Bx John Henry Newman : La sainteté voilà le grand but !

Classé dans : Homélies | 0

Homélie du vendredi 9 octobre 2015. Bx JH Newman.

La prophétie de Joël nous invite à la pénitence et à la vigilance. Le « Jour du Seigneur » viendra ! Joël dit : il est proche. Mais pour Dieu éternel, un jour = 1000 ans ! Jésus, dans ses paraboles, nous exhorte à être prêts. Nous devons vivre comme si, ce soir, le Jour du Seigneur allait arriver. Le prophète Joël annonce ce Jour comme un Jour redoutable. Il sera, certes, redoutable pour ceux qui refusent de se convertir, mais pour ceux qui vivent selon les Béatitudes, ce Jour est désiré : Marana tha= viens Seigneur Jésus ! Le Psaume 9 est la clé pour mieux comprendre la prophétie de Joël. Le Jour du Seigneur révèlera, de fait, que Dieu gouverne le monde avec justice et qu’Il a la Puissance de renverser les Puissants de leur Trône et d’élever les humbles. L’évangile de ce vendredi devrait nous faire réfléchir sur le mystère de l’iniquité. Comment est-il possible que des adversaires de Jésus, sans doute des pharisiens, aient pu L’accuser d’expulser les démons au nom de Béelzéboul, le chef des démons ? Jésus donne un enseignement important sur l’action des démons qui n’abandonnent pas le combat. Nous l’avons vu en visionnant le film sur Padre Pio. Ne voyons pas le démon partout, mais exerçons le discernement et vivons dans l’intimité de Jésus.

Le Bx John Henry Newman que nous fêtons aujourd’hui « est né à Londres en 1801. Il fut un des grands intellectuels chrétiens du XIXe siècle. En recherche de spiritualité depuis l’adolescence, il étudia la théologie à l’Université d’Oxford, où il enseigna aussi un certain temps et devint pasteur anglican. Il dirigea le Mouvement d’Oxford qui cherchait les racines catholiques de la foi en Angleterre. En 1842, alors qu’il écrivait son Essai sur le développement de la Doctrine chrétienne, il mûrit sa conversion au catholicisme. Il fut admis dans l’Église catholique en 1845 et y fut ordonné prêtre le 1er juin 1847 à Rome. Après son ordination, encouragé par Pie IX, il fonda le premier oratoire de saint Philippe Neri en Angleterre. En 1851, il fut nommé Recteur de l’Université catholique de Dublin, charge qu’il exerça jusqu’en 1854. Léon XIII le créa Cardinal en 1879 et il mourut en 1890 à l’oratoire de Edgbaston. »

Il écrivait dans son Journal: « La sainteté, voilà le grand but. C’est un combat et une épreuve ». Newman est devenu un saint, un grand saint qui a beaucoup à nous apprendre. Ce saint est un grand penseur et un grand écrivain. Il est appelé théologie, philosophe, prédicateur, romancier, poète, accompagnateur et guide spirituel. Il est l’auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages et d’une vaste correspondance d’un grand intérêt. En béatifiant Newman, le 19 septembre 2010, l’Eglise catholique donne une place d’honneur à celui qui, baptisé dans l’anglicanisme, demeura toute sa vie marqué par le patrimoine liturgique et spirituel de l’Église de son baptême. Un autre commentateur ajoute : Religieux, éducateur, mais aussi historien, philosophe, poète et romancier, curé de paroisse et accompagnateur spirituel, Newman a été tout cela, au long de sa longue vie, passée pour moitié dans l’Anglicanisme, surtout dans la ville universitaire d’Oxford, et pour moitié dans l’Église catholique, essentiellement à Birmingham. Infatigable chercheur de Dieu, il n’a jamais voulu se présenter comme théologien, mais comme un chrétien qui, en scrutant son expérience et l’histoire de l’Église, y repère des traces du passage de Dieu, et en tire une certaine idée de la manière de se laisser conduire par sa Providence. Newman a été un prédicateur, et peut-être un prédicateur avant tout… Serviteur de la Révélation pour ses frères, Newman l’a été dans l’Angleterre victorienne, il l’est encore aujourd’hui pour l’Église universelle qui l’accueille comme un vrai témoin du Seigneur.

Le 19 septembre 2010, Benoît XVI préside la béatification du cardinal Newman, à Birmingham, tout près du lieu même où, devenu catholique trois ans plutôt, celui-ci avait fondé l’Oratoire en 1848 et où il vécut jusqu’à sa mort.

Puisse la conviction de Newman devenir notre propre conviction : « La sainteté, voilà le grand but. C’est un combat et une épreuve ».

Notre Père fondateur aimait beaucoup chez Newman l’idée de « développement ». En ce jour de fête du Bw Henry Newman était lue à l’Office des lectures le célèbre texte de St Vincent de Lérins sur le progrès ou le changement dans la foi. Il y a progrès, disait ce Saint, que si une réalité s’amplifie en demeurant elle-même. Que la religion imite donc la croissance des corps dont les éléments évoluent et se développent au rythme des années, mais demeurent eux-mêmes. Lorsque le grain des semailles a évolué avec le temps et se réjouit maintenant de mûrir, rien cependant ne change des caractères propres du germe. Tous ceux qui participent en ce jour au Synode liront ce texte.

Puisse l’Esprit Saint les éclairer afin qu’ils comprennent que l’apostolat de la famille aujourd’hui ne peut pas être en contradiction avec la doctrine toujours enseignée par l’Eglise depuis Jésus. Puisse le Bx John Henry Newman éclairer notre Pape et tous les participants au Synode afin que la beauté du plan de Dieu sur la famille soit protégée et promue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *