Ne nous décourageons pas et ne doutons ni de Jésus ni de son Eglise

Classé dans : Homélies | 0

Homélie du premier samedi du mois de novembre 2015.

Bien chers amis, puisse ce premier samedi du mois de novembre vous apporter lumière, consolation, force, espérance et amour en ces temps de très grande confusion tant à l’intérieur de l’Eglise qu’à l’intérieur. Ne nous décourageons pas et, surtout, ne doutons ni de Jésus, ni de Son Eglise. N’oublions pas tout ce que nous a dit notre Père Fondateur dans les dernières années de sa vie et continuons à développer la dévotion aux trois blancheurs. Don Gobbi a demandé la même dévotion aux membres du Mouvement Sacerdotal Marial. Demeurons donc dans la confiance et ne cessons pas de prier, de souffrir et d’offrir afin que soit hâté le triomphe du Cœur Immaculé de Marie. Nous annonçons le renouveau de l’Eglise et, pour le moment, comme vient de me le dire l’un de vous, même avec une grosse loupe, nous ne le voyons pas ! Nous prions et offrons depuis des années pour la conversion de la France et cette conversion n’arrive pas !

Saint Paul, au terme de sa lettre aux Romains, nous a invités à rendre gloire à Dieu qui a le pouvoir de nous rendre forts conformément à l’Evangile. Ces paroles de l’apôtre des Nations ne sont pas de beaux mots pour plaire ou rassurer. Il sait en qui Il a cru. Il connait toutes les épreuves qu’il a traversées. La puissance de Jésus s’est vraiment déployé dans sa faiblesse. Ne craignons pas : Dieu est Tout Puissant, Il a vraiment le pouvoir de nous rendre forts comme Il a rendu forts Jacob, après son mystérieux combat de la nuit. Dieu lui a donné alors ce nom nouveau : Israël, parce que Jacob est fort de la Force de Dieu. Nous aussi, au jour de notre confirmation, nous avons reçu le don de force du Saint-Esprit. Puisse ce don nous rendre forts en ces temps troublés, non de la force des All Blaks qui n’est qu’une force d’un moment, mais forts de la force de Dieu, qui est une force éternelle ! Saint Paul remercie dans sa conclusion tous les chrétiens qui ont risqué leur vie pour Jésus et pour lui. Ils ont ainsi démontré que la puissance de la Grâce du Christ se déployait dans la faiblesse de ses disciples.

L’ultime conclusion de Saint Paul est un cri d’espérance pour l’humanité : le mystère caché depuis des siècles que l’Eglise révèle dans la fidélité à la Tradition des apôtres peut amener les Nations à l’obéissance de la Foi. Quel est ce mystère caché ? Le mystère de l’Incarnation rédemptrice, bien évidemment ! Là et là seulement est le fondement du renouveau de l’Eglise et du monde. C’est en revenant à ce mystère que la France retrouvera la fidélité aux promesses de son baptême. Ne cessons donc pas d’évangéliser. Faisons-le avec joie et conviction comme nous le demande notre Pape François.

Ne cherchons pas à diluer l’évangile pour le rendre acceptable par l’homme post-moderne. Les Saints n’ont pas trahi l’évangile. Certains ont préféré mourir martyrs pour être fidèles à Jésus. L’évangile est une aventure, la plus belle aventure de tous les temps. Mère Marie-Augusta et nos premières sœurs aimaient chanter ce cantique. Le Père, en cette église, nous a si souvent rappelé l’importance de croire en l’évangile et de ne pas accepter les remises en cause de l’évangile. La crise qui a suivi le Concile Vatican II n’est pas encore terminée. Elle le sera le jour où tous les baptisés aimeront l’évangile comme Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus l’a aimé. Alors, avec Saint Paul, nous pourrons tous dire en vérité : Gloire à Dieu le Seul Sage par Jésus-Christ !

L’évangile de ce jour peut paraître surprenant dans une première lecture : Jésus nous dit de nous faire des amis avec l’Argent trompeur ! Que veut-Il nous dire ? Il nous appelle à être dans la vérité. Si nous sommes dans la vérité, on nous fera confiance. La crise économique actuelle est le fruit d’une crise plus grave et plus profonde : la crise spirituelle et morale. Le mensonge est utilisé par beaucoup. Les échanges économiques entre les hommes sont trop souvent faussés. Ils ne sont pas dans la vérité. La confiance est brisée. Jésus donne le remède : l’argent trompeur n’est qu’un moyen. Mais ce moyen doit être utilisé dans la justice et la vérité.
Ce moyen ne doit jamais être considéré comme un dieu, car Dieu Seul est Dieu ! Prions le Cœur immaculé de Marie, en ce premier samedi du mois, pour que tous les hommes de bonne volonté comprennent le message évangélique et que toutes les Nations du monde reconnaissent la primauté de Dieu et de la Loi naturelle. Alors et alors seulement la civilisation de l’amour pourra être édifiée.

En ce premier samedi du mois, prions la Vierge Marie, Reine des Saints et des âmes du purgatoire. Vivons avec les Saints, nous ne nous laisserons pas décourager par les graves événements actuels du monde. Prions davantage également pour les âmes du Purgatoire. Chaque jour, nous pouvons obtenir, selon les conditions précisées par l’Eglise, une indulgence plénière pour une âme du purgatoire en offrant notre communion, notre chapelet en famille ou devant le sacrement, la prière aux intentions du Saint-Père et notre confession mensuelle. N’oublions pas ceux qui souffrent en notre temps et qui sont si nombreux. Ne restons pas indifférents devant tous les drames de tant de frères et de sœurs. Notre Pape François parle de la mondialisation de l’indifférence. Demandons au Cœur Immaculé de Marie un cœur compatissant qui imite le Cœur compatissant de Jésus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *