Demandons à Notre-Dame des Neiges la grâce de la louange

Classé dans : Homélies | 1

Homélie de la Messe de la grande fête de ND des Neiges, 19 décembre 2015
Bien chers amis, frère Clément-Marie nous a présenté, avant la Messe, l’esprit du Jubilé de la Miséricorde. Remercions Dieu du nouveau don de grâces que, par ce Jubilé, Il nous fait.

En ouvrant solennellement l’année de la Miséricorde, le 8 décembre dernier, notre Pape François disait :  » l’Immaculée est devenue l’icône sublime de la miséricorde divine qui a vaincu le péché*. Le Saint-Père nous a invités à tourner nos regards vers cette icône avec un amour confiant et à la contempler dans toute sa splendeur en imitant sa foi.  Vous êtes venus en ce petit village de Saint-Pierre-de-Colombier pour tourner vos regards vers le Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges qui, selon les paroles de notre Pape François, est la mère d’une humanité nouvelle, la mère d’un monde recréé. Cette humanité nouvelle, ce monde recréé, nous y participons par notre baptême. Ne nous laissons pas voler notre espérance à cause des actes terroristes et du règne de Satan en notre monde.

Le Cœur Immaculé de Marie a fait cette promesse qui nous remplit de joie et de confiance : « Finalement, mon Cœur Immaculé triomphera et un certain temps de paix sera donné au monde ». Cette promesse n’est pas conditionnelle, elle sera la réalisation du protévangile de la Genèse où il est annoncé que la Femme et son Fils écraseront la tête du serpent, et la réalisation de la prophétie de l’Apocalypse sur la victoire de la Femme sur le Dragon. Puisse Notre-Dame des Neiges nous obtenir, en ce jour, consolation, joie, force et zèle missionnaire. Le règne de Satan va prendre fin, le triomphe du Cœur Immaculé de Marie est déjà commencé, mais il n’est pas encore arrivé à son accomplissement. Prenons la décision d’être les petits et courageux instruments du Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges, et hâtons le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, comme nous l’a demandé Benoît XVI, le 13 mai 2010 à Fatima. Judith, dont il était question dans la première lecture, est une figure prophétique du Cœur Immaculé de Marie triomphant du serpent et du Dragon. Holopherne était une menace pour le Peuple de Dieu, mais il a été terrassé par Judith. Jésus a annoncé à Sainte Marguerite-Marie qu’Il régnerait malgré Satan et ses suppôts. Son règne sera précédé par le triomphe du Cœur immaculé de Marie, comme nous venons de le rappeler. Ayons confiance !

Le cantique du Magnificat a été notre cantique responsorial. Servons-nous davantage de ce Cantique pour remercier notre Dieu Miséricorde qui nous aime comme un Père aux entrailles de Mère. Puisse cette année du jubilé de la Miséricorde être une année d’action de grâce pour toutes les merveilles que le Seigneur fait pour nous. Demandons à Notre-Dame des Neiges la grâce de la louange. Nous ne vivons pas assez dans la louange de Dieu.  Le Cœur Immaculé de Marie, par le Magnificat repris chaque jour, peut nous éduquer à la louange, qui nous permettra de mettre Dieu à la première place. Vivons la spiritualité de Sainte Thérèse d’Avila :

Que rien ne te trouble. Que rien ne t’épouvante. Tout passe. Dieu ne change pas 

Puisse ce Jubilé de la Miséricorde permettre à beaucoup de nos contemporains de ne pas avoir peur de revenir à Dieu ou de Lui ouvrir leur cœur pour la première fois.

Saint Paul, dans la deuxième lecture, donne ce témoignage fondamental : Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme pour que nous devenions ses enfants. Avec Notre-Dame des Neiges, émerveillons-nous devant ce mystère inouï : nous, petites créatures, pauvres pécheurs, nous sommes devenus en vérité des enfants de Dieu ! Soyons donc des enfants de Dieu, joyeux, reconnaissants, courageux et enthousiastes. Saint Paul nous invite aussi à nous émerveiller devant cet autre sublime mystère : l’Immaculée est devenue la Mère de Dieu ! Lucifer veut se faire adorer, parce qu’il veut se faire l’égal de Dieu. Mais il est rejeté l’accusateur de nos frères par l’humble Saint Michel et il est terrassé par celle qui se considérait comme la plus petite créature, la servante du Seigneur. Dieu a rejeté l’orgueil de Lucifer et a élevé l’humble Vierge Marie, Saint est Son Nom ! Aucune créature ne pourra jamais égaler la dignité de la Mère de Dieu, élevée au-dessus de tous les chœurs des anges.


En cette Fête de Notre-Dame des Neiges, ayons une confiance inébranlable en l’intercession de la Mère de Dieu.
Jésus peut-Il refuser de répondre à une demande de sa Sainte Mère ? Saint Bernard, Saint Louis-Marie Grignion de Montfort et d’autres Saints ont donné à nos ancêtres une grande dévotion mariale. Soyons les héritiers des grands Saints qui ont fait notre histoire et devenons les petits instruments du Cœur Immaculé de Marie qui œuvreront pour le renouveau de notre Nation.

Soulignons enfin la conclusion de l’évangile de cette Fête de Notre-Dame des Neiges : Il leur était soumis. Jésus, le Fils de Dieu, le Verbe, S’est volontairement et humblement soumis
à Saint Joseph et à la Sainte Vierge pendant trente années ! Quel mystère admirable ! Moïse a éduqué Israël à obéir à la Loi des 10 commandements pour être fidèle à l’Alliance. Le Peuple de Dieu a souvent été infidèle, mais Jésus, l’accomplissement d’Israël, est le modèle parfait du croyant, soumis à Dieu, soumis à ses parents, soumis à toute autorité qui vient de Son Père. La crise actuelle de notre monde est d’abord et avant tout une crise de l’insoumission à Dieu et à Sa Loi. L’heure est venue de revenir à l’obéissance à Dieu et à Sa Loi d’Amour, de Justice et de Vérité.
Ô Notre-Dame des Neiges, si humble, si pure, si obéissante, obtenez-nous, en ce jour, d’obtenir l’indulgence plénière de l’année du Jubilé et la grâce d’une humble obéissance à Dieu, à Sa Loi et à l’Eglise de Jésus. Obtenez à la France, née au jour du baptême de Clovis et de ses soldats, de revenir à Son Seigneur en entraînant ses sœurs européennes et les autres Continents à retrouver la vraie et seule sagesse : la soumission à Dieu, Créateur et Rédempteur, Dieu Miséricorde. Puisse le jubilé de la Miséricorde donner aussi une grande joie à Dieu : la joie d’embrasser un grand nombre d’enfants prodigues et de Nations apostates, revenant à Lui.

Avec Notre-Dame des Neiges, les anges et les saints, redisons tout au long de cette année : Misericordias Domini in aeternum cantabo, les Miséricordes du Seigneur, éternellement je les chanterai. Amen, Alléluia, Magnificat !

 

Laissez un commentaire