Saint Joseph, époux fort, obéissant et chaste

Classé dans : Homélies | 0

Homélie de Saint Joseph, 19 mars 2015.

Bien chers amis, puisse la Fête de Saint Joseph nous apporter consolation, joie et paix au terme d’une semaine de la Passion bien agitée. Notre Eglise est toujours défigurée par des scandales de pédophilie. Le Cardinal Barbarin a vu se déchaîner contre lui Médias et hommes politiques alors que, selon le Vatican, il a agi avec beaucoup de prudence ! Prions Saint Joseph pour l’Eglise et tous ses membres. Que cette Année jubilaire de la Miséricorde soit un temps de grâces pour tous et que, membres de la hiérarchie, fidèles laïcs et consacrés, se décident en vue de la sainteté. Jean XXIII, en convoquant le Concile Vatican II désirait le renouveau de l’Eglise par la sainteté de tous ses membres. Saint Joseph est, pour chacun de nous, un modèle de sainteté. La Liturgie de la Parole de cette solennité souligne sa dignité : il est le fils de David, le serviteur fidèle à qui Dieu a confié sa maison, le parfait descendant d’Abraham, qui partage pleinement la Foi du père d’un grand nombre de peuples, l’époux de la Vierge Marie, le père nourricier de Jésus. Saint Matthieu l’appelle l’homme juste ! Grande, très grande est sa sainteté !

Nous avions particulièrement souligné, l’année dernière, l’autorité paternelle de Saint Joseph, chef de la Sainte Famille. Cette autorité est une participation unique dans l’histoire de l’humanité à l’autorité paternelle de Dieu. Saint Matthieu révèle que c’est à Saint Joseph que l’ange demande de donner à l’Enfant le nom de Jésus. C’est à Saint Joseph que l’ange donne l’ordre de partir en Egypte, puis de revenir après la mort d’Hérode et de s’installer à Nazareth. Saint Joseph obéit, chaque fois, promptement et en toute confiance ! Saint Luc rapporte cette parole de la Sainte Vierge au moment où elle retrouve Jésus, enseignant les docteurs : « ton père et moi nous Te cherchions ! ». Saint Joseph était bien appelé le père de Jésus ! Il a donc exercé une réelle autorité paternelle sur Jésus. Cette mission, il ne se l’est pas donnée, mais il l’a reçue de Dieu le Père. Il nous semble important, en cette solennité de Saint Joseph, de souligner la dignité de l’homme et son autorité d’époux, de père et de chef de famille. Cette dignité, les idéologues du gender voudraient la lui enlever ! En rejetant le plan de Dieu sur le mariage et la famille, ces idéologues ne comprennent pas l’égale dignité et la merveilleuse et féconde complémentarité de l’homme et de la femme. Jean-Paul II a écrit un très beau texte sur la dignité de la femme. Il faudrait, aujourd’hui, écrire un texte sur la dignité de l’homme. Cette dignité est, bien sûr, parfaitement révélée dans la vie de Jésus. Mais Saint Joseph en est aussi le parfait témoin. Le Bon et Grand Saint Joseph n’avait pas choisi d’être l’époux de Marie et de participer à la paternité de Dieu le Père auprès de Jésus. Dans sa grande humilité, il devait ressentir une grande confusion d’avoir été choisi pour une telle mission. Il a exercé son autorité, non comme un tyran ou un dictateur, mais comme un humble serviteur. Puissent tous les chefs de famille et tous les responsables politiques exercer leur autorité en imitant l’humilité de Saint Joseph et en comprenant en profondeur que l’autorité est un service. La Vierge Marie n’était nullement jalouse de l’autorité de son époux. Elle était, bien au contraire, en sécurité avec un tel époux au cœur chaste et pur, courageux, sage et obéissant promptement à Dieu.

Saint Joseph révèle à tout homme que la source de sa dignité est l’obéissance à Dieu. Il est appelé l’homme juste parce qu’il est l’homme parfaitement obéissant. Saint Joseph est modèle parfait de tout homme par sa présence et sa proximité auprès de la Sainte Vierge et de Jésus. Être proche de son épouse et de Jésus, c’était s’intéresser aux plus petites choses de leur vie, leur rendre service. Saint Joseph ne vivait pas pour lui mais pour la Vierge Marie et Jésus. Il était tout donné ! Il a dû être très prévenant pour la Vierge Marie, comme elle était très prévenante pour lui. Sa prévenance était toute gratuite et n’attendait rien en retour. Notre Pape François, en cette année de la Miséricorde, unit deux importantes qualités de l’amour : la sainteté et la miséricorde. Ces deux qualités se retrouvent à la perfection en Saint Joseph, saint et miséricordieux. Notre Fondateur, quant à lui, parlait souvent des trois vertus de l’invincible fidélité d’amour : patience, persévérance et confiance : Saint Joseph est un modèle parfait de patience, de persévérance et de confiance ! La Vierge Marie a dû être réconfortée par sa patience, sa persévérance et sa confiance. Saint Joseph a été l’homme

fort : il est dit dans le Cantique des cantiques (8, 6-7a) : l’amour est fort comme la mort. Forte est la mort, puisqu’elle peut nous enlever le don de la vie, mais plus fort est l’Amour de Jésus, puisqu’il nous rend la vie ! Demandons à l’Esprit Saint de faire grandir en nous Son Don de Force afin  Saint Joseph a participé à cette force de Jésus. La Vierge Marie était en sécurité auprès de lui. L’homme doit être pour la femme comme un rocher. Quelle confiance pour la Vierge Marie d’être  aimé par un époux dont l’amour est fort comme la mort. Saint Joseph, enfin, a toujours été prompt au sacrifice, compatissant, indulgent, doux et humble de cœur. Admirons la grande sainteté de Saint Joseph et confions-nous à lui.

Laissez un commentaire