La Famille et l’édification de la civilisation de l’amour

Classé dans : Consigne spirituelle | 0

Du 24 au 31 oct. : La Famille et l’édification de la civilisation de l’amour       

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF
Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF

Téléchargeons, en cette dernière semaine, «la lettre aux familles» du Grand Pape Jean-Paul II, donnée en l’année internationale de la famille en 1994. Ce Saint Pape avait fait découvrir que l’amour qui unissait les époux, les époux et les enfants, et tous les autres membres de la famille était le don désintéressé de soi. La famille est vraiment irremplaçable pour éduquer à l’amour, don désintéressé. Elle est vraiment «souveraine», comme le dit la Charte des Droits de la Famille promulguée par le Saint-Siège. Souveraine, parce qu’elle existe chronologiquement avant l’Etat. Sa constitution, redisons-le, est divine; aucun parlement humain n’a l’autorité de la changer. Les Etats sont importants, c’est évident, mais ils ont été fondés par les hommes. Leurs constitutions peuvent être modifiées par des parlements humains, parce que les Etats ont été institués par des hommes et non par Dieu. Mais n’opposons pas famille et Etats. Les familles ont besoin des Etats, les Etats ont besoin des familles.

Dieu, en créant l’humanité, a créé Adam et Eve, homme et femme, égaux et complémentaires, appelés à s’aimer en s’aidant l’un l’autre et en se dévouant l’un à l’autre dans le don désintéressé de soi. Les enfants, à l’école de parents qui s’aiment d’un tel amour, sont éduqués au don désintéressé. Dans sa famille, «la petite Thérèse» a appris qu’aimer c’est tout donner et se donner soi-même. La civilisation de l’amour ne peut pas être édifiée sans la famille. Oui, famille chrétienne, tu es Gaudium et Spes, joie et espérance pour l’Eglise et l’humanité ! Puisse ce troisième millénaire être, comme l’a prophétisé Jean-Paul II, le troisième millénaire des familles. Il le sera de par la Grâce de Dieu et le triomphe du Cœur Immaculé de Marie !

Malgré la grave crise spirituelle, morale et économique de notre temps, vivons ce mois du Rosaire dans la confiance, l’espérance, l’amour et la joie en priant, souffrant et offrant pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. N’oublions pas, dans les intentions de nos chapelets, de prier pour nos frères et sœurs persécutés au Moyen Orient, au Nigéria et en d’autres pays du monde.

Laissez un commentaire