Messe de réparation à Lyon – Homélie + Vidéo

Messe de réparation en l’honneur de Notre-Dame des Neiges en la Chapelle de la Famille Missionnaire de Notre-Dame à Lyon

 

La tête de la statue de Notre-Dame des Neiges brisée
La tête de la statue de Notre-Dame des Neiges brisée

Au début de la Messe :

Bien chers amis, nous vous remercions pour tous les messages de compassion et de sympathie, reçus depuis la profanation, lundi dernier, de la statue de Notre-Dame des neiges, profanation qui a bouleversé croyants et incroyants. Pourquoi s’en être pris à la statue de la Mère de Jésus, qui, pour nous, chrétiens, est Mère de Dieu, Mère de l’Eglise, Mère des hommes sauvés ? Merci d’être venus, ce soir, pour une réparation d’amour en l’honneur du Cœur Immaculé de la Vierge Marie, Notre-Dame des Neiges. Merci d’être venus manifester, par votre présence, votre ferme désapprobation de tout acte profanatoire, qui blesse le cœur des croyants. Puisse tout homme être respecté dans sa liberté de conscience et le libre exercice de sa religion. Puisse toute religion favoriser la paix des cœurs, l’amour fraternel, le rejet de la haine, de la violence, de l’intolérance, qui sont les grands obstacles à la paix entre les hommes et les Nations.

Homélie :

Les lectures de cette Messe peuvent aider à comprendre ce qui se vit dans le monde et en France : le grand combat entre Dieu et Satan et les démons. Le chapitre 12 du livre de l’Apocalypse révèle le mystérieux combat entre le Dragon rouge et la Femme qui, pour les Pères de l’Eglise, est la Mère de Jésus mais aussi l’Eglise. Pourquoi le Dragon rouge est-il en lutte contre la Femme ? Parce que Dieu lui a donné une mission unique : celle d’être la Mère de Jésus, le Sauveur.

Les trois grandes religions monothéistes ne partagent pas la même Foi sur le mystère de Jésus. Nous croyons qu’Il est le Fils de Dieu qui, pour accomplir la rédemption de tous les hommes, s’est fait homme en assumant la nature humaine dans le sein immaculé de la Vierge Marie. Nous donnons à la Vierge Marie le titre de Mère de Dieu, non pas, parce qu’elle serait Mère de la divinité – ce qui serait une hérésie ! – mais parce qu’elle est la Mère de Jésus, le Fils de Dieu, qui a assumé, en son sein immaculé, la nature humaine. La Mère de Dieu demeure donc une créature de Dieu. Elle s’est toujours considérée comme la plus petite des créatures, l’humble servante du Seigneur. Dieu s’est complu a élevé sa petite servante !

La basilique Sainte Marie Majeure – Notre-Dame des Neiges de Rome

Depuis le 5 août 358, la Vierge Marie est invoquée à Rome sous le vocable de Notre-Dame des Neiges. La raison de ce vocable est simple : une neige miraculeuse avait marqué, au petit matin du 5 août, selon les indications de la Vierge Marie au Patricien Giovani et à son épouse, l’emplacement de la Basilique que Dieu voulait voir édifiée sur le Mont Esquilin. Notre dévotion à Notre-Dame des Neiges est liée à cet évènement. Prier Notre-Dame des Neiges, c’est donc prier l’Immaculée Conception, la Mère de Dieu. Puisse notre Messe consoler son Cœur Immaculé et nous obtenir un amour plus grand envers celle que Jésus nous a donné pour Mère avant de mourir et qui appelle tous les croyants à s’unir dans l’amour, le respect mutuel et la paix. Dans tous les grands sanctuaires mariaux du monde, particulièrement à Lourdes et à Fatima, des croyants de diverses religions viennent prier la toute pure, la reine de la paix.

L’évangile du miracle de Cana doit faire grandir notre espérance. La Vierge Marie s’est adressée à Jésus, au cours d’un repas de noces, pour lui dire qu’il n’y avait plus de vin. Elle avait confiance en Son Fils, elle savait qu’Il agirait. Jésus a changé l’eau en vin. Ce miracle, qui révèle son mystère divin, annonce un autre miracle : le changement du vin en son sang dans l’Eucharistie. Le vin, dans la Bible, est le symbole de l’amour. Dieu, par ce miracle de Cana, révèle qu’Il peut changer le cœur des hommes pécheurs par Sa Miséricorde et par le vin de Son Amour !
L’évangile de Cana révèle un autre mystère : la prière que nous adressons à la Vierge Marie n’est pas une prière d’adoration. La Vierge Marie, répétons-le, demeure une créature, la plus pure de toutes les créatures, certes, mais elle n’est pas Dieu. Nous lui demandons, en tant que créature, devenue Mère de Jésus, d’intercéder auprès de Dieu, comme elle l’a fait à Cana, afin qu’Il donne aux hommes, divisés par le péché, la haine et la violence, le vin de l’Amour qui transformera notre monde défiguré en civilisation de l’amour où tous les hommes et les femmes s’aimeront comme des frères et sœurs. Rien n’est impossible à Dieu ! Voilà ce que nous Lui demandons, ce soir.

A la fin de la Messe :

Le socle de la statue de Notre-Dame des Neiges brisée
Le socle de la statue de Notre-Dame des Neiges brisée

Concluons notre Messe en nous tournant, une dernière fois, vers Notre-Dame des Neiges, l’Immaculée, la Mère de Dieu et disons-lui :

Ô Notre-Dame, votre statue a été profanée par trois jeunes hommes qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient. Au pied de la Croix, votre Cœur Immaculé a été transpercé par un glaive de douleur. Vous portez ainsi dans votre Cœur douloureux, toutes les douleurs des hommes de notre temps et des hommes de tous les temps. Depuis huit jours, trois lumignons brûlent pour ces trois jeunes hommes qui ont dégradé votre statue. Obtenez-leur de Dieu le Père une grâce de conversion afin qu’ils reçoivent le don de Sa Miséricorde. Obtenez à cette ville de Lyon, à la France et au monde la paix, dans la vérité, la justice, le respect de la liberté de chacun, l’amour et le pardon.

Tous ensemble, nous disons :

Ô Notre-Dame, nous nous confions en vous,
en votre obédience bénie et en votre garde très spéciale.
Aujourd’hui et chaque jour,nous vous confions nos âmes et nos corps ;
nous vous confions tout notre espoir et toute notre consolation ;
toutes nos angoisses et nos misères ; notre vie et la fin de notre vie,
pour que par votre très sainte intercession et par vos mérites,
toutes nos actions soient dirigées et disposées selon votre volonté
et celle de votre Fils. Amen.

Laissez un commentaire