En ce mois de Marie de l’année de la Miséricorde, prions et faisons prier le Rosaire pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie

Classé dans : Consigne spirituelle | 0
Téléchargez le texte intégral de la consigne de mai 2016

Bien chers amis et bien chers jeunes amis,

Notre Eglise continue à être secouée par des tempêtes, mais gardons  confiance et ne perdons pas courage. Les prêtres et les consacrés, qui l’ont trahie, défigurent son visage. Benoît XVI a condamné avec une fermeté exemplaire les péchés de pédophilie, que Jean-Paul II a qualifiés de péchés effroyables aux yeux de Dieu. Ces péchés, pour le Magistère actuel de l’Eglise, sont passibles de la justice civile et punis par le droit interne de l’Église catholique : le pardon ne remplace pas la justice. Puissent les victimes être accueillies, aidées, aimées et puissent les coupables réparer et se convertir ! N’oublions pas de prier pour les prêtres et consacrés fidèles qui se donnent sans compter à la Mission de l’Eglise et au Salut des âmes. Ne rougissons pas de Jésus, n’ayons pas honte de Son Eglise, vivante et jeune, qui se prépare au grand et joyeux évènement que seront les JMJ de Cracovie.

L’Exhortation «Amoris laetitia» fait l’objet de nombreux commentaires contradictoires. Vous avez très probablement déjà lu notre clé de lecture, que vous pouvez trouver sur notre Site internet. Nous continuons à croire en la prophétie de Saint Jean-Paul II : le troisième millénaire sera le millénaire des familles, parce que la Famille est Gaudium et Spes !

En ce mois de Marie de l’année jubilaire de la Miséricorde, nous vous invitons à prier plus intensément encore le Rosaire pour la paix du monde et pour toutes les personnes qui souffrent en ce monde et qui sont découragées, voire désespérées. Nous voulons aussi nous préparer au centenaire des apparitions de Fatima, qui sera célébré en mai 2017. Notre consigne de cordée sera, de ce fait, centrée sur le message de Fatima qui, selon Benoît XVI, est le message prophétique le plus important du vingtième siècle.

http://fmnd.org/Photos/Marie/ndfatima640.jpg

Nous reproduisons, en cette introduction, les trois parties du secret de Fatima, secret qui, depuis l’an 2000, a été intégralement révélé et authentiquement interprété.

Sœur Lucie, dans le troisième mémoire du 31 août 1941, adressé à son évêque, écrivait : « Le secret comporte trois choses distinctes, et je vais en dévoiler deux. La première fut la vision de l’Enfer. Notre-Dame nous montra une grande mer de feu, qui paraissait se trouver sous la terre et, plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme s’ils étaient des braises transparentes, noires ou bronzées, avec une forme humaine. Ils flottaient dans cet incendie, soulevés par les flammes, qui sortaient d’eux-mêmes, avec des nuages de fumée. Ils retombaient de tous côtés, comme les étincelles retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient trembler de frayeur. Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d’animaux épouvantables et inconnus, mais transparents et noirs. Cette vision dura un moment, grâce à notre bonne Mère du Ciel qui auparavant nous avait prévenus, nous promettant de nous emmener au Ciel (à la première apparition). Autrement, je crois que nous serions morts d’épouvante et de peur.

Ensuite nous levâmes les yeux vers Notre-Dame, qui nous dit avec bonté et tristesse: – Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé. Si l’on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne, qu’Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l’Église et le Saint-Père. Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. À la fin, mon Cœur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix ».

Ces deux premières parties du secret étaient révélées depuis plusieurs années, la 3e partie, écrite par sœur Lucie dans le même troisième mémoire, n’a été révélée, quant à elle, qu’en l’an 2000.

Voici le texte intégral de ce qui était appelé « le 3e secret de Fatima » :

« J.M.J. La troisième partie du secret révélé le 13 juillet 1917 dans la Cova de Iria-Fatima. J’écris en obéissance à Vous, mon Dieu, qui me le commandez par l’intermédiaire de son Exce Rév.me Monseigneur l’Évêque de Leiria et de Votre Très Sainte Mère, qui est aussi la mienne. Après les deux parties que j’ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde; mais elles s’éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui; l’Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d’une voix forte : Pénitence !Pénitence ! Pénitence ! Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu : “Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant” un Évêque vêtu de Blanc, “nous avons eu le pressentiment que c’était le Saint-Père”. Divers autres Évêques, Prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s’ils étaient en chêne-liège avec leur écorce; avant d’y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d’un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu’il trouvait sur son chemin ; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches ; et de la même manière moururent les uns après les autres les Évêques, les Prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s’approchaient de Dieu ».

http://fmnd.org/Photos/Papes/jpii_stlaurent.jpgLe 12 mai 1982, alors que cette troisième partie du secret de Fatima n’était toujours pas révélée, sœur Lucie écrivait à Jean-Paul II, qui, lui, en connaissait le contenu : « La troisième partie du secret se réfère aux paroles de Notre-Dame : “Sinon la Russie répandra ses erreurs à travers le monde, favorisant guerres et persécutions envers l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites” (13-VI-1917). La troisième partie du secret est une révélation symbolique, qui se réfère à cette partie du Message, conditionné par le fait que nous acceptions ou non ce que le Message lui-même nous demande : “si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, etc…”. Comme nous n’avons par tenu compte de cet appel du Message, nous constatons qu’il s’est réalisé, la Russie a inondé le monde de ses erreurs. Et si nous ne constatons pas encore la réalisation totale de la fin de cette prophétie, nous voyons que nous nous y acheminons peu à peu à grands pas. Si nous ne renonçons pas au chemin de péché, de haine, de vengeance qui viole les droits de la personne humaine, d’immoralité et de violence, etc. Et ne disons pas que c’est Dieu qui ainsi nous punit ; au contraire, ce sont les hommes qui préparent eux-mêmes leur châtiment. Dans sa sollicitude, Dieu nous avertit et nous incite à prendre le bon chemin, respectant la liberté qu’il nous a donnée ; c’est pourquoi les hommes sont responsables ».

Extraits du commentaire théologique du Cardinal Joseph Ratzinger, demandé par Jean-Paul II et publié le 27 juin 2000 : « Comme parole-clé de la première et de la deuxième parties du « secret », nous avons découvert celle qui dit « sauver les âmes » ; de même, la parole-clé de ce « secret » est un triple cri : « Pénitence, Pénitence, Pénitence ! » Il nous revient à l’esprit le début de l’Évangile : « Pænitemini et credite evangelio » (Mc 1, 15). Comprendre les signes des temps signifie comprendre l’urgence de la pénitence – de la conversion – de la foi…. Le lieu de l’action est décrit par trois symboles : une montagne escarpée, une grande ville à moitié en ruines et finalement une grande croix en troncs grossiers.

La montagne et la ville symbolisent le lieu de l’histoire humaine : l’histoire comme une montée pénible vers les hauteurs, l’histoire comme lieu de la créativité et de la convivialité humaines, mais en même temps comme lieu de destructions, par lesquelles l’homme anéantit l’œuvre de son propre travail. La ville peut être lieu de communion et de progrès, mais aussi lieu des dangers et des menaces les plus extrêmes. Sur la montagne se trouve la croix – terme et point de référence de l’histoire. Par la croix, la destruction est transformée en salut ; elle se dresse comme signe de la misère de l’histoire et comme promesse pour elle…

Je  voudrais enfin reprendre encore une autre parole-clé du « secret » devenue célèbre à juste titre : « Mon Cœur immaculé triomphera ». Qu’est-ce que cela signifie ? Le Cœur ouvert à Dieu, purifié par la contemplation de Dieu, est plus fort que les fusils et que les armes de toute sorte. Le fiat de Marie, la parole de son cœur, a changé l’histoire du monde, parce qu’elle a introduit le Sauveur dans le monde – car, grâce à son «oui», Dieu pouvait devenir homme dans notre monde et désormais demeurer ainsi pour toujours. Le Malin a du pouvoir sur ce monde, nous le voyons et nous en faisons continuellement l’expérience ; il a du pouvoir parce que notre liberté se laisse continuellement détourner de Dieu. Mais, depuis que Dieu lui-même a un cœur d’homme et a de ce fait tourné la liberté de l’homme vers le bien, vers Dieu, la liberté pour le mal n’a plus le dernier mot. Depuis lors, s’imposent les paroles : «Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance; moi je suis vainqueur du monde » (Jn 16,33). Le message de Fatima nous invite à nous fier à cette promesse ».

Ces textes sont d’une très grande importance pour lire les signes des temps. Ne nous contentons pas de les lire, d’une manière superficielle, une seule fois. Méditons-les, plusieurs fois en ce mois ! Le message de Fatima est, pour Benoît XVI rappelons-le, la plus grande prophétie du vingtième siècle ! Puisse cette consigne nous aider à mieux préparer le centenaire des apparitions de Fatima et à hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie !

1) Prière d’introduction : Viens Esprit de sainteté… Notre Père… Je vous salue MarieNotre-Dame des Neiges, priez pour nous. Saint Joseph, St Athanase, Sts Jacques le mineur et Philippe, St Andéol, Ste Rosa, Bse Caroline, Ste Solange, Bse Imelda, St Pascal, Bse Blandine, St Bernardin, Ste Rita, Bse Hélène, Ste Jeanne-Antide, Ste Salomé, Ste Madeleine Sophie, St Philippe Néri, St Yves, Ste Jeanne d’Arc, Bse Marie Céline, Sts Patrons et Sts Anges gardiens.

2) Efforts : a) Fidélité au chapelet quotidien ;

b) si possible, réunissons-nous, au moins une fois par semaine, avec des amis ou des voisins pour prier un chapelet.

Parole de Dieu : Ap. 12.

3) Consigne spirituelle : à télécharger ici au format PDF.

Notre Famille Missionnaire de Notre-Dame vous remercie de vos prières et vous assure des siennes en vous souhaitant un bon mois de Marie. Merci de bien prier pour le rassemblement des jeunes pour Pentecôte et pour la journée des vœux de trois de nos sœurs, le dimanche 5 juin.

Père Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *