l’on n’aime pas son frère ou sa sœur qui vit à côté de nous ! Nos Père et Mère sont les modèles de tous les apôtres de l’Amour. Jésus et Notre-Dame des Neiges veulent nous donner les grâces pour les imiter et pour exercer en vérité l’apostolat irrésistible de l’Amour. Nous entendrons, pendant cette Retraite, le témoignage de Mgr Gaucher sur Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Il n’était pas facile d’exercer avec patience, persévérance et confiance le double commandement de l’Amour au Carmel de Lisieux. Chaque carmélite avait son tempérament, ses défauts, ses péchés. Ste Thérèse est devenue docteur de la science de l’amour divin en multipliant les petits actes d’attention, de délicatesse et d’affection avec chacune. Elle a compris avec Saint Paul qu’on ne peut remporter la victoire de l’Amour qu’en triomphant du mal par le bien et elle a aimé comme Jésus a aimé. La petite voie de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus est, de fait, la grande voie, car elle est la belle aventure de l’évangile ! Nos Père et Mère ont imitée cette grande sainte et ils nous invitent à l’imiter. Puissions-nous grandir dans l’Amour par ces petits actes d’amour concrets de chaque jour que les autres ne voient pas, mais que Jésus, Lui, voit ! Et n’oublions pas : Jésus nous donne Son Amour pour aimer. Il suffit de le Lui demander.

Saint Pie X, le Pape de l’Eucharistie, savait que la source de l’Amour était le Saint-Sacrement. Aussi, il a permis aux petits enfants de communier dès l’âge de raison. Avec ses mots, adressons-nous à Notre-Seigneur :

« Ô très doux Jésus, vous êtes venu en ce monde pour donner à toutes les âmes la vie de votre grâce ; vous avez voulu, pour conserver et fortifier cette vie en elles, être le remède à leurs faiblesses quotidiennes et devenir leur aliment de chaque jour. Nous vous prions donc humblement, par votre Cœur tout brûlant d’amour pour nous, de répandre sur tous votre divin Esprit, pour que ceux qui ont le malheur d’être en état de péché mortel se convertissent à vous et recouvrent la vie de la grâce qu’ils ont perdue ; et que ceux qui, par votre grâce, participent déjà à cette vie divine, s’approchent pieusement chaque jour, s’ils le peuvent, de votre sainte table, afin que, par la communion quotidienne, ils reçoivent chaque jour l’antidote qui les préservera des fautes vénielles de chaque jour, qu’ils fortifient chaque jour en eux la vie de votre grâce, et qu’enfin, purifiant ainsi toujours davantage leur âme, ils arrivent à posséder avec vous la vie bienheureuse.»

Demandons à ce Saint Pape, très controversé parce qu’il s’est opposé énergiquement au modernisme, le courage de la fidélité à la Foi de l’Eglise et à sa transmission intégrale et fidèle. N’ayons pas peur d’aller à contre-courant, c’est notre Pape François qui nous le demande ! Mais il faut du courage sans se laisser influencer par le politiquement correct ! Prions enfin, avec les mots de Saint Pie X, pour la conversion de la France, Nation que ce Saint Pape aimait particulièrement :

« Ma Fille, faisait-il dire à Jésus, pourquoi Me persécutes-tu ?». Et, sur sa réponse : «Qui es-tu, Seigneur ?», la voix répliquera : « Je suis Jésus, que tu persécutes. Il t’est dur de regimber contre l’aiguillon, parce que, dans ton obstination, tu te ruines toi-même ». Et elle, tremblante, étonnée, dira : « Seigneur, que voulez-vous que je fasse ? ». Et Lui :« Lève-toi, lave-toi des souillures qui t’ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le pacte de notre alliance, et va, Fille Aînée de l’Eglise, nation prédestinée, vase d’élection, va porter, comme par le passé, Mon Nom devant tous les peuples et devant les rois de la Terre ». Ainsi soit-il. » 

Jésus, Marie et Joseph, la conversion de la France ne peut pas advenir si, auparavant, les consacrés de France ne se sont pas convertis. Alors en avant pour une retraite de vraie conversion !

Laissez un commentaire