Prions St Vincent pour la cause de l’unité

Classé dans : Homélies | 0

Saint Vincent, diacre martyr, Saint Patron du diocèse de Viviers.

Saint Vincent, diacre de Saragosse, martyrisé à Valence en Espagne avec son évêque Valère en 304 ou 305 est le Saint Patron de notre diocèse. La Cathédrale de notre diocèse lui a été dédiée, dès le VIe siècle. Le nom de Vincent vient du verbe latin « vincere », il  signifie : « le vainqueur ». Trois lectures sont prévues pour la solennité de Saint Vincent à Viviers. Dans les autres paroisses du diocèse, Saint Vincent n’est pas liturgiquement fêté au degré de solennité mais de fête. On ne prend donc que deux lectures. Mais, pour l’homélie, il est important de dire un mot sur les trois lectures choisies par le diocèse de Viviers.

La première lecture est un passage de l’Apocalypse selon Saint Jean où il est question du « vainqueur », qui sera l’héritier de Dieu. Jésus dit qu’Il donnera gratuitement à ce vainqueur l’eau de la vie. Demandons à Saint Vincent de faire partie de la cohorte des vainqueurs, qui ont soif de l’eau de la vie éternelle et qui seront fils et filles de Dieu ! Notre Pape François disait, ce mercredi :
« Partager un seul baptême signifie que nous affirmons ensemble, catholiques, protestants et orthodoxes, partager l’expérience du péché. Tous, nous avons besoin du pardon, d’être libérés du mal car nous sommes appelés pour aller à la rencontre du Dieu vivant, plein de miséricorde.
Repartir du baptême signifie retrouver la source de la miséricorde, une source d’espérance pour tous
. Le partage de cette grâce crée un lien indissoluble entre les baptisés qui, en vertu du baptême, peuvent se considérer frères
 ».

Ces mots du Saint-Père doivent nous aider à bien interpréter le texte de l’Apocalypse que nous venons de lire !

Puissions-nous, en cette semaine de prière pour l’unité des chrétiens, considérer d’abord ce qui nous unit : nous sommes frères par le baptême, parce qu’héritiers de Dieu le Père, en Jésus notre Frère, par l’Esprit-Saint ! Que Saint Vincent, en cette Année Ste de la Miséricorde, obtienne à beaucoup d’hommes de bonne volonté la soif de la vie éternelle et qu’ils découvrent que le baptême est la source de la miséricorde. Pour obtenir cette grâce, il est nécessaire que tous les baptisés de notre diocèse et de l’Eglise universelle redeviennent, à l’école de Saint Vincent, des vainqueurs par la fidélité retrouvée aux promesses de leur baptême !

St Vincent

La deuxième lecture de Saint Vincent est le célèbre passage de l’épître aux Romains : qui nous séparera de l’amour du Christ ? La mort violente pour Jésus et Son Eglise n’a pas fait peur à Saint Vincent : il savait que rien ne pouvait le séparer de l’amour du Christ ! Demandons à ce Saint  de ne pas vivre dans la peur, en ces temps troublés, à cause des attentats terroristes et de l’apparente défaite de l’Eglise. Saint Vincent, c’est évident, a connu, comme nous, des moments de peur et d’angoisse, mais l’Esprit-Saint l’a fortifié au moment de son martyre et lui a permis de subir dans la paix du cœur de grandes tortures à cause de Sa Foi en Jésus. La lecture de matines de Saint Augustin est très belle :

« Une telle cruauté s’acharnait sur le corps de Saint Vincent, écrit-il, et une telle tranquillité s’exprimait dans sa voix … chose étonnante, c’est Vincent qui est la victime et on en torture un autre qui ne parle pas … c’est un autre qui parlait … La chair souffrait, l’Esprit parlait et la parole de l’Esprit non seulement condamnait l’incroyance mais encore soutenait l’impuissance ».

Puissent ces paroles nous donner confiance : la Puissance de Jésus se déploie vraiment dans la faiblesse de ses apôtres ! Demandons plus particulièrement, en cette semaine, la grâce pour tous les baptisés de se savoir d’inutiles instruments dont Jésus se sert pour, disait Mère Marie Augusta, faire l’œuvre de Son Amour.
Dans son message de Noël aux membres de la Curie, notre Pape François disait : « L’humilité est la vertu des saints. Plus on acquiert de l’importance, plus doit grandir la conscience de n’être rien et de ne rien pouvoir faire sans la grâce de Dieu. »

L’évangile du grain qui meurt met en relief la fécondité de l’humilité confiante en la Puissance de la grâce du Christ. Ne cherchons pas à briller aux yeux des hommes, mais à vivre humblement dans la fidélité en imitant Saint Vincent. Le Père a vécu sa pâque, le dimanche de la Passion où on lisait l’évangile du grain qui meurt et qui porte beaucoup de fruits.

L’évangile de la Fête de Saint Vincent parle aussi du serviteur qui veut suivre Jésus et Le servir. Notre Seigneur promet que là où Il est, là sera son serviteur ! Le Père était enthousiaste devant cette perspective de l’évangile. Soyons-le, nous aussi, et désirons davantage le Ciel.

Prions Saint Vincent pour notre évêque, Mgr Jean-Louis Balsa. En tant que diacre, Saint Vincent a été le serviteur dévoué de son évêque, qu’il soit aujourd’hui le serviteur attentionné de notre évêque, qui veut donner un nouveau souffle au diocèse de Viviers. Qu’il intercède auprès de Jésus et de la Vierge Marie pour obtenir les vocations de prêtres et de consacrés dont notre diocèse à un urgent besoin.

SB le patriarche Bartholomeos

Vivons plus intensément cette semaine de prière pour l’unité des chrétiens. La passion de l’unité nous habite-t-elle ? Elle habitait le cœur de Saint Jean-Paul II et du Père. Que Saint Vincent, le vainqueur, obtienne de l’Esprit-Saint, en communion avec les saints et les anges, le don de l’unité. Le Patriarche Bartholoméos nous avait dit que l’unité de l’Eglise ne pouvait être que le fruit d’un don de l’Esprit-Saint !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *