La sainte Famille modèle de toute famille

Classé dans : Homélies | 0

Homélie pour la Fête de la Sainte Famille 27 décembre 2015

La première Messe de notre Retraite, cette année, est la Messe de la Sainte Famille. Notre Fondateur et Mère Marie Augusta avaient une grande dévotion en la sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Ils ont compris, dans leur prière, que la vie de la Sainte Famille devait être modèle de notre communauté religieuse. Mère Marie Augusta a eu l’intuition spirituelle que Dieu voulait vivifier la vie consacrée et l’Eglise par l’esprit de famille. La liturgie de la Parole, en ce dimanche, nous révèle ce qu’est l’esprit de famille.

La première lecture parle de la prière d’Anne qui obtient de Dieu un fils, Samson. Ce fils, elle le consacre au Seigneur. Cette consécration, inspirée par le Saint-Esprit, révèle que les parents ne sont pas les propriétaires de leurs enfants. Les enfants sont un don de Dieu. Le droit à l’enfant, revendiqué par des associations aujourd’hui, n’existe pas ! 

Saint Jean, dans la seconde lecture, révèle le primat de l’Amour de Dieu, qui veut nous adopter comme ses enfants. St Jean, l’apôtre de l’Amour, que nous fêtons en ce 27 décembre, nous appelle à demeurer en Dieu, qui est Amour. Pour demeurer en Dieu, il faut, dans l’Esprit-Saint, accueillir Jésus, le don de Dieu. La Sainte Vierge est la première à avoir accueilli Jésus. Dieu a demeuré en elle et c’est ainsi qu’elle pouvait demeurer en Dieu ! Saint Joseph, lui aussi, a accueilli Jésus en obéissant à l’ange qui lui a dit de ne pas craindre de prendre chez lui Marie, son épouse, car l’enfant qu’elle portait en son sein virginal avait été conçu par le Saint-Esprit. En accueillant la Vierge Marie, il a accueilli Jésus, le Fils de Dieu. La Sainte Famille est le modèle parfait de toutes les familles, appelées à demeurer en Dieu en accueillant Jésus, le Don de Dieu. L’amour conjugal est alors purifié et élevé par cet accueil de Jésus. L’Amour de Dieu, qui anime la famille des époux qui ont accueilli Jésus, est le ciment qui unit parents, enfants et grands-parents. L’Amour de Dieu élève alors l’amour humain jusqu’au sommet de l’amour : le « don désintéressé » de soi dont a beaucoup parlé Saint Jean-Paul II.

L’Évangile de ce dimanche nous est bien connu : il s’agit du 5e mystère joyeux du rosaire, Jésus perdu et retrouvé au milieu des docteurs. La Vierge Marie et Saint Joseph ont été très angoissés pendant trois jours. Au moment où ils retrouvent Jésus enseignant les docteurs, Celui-ci leur dit : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut être chez mon Père ? » La Sainte Vierge venait de dire à Jésus : « ton père et moi, nous Te cherchions tout angoissés ». Saint Luc dit qu’ils ne comprirent pas ce que Jésus leur disait. N’interprétons pas d’une manière erronée ce que dit Saint Luc. La Sainte Vierge et Saint Joseph savent que Jésus est le Fils de Dieu. Ils ne sont donc pas étonnés qu’Il leur parle de Son Père mais ils ne comprennent pas, tout simplement, que Jésus ne leur ait pas dit qu’Il devait rester au Temple pour enseigner les docteurs de la Loi. Ces saints époux n’ont pas tout compris, mais ils ont tout offert.

Au moment de la Passion, le Cœur Immaculé de Marie perdra, une nouvelle fois, son Fils Jésus et ne le retrouvera, ressuscité, que le troisième jour. La Ste Famille a beaucoup souffert, elle peut, aujourd’hui, aider les familles qui souffrent. Ne nous décourageons pas dans les temps d’épreuve, mais prions et imitons la Sainte Vierge et Saint Joseph en nous abandonnant à la Sainte Volonté de Dieu qui, par la souffrance dans l’amour, peut nous associer au mystère de la Rédemption accomplie par Jésus en vue du salut des âmes. Mère Marie-Augusta disait qu’aimer en souffrant était une richesse.

Les Médias ont beaucoup parlé de la famille lors du dernier Synode. Beaucoup de baptisés sont inquiets parce que ces mêmes Médias ont laissé croire que l’Eglise allait changer les lois du mariage. Mais la Fête de la Sainte Famille rappelle, en ce dimanche, le plan de Dieu sur la famille. Ce plan ne changera pas parce qu’il est un plan divin et éternel. Les lois du mariage valaient pour Adam et Eve comme elles valent pour les familles d’aujourd’hui et vaudront pour les familles de demain. Dieu veut la famille comme intime communauté de vie et d’amour. Le lien, qui par le mariage unit l’époux et l’épouse, est un lien indestructible. Aucune autorité humaine ne peut dissoudre ce lien, car ce que Dieu a uni dans le mariage l’homme ne peut pas le désunir. Les époux sont appelés à devenir les collaborateurs de Dieu dans le don de la vie, ils sont procréateurs. Leur famille est sanctuaire de la vie. Ce sanctuaire est sacré. La famille, seule, est capable d’accueillir, d’aimer, de protéger toute vie de sa conception à son terme naturel.

La famille est aussi une petite église domestique, qui éduque les enfants à la Foi. Elle est la première école de la sainteté et, pourrions-nous dire, le premier séminaire des vocations sacerdotales et religieuses. La famille, dit l’Eglise, est souveraine : elle est première par rapport à l’Etat. Dieu Créateur, au début de l’humanité, n’a pas créé un Etat, mais Il a créé la famille. Ce sont les familles qui, ensuite, se sont organisées pour fonder des sociétés et des Etats pour se protéger. Jean-Paul II a fait cette prophétie : le troisième millénaire sera le millénaire des familles. N’ayons pas peur, en ce temps de déconstruction de la famille.
Depuis le 13 janvier 2013, des centaines de milliers de familles se sont levées en France pour dire « non » à la dénaturation du mariage et de la famille. Ces familles n’ont pas été entendues par nos gouvernants, mais Dieu, Lui, a entendu leur cri. Ces familles doivent prier davantage la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, qui les aidera à continuer à mener le combat, à aller à contre-courant et à ne rien lâcher. Prions et offrons pour notre Pape François afin qu’il soit bien inspiré pour écrire son exhortation post-synodale sur la famille. Puisse ce texte être une prophétie du plan de Dieu sur la famille et permettre un renouveau de la famille, appelée à la suite de la Sainte Famille, à édifier la civilisation de l’amour. Une telle civilisation ne peut pas se construire sans la famille. Elle ne peut pas avoir d’autre fondement que celui de la famille selon le plan de Dieu. Il n’existe pas plusieurs modèles de familles, mais un seul modèle : la famille, née du mariage entre un homme et une femme en vue de la procréation des enfants, appelés à devenir les enfants de Dieu et à faire partie de la Famille de Dieu. Sainte Famille du Seigneur, miroir de la Famille divine, bénissez et protégez toutes nos familles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *