La religion chrétienne est la religion du Bonheur

Classé dans : Homélies | 0

Homélie du vendredi de la 24e semaine impaire

Nous voici au dernier jour de la Retraite des postulants et novices centrée sur les Béatitudes. Nous ne pouvons que dire un grand merci à nos Père et Mère pour leur obéissance aux inspirations de Jésus et de l’Esprit Saint afin que les Béatitudes soient vraiment le fondement de notre esprit religieux et portent ce fruit : l’enchainement de nos esprits et de nos cœurs dans le Cœur de Jésus. Cet enchainement, bien sûr, est un enchainement dans la vérité et l’amour.

Saint Paul demande à son disciple Timothée la fidélité : il ne doit pas se prêcher lui-même, chercher le succès, mais prêcher l’évangile fidèlement et intégralement.

Saint Paul dit aussi que la racine de tous les maux est l’amour de l’argent. Prenons au sérieux ce qu’il dit et comprenons, après l’approfondissement des Béatitudes, combien cet enseignement est cohérent avec celui de Jésus. Le Père disait que les Béatitudes sont en vue du service et de la conquête du Royaume de Dieu qu’en tant que Messie Il doit établir. La Mission de Jésus, c’est le service et la conquête du Ciel avant tout. Mais ce service rejaillit forcément sur la vie sur la terre et sur le jugement à porter aux réalités terrestres.

Au terme de notre Retraite, comprenons que nous ne pouvons pas goûter la joie de l’évangile dont parle notre Pape François sans comprendre et sans vivre les Béatitudes. Priez pour les responsables qui doivent veiller, avec nous, à la maintenance de l’esprit des Béatitudes, vécu par le Père et notre Mère. Cet esprit, le vivons-nous en vérité aujourd’hui dans le souffle des premières années de notre Fondation ? Que les anciens s’interrogent devant Jésus en cette journée et qu’ils soient davantage pour nos jeunes frères et sœurs les témoins de cet esprit religieux, qui rayonne la joie de l’évangile. La maintenance de l’esprit de l’évangile et des Béatitudes est une condition sine qua non pour notre développement et l’obtention de nouvelles vocations.

Soulignons encore, en ce dernier jour de Retraite où nous devons penser davantage à la Mission, l’importance de montrer dans la prédication que notre religion chrétienne est la religion du Bonheur. Ne laissons pas croire que nous sommes la religion des interdits, de la crainte, de la tristesse. Prêchons davantage sur les Béatitudes. Jésus a vraiment pris son temps pour les inoculer dans l’esprit de ses disciples. Saint François a été conquis par l’évangile et, donc par les Béatitudes. Le Père nous a souvent répété la conviction de Mère Marie-Augusta : ce qui fait un Apôtre de l’Amour, ce n’est pas, d’abord, son activité extérieure mais son activité intérieure intense. L’activité intérieure, c’est tout simplement la vie d’intimité avec Jésus. Tout disciple doit donc être d’abord un ami intime de Jésus. Mais comment un homme ou une femme aurait-il pu envisager de devenir un ami intime du Verbe Incarné, si Jésus, au début de sa mission, n’avait pas commencé par appeler des hommes pécheurs à se mettre à son école, à partager sa vie, à vivre avec Lui pour devenir petit à petit les intimes de son Cœur ?

Cette mission des amis intimes n’était pas réservée aux disciples qui ont vécu au temps de la vie terrestre de Jésus. Elle se continue aujourd’hui où Jésus a toujours besoin d’amis pour les associer à sa vie et à sa mission. Désirons imiter le Père Claude la Colombière, le serviteur fidèle et le parfait ami de Jésus. Ne soyons jamais blasés, attiédis, mous, plats, sans désirs missionnaires, mais développons un cœur jeune, brûlant d’amour pour Jésus, véritablement amoureux de notre Epoux divin. Nos Père et Mère ont gardé un cœur jeune et enthousiaste jusqu’au dernier jour de leur vie ! Leur amour amoureux de Jésus se vivait dans la Foi, comme Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, qui, sans rien ressentir, écrivait : « Jésus, ma joie c’est de T’aimer !» Plus nous aimerons amoureusement Jésus, mieux nous rayonnerons la joie de l’Evangile.

Enthousiasmons-nous d’avoir été appelés par Jésus à être apôtres de l’Amour, membres de Son Eglise vivante et jeune. Jésus a posé son regard d’amour sur nous, ne nous laissons pas influencer par le Malin Menteur ! Jésus, bien sûr, connait nos faiblesses et nos péchés, mais son Amour miséricordieux est plus fort. Nos faiblesses et nos péchés ne sont pas des obstacles pour Lui. Sa Miséricorde nous permet d’être ses amis intimes.

Notre Mère disait : connaissez-vous l’Amour ? Demandons à la Vierge Marie et à l’Esprit-Saint de nous faire davantage pénétrer dans l’Amour qui brûlait Son Cœur lorsqu’Il appelait les 12 et les Saintes Femmes dont parle Saint Luc en ce jour. L’Amour du Cœur de Jésus les a transformés en apôtres et disciples saints. L’Amour de Jésus ne serait-Il pas capable de nous transformer, nous aussi aujourd’hui, nous qui sommes les « petites misères chéries de son Cœur» ? Ne regardons pas nos défauts, ne pensons plus à nos péchés, fixons notre regard sur le regard d’Amour de Jésus et remercions-Le avec grande reconnaissance de nous avoir appelés. Comprenons enfin la joie de Jésus, en prêchant les Béatitudes et en appelant Ses premiers disciples. Qu’Il nous aide à être des apôtres de l’Amour, joyeux, enthousiastes, rayonnant la joie des Béatitudes, la joie de l’évangile, la joie du Père et de notre Mère.

Alors, en avant, pour aimer amoureusement Jésus et aimer nos frères et sœurs dans le Cœur de Jésus pour vivre dans la joie et l’unanimité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *