Comprendre le rite du lavement des pieds

Classé dans : Homélies | 0

Homélie du jeudi 21 avril 2016
Relisons avec beaucoup d’enthousiasme, en cette année de la Miséricorde, le livre des Actes des apôtres. C’est vraiment l’évangile du Saint-Esprit. Combien l’action de l’Esprit Saint est évidente. Le nombre des disciples de Jésus était dérisoire et pourtant, l’Esprit-Saint va agir avec puissance pour conquérir à Jésus de nombreuses foules et fonder de nombreuses Eglises particulières en Asie mineure puis en Europe ! Nous voyons, aujourd’hui, comment Saint Paul a prêché à ses frères juifs. Il s’adressait d’abord à eux. S’ils refusaient son témoignage, il se tournait alors vers les païens. Ces derniers ont ouvert leur cœur à l’évangile.

Arrêtons-nous, aujourd’hui, davantage sur l’évangile qui nous reparle, en ce jeudi, du lavement des pieds. Benoît XVI, dans son livre sur Jésus et dans une des homélies de la Messe de la Cène du Seigneur, a expliqué ce qu’était ce rite si important, précédant l’Institution de l’Eucharistie et du Sacerdoce. Ce rite du Jeudi Saint, c’est évident, est lié à l’institution de ces deux grands sacrements. Il est un moment, comme l’a rappelé le pape émérite,  » où Jésus endosse l’étoffe de l’humanité et se fait esclave. Mieux qu’un simple lavement, ce geste, dit le pape, est un véritable acte de purification, ainsi par sa parole et son amour, le Christ purifie le chrétien. « Jour après jour nous sommes recouverts de différentes formes de poussière, de paroles vides, de préjugés, d’une sagesse réduite et altérée. Tout cela blesse et contamine notre âme, tout cela nous menace d’incapacité de voir la vérité et le bien. Si nous accueillons les paroles de Jésus avec un cœur attentif, elles se révèlent véritablement une purification de l’âme, de l’homme intérieur ». Un acte suprême d’amour que Jésus conclut en offrant un nouveau commandement:  » Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ». Dans le climat culturel d’une  »sagesse réduite et altérée », il y a le danger qu »’une fausseté ouverte s’infiltre au plus profond de nous ». Cette distorsion, explique Benoît XVI,  »offusque et contamine l’âme et nous menace d’une incapacité pour la vérité et le bien ».

Le rite du lavement des pieds, a expliqué le Saint-Père, est un  »don qui nous introduit dans la mentalité du Christ » qui révèle comment  »la grandeur de Dieu est différente de notre idée de grandeur, parce que nous désirons systématiquement un Dieu du succès et non de la Passion ».  »Le Jeudi Saint – a souligné le pape émérite – nous exhorte à ne pas laisser que la rancune envers l’autre devienne un empoisonnement de l’âme, à purifier sans cesse notre mémoire, nous pardonner mutuellement avec le cœur. Le christianisme en rapport avec le moralisme est de plus, une chose différente. Le christianisme est avant tout un don ».

L’Evangile du lavement des pieds nous invite à nous laisser purifier par Dieu, à le laisser nous rendre capables de la communion avec lui et avec nos frères. « C’est à cela que nous invite l’Evangile du lavement des pieds : à toujours nous laisser laver par cette eau pure, à laisser Dieu nous rendre capables de la communion conviviale avec Dieu et nos frères. Nous avons besoin de ce ‘lavement des pieds’, de ce lavement des péchés quotidiens et pour cela nous avons besoin de la confession des péchés dont parle saint Jean dans cette Lettre… Nous avons besoin de la confession sous la forme du sacrement de la réconciliation. Par ce sacrement le Seigneur lave toujours à nouveau nos pieds sales afin que nous puissions nous asseoir à table avec Lui ».

Benoît XVI a précisé que « dans le lavement des pieds, Jésus met en évidence… le contenu du mystère du Christ ». Le lavement des pieds indique le « sacramentum Christi dans son ensemble, son service de salut, sa descente jusqu’à la croix, son amour jusqu’à la fin qui nous purifie et nous rend capables de Dieu mais le Seigneur élargit le sacramentum en en faisant l’exemplum, un don, un service envers les frères. Nous devons nous laver les pieds les uns les autres dans le service quotidien et réciproque de l’amour, a-t-il déclaré. Nous devons nous laver les pieds dans le sens où nous devons aussi nous pardonner les uns les autres . C’est à cela que nous exhorte le Jeudi Saint : ne pas laisser la rancœur envers l’autre empoisonner notre âme. Il nous exhorte à purifier continuellement notre mémoire, en nous pardonnant réciproquement du fond du cœur, en nous lavant les pieds les uns les autres, afin de pouvoir nous rendre ensemble au banquet du Seigneur ».


« Le Jeudi Saint est un jour de gratitude et de joie pour le grand don de l’amour jusqu’à la fin que nous a fait
le Seigneur. En cette heure prions le Seigneur afin que cette joie et cette gratitude deviennent en nous la force d’aimer ensemble avec son amour »
.

Puissent ces paroles de Benoît XVI, nous aider à mieux comprendre le rite du lavement des pieds, tel que Jésus l’a voulu. Il est évident qu’il est lié à l’institution de l’Eucharistie et à l’institution du sacerdoce. Jésus n’a lavé les pieds que des 12 apôtres. Ce rite, comme Benoît XVI le précisait, est un rite de purification afin que les apôtres puissent prendre part à la première Messe qui va être célébrée.

Laissez un commentaire