Homélie du dimanche des vocations

Classé dans : Homélies | 0

Homélie du dimanche 17 avril  2016. Journée de prière pour les Vocations

Le 4e dimanche de Pâques, depuis le 11 avril 1964, est devenu le dimanche des vocations. Notre Pape François, dans son message pour le dimanche des vocations de cette année, nous dit :

« Comme je voudrais, au cours du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, que tous les baptisés puissent expérimenter la joie d’appartenir à l’Église ! Puissent-ils redécouvrir que la vocation chrétienne, ainsi que les vocations particulières, naissent au sein du peuple de Dieu et sont des dons de la miséricorde divine. L’Église est la maison de la miséricorde, et constitue le « terreau » où la vocation germe, grandit et porte du fruit. Pour cette raison, je vous invite tous, en cette 53ème Journée Mondiale de Prière pour les Vocations, à contempler la communauté apostolique, et à être reconnaissants pour le rôle que joue la communauté dans le parcours vocationnel de chacun. Dans la Bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, j’ai fait mémoire des paroles de saint Bède le Vénérable concernant la vocation de saint Matthieu : « Miserando atque eligendo ». L’action miséricordieuse du Seigneur pardonne nos péchés et nous ouvre à la vie nouvelle qui se concrétise dans l’appel à sa suite et à la mission. Toute vocation dans l’Église a son origine dans le regard plein de compassion de Jésus. La conversion et la vocation sont comme les deux faces d’une même médaille et elles se rappellent sans cesse à nous, dans notre vie de disciple missionnaire ».

Jésus, dans l’évangile, s’est révélé comme le Bon Pasteur. Grandissons dans la foi et l’espérance : nous n’avons rien à craindre avec un tel Pasteur. Il est la Vérité et c’est pour cela que nous écoutons sa voix et que nous Le suivons. Il nous connaît comme Il connaissait Marie Magdeleine qu’Il appelait par son nom : « Marie » ! En ces temps où beaucoup perdent confiance à cause des scandales de membres consacrés de l’Eglise et des scandales et mensonges de responsables politiques et sociaux, combien il est important de mettre sa confiance en Celui qui est la Vérité en Personne et qui ne déçoit jamais : Jésus.

La confiance que nous mettons en Jésus, nous la mettons aussi en des hommes, pauvres, humbles et fragiles, mais qui, par la grâce du sacrement de l’Ordre, agissent en Pasteurs selon le Cœur de Jésus sans aucun intérêt personnel, prêts à donner leur vie pour servir le Christ, l’Eglise et la cause de la Vérité. Réjouissons-nous profondément et remercions, en ce dimanche, le Saint Esprit qui donne à Son Eglise de vrais et saints Pasteurs ! Puissent tous les évêques, les prêtres, les diacres, les consacrés et les fidèles laïcs imiter les saints Pasteurs qui, depuis les apôtres, n’ont pas cessé de transmettre l’évangile, de donner les sacrements et d’éduquer les fidèles dans la fidélité à la Tradition de l’Eglise.

Jésus nous appelle à la sainteté. Seule, la sainteté des baptisés est le remède à la crise actuelle! N’utilisons jamais le mensonge, mais soyons des témoins de Jésus, la Vérité en Personne ! Personne ne vous arrachera de ma main, nous dit Jésus. Le Père et Moi nous sommes Un ! Croyons en ces paroles de Jésus et ne vous décourageons pas si Satan semble régner en monde.

Les premiers martyrs chrétiens ont été mis à mort à cause de Jésus. Leur mort est devenu leur victoire ! Le sang des martyrs est semence de chrétiens. Donc, les lois, qui sont en contradiction avec la Loi naturelle, ne doivent pas nous faire cesser d’agir, mais nous devons, au contraire, témoigner davantage et sans relâche de la Vérité qu’est Jésus, de l’Amour qu’est Jésus et de la Vie qu’est Jésus. Puisse le témoignage des témoins de Jésus permettre la réalisation de la prophétie de Saint Pie X : la conversion de la France, Fille aînée de l’Eglise, appelée à entraîner ses sœurs, les autres Nations européennes, à la fidélité à leurs racines chrétiennes.

Saint Jean, dans la deuxième lecture de ce dimanche, se réjouissait de voir cette foule immense des Saints du Ciel ! Nous aussi, nous nous réjouissons de voir les familles et les jeunes des générations Jean-Paul II, Benoît XVI et François se lever pour dire : nous voulons la fidélité de notre Nation aux promesses de son baptême, nous voulons la fidélité à la Loi naturelle, nous voulons le vrai bien de la France et de tous les Français !

Saint Luc, dans la première lecture, nous a dit : les disciples étaient pleins de joie dans l’Esprit Saint. Les persécutions, non seulement, ne leur ont pas enlevé cette joie, elles l’ont plutôt renforcée. Soyons dans la joie et que la crise de notre temps, non seulement ne nous fasse pas perdre confiance en Jésus et en son Eglise, mais nous fasse grandir dans la foi, l’espérance et la charité : Jésus ressuscité est avec nous. Il nous envoie son Esprit. Nous sommes encordés à la Vierge Marie. Si Dieu est pour nous qui sera contre nous ?

Je conclus en citant un petit extrait du dernier message que Benoît XVI avait préparé pour le dimanche des vocations 2013 :
« Jésus le Ressuscité nous appelle à réaliser notre vie avec Lui, le seul qui soit capable d’étancher notre soif d’espérance. Aujourd’hui encore, Vivant dans la communauté des disciples qui est l’Eglise, il appelle à le suivre. Aujourd’hui encore Jésus répète: «Viens! Suis-moi!». Le suivre signifie immerger sa propre volonté dans la volonté de Jésus, lui donner vraiment la priorité, le mettre à la première place par rapport à tout ce qui fait partie de notre vie: la famille, le travail, les intérêts personnels, soi même. Cela signifie Lui remettre notre propre vie, vivre avec Lui dans une intimité profonde, entrer à travers Lui en communion avec le Père dans l’Esprit Saint et avec les frères et sœurs. Chers jeunes, n’ayez pas peur de le suivre et de parcourir les voies exigeantes et courageuses de la charité et de l’engagement généreux ! Ainsi vous serez heureux de servir, vous serez témoins de cette joie que le monde ne peut donner, vous serez les flammes vives d’un amour infini et éternel, vous apprendrez à «rendre raison de l’espérance qui est en vous».

Notre Pape François conclut, quant à lui, son message par cette prière : « Père de miséricorde, qui as donné ton Fils pour notre salut et qui nous soutiens sans cesse par les dons de ton Esprit, donne-nous des communautés chrétiennes vivantes, ferventes et joyeuses, qui soient sources de vie fraternelle et qui suscitent chez les jeunes le désir de se consacrer à Toi et à l’évangélisation. Soutiens-les dans leur application à proposer une catéchèse vocationnelle adéquate et différents chemins de consécration particulière. Donne la sagesse pour le nécessaire discernement vocationnel, afin qu’en tous resplendisse la grandeur de ton Amour miséricordieux. Marie, Mère et éducatrice de Jésus, intercède pour chaque communauté chrétienne, afin que, rendue féconde par l’Esprit Saint, elle soit source de vocations authentiques au service du peuple saint de Dieu. »

Laissez un commentaire