Ressuscités avec le Christ témoignons par l’exemplarité

Classé dans : Consigne spirituelle | 0
Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF
Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF

Du 8 au 15 avril : Ressuscités avec le Christ, témoignons par l’exemplarité !

             Voici comment on présente l’exemplarité aux chefs d’entreprise :

« Dans l’entreprise, l’exemplarité repose sur trois pieds : transparence, humilité, intérêt collectif.         

            – Transparence sur l’usage de son temps et sur sa valeur ajoutée. Si tout ne peut être connu, un chef doit pouvoir accepter que ce qu’il fait et la valeur qu’il apporte soit, dans la mesure du possible, vu par les équipes.

            – L’humilité suppose d’accepter de ne pas faire semblant d’être parfait et donc d’avoir des objectifs d’amélioration personnels et d’être challengé sur ses prises de position. Il ne suffit pas au manager de donner la direction et de dire ce qu’il faut faire. Surtout dans les périodes de changement, l’exemplarité suppose de montrer en quoi, s’il concerne toute l’entreprise, il commence par ses propres comportements. Se remettre en cause consiste à faire l’inverse de cet usage du pouvoir qui permet de se protéger soi, tout en déstabilisant les autres.

            – Enfin, l’intérêt collectif. Le dirigeant ne doit laisser aucun espace au soupçon de faire passer des intérêts particuliers pour lui ou ses proches aux dépens du collectif. Sinon, c’est une invitation à chacun de profiter du système autant qu’il le peut, de là où il est ».

 
Si les cadres des entreprises sont invités à  vivre une telle exemplarité, que devrait exiger Jésus de ceux qui participent à Sa Résurrection et qui doivent rechercher les choses d’en-haut ? Reprenons les trois mots clés de l’exemplarité du chef d’entreprise : transparence, humilité, intérêt collectif. Appliquons-les à notre vie en n’oubliant pas ce que nous avons dit, avec Saint Paul, dans la première partie de cette consigne de cordée !

            Sommes-nous, en vérité, transparents ? Nous devons être cohérents avec notre être chrétien. Nos paroles et nos actes sont-ils, en vérité, cohérents avec notre être qui participe à la Résurrection de Jésus ? Donnons-nous l’apparence de la sainteté ou sommes-nous en marche vers la sainteté, malgré nos défauts et nos péchés ? Notre Pape François sait que nous sommes, tous, pécheurs. La sainteté ne consiste donc pas à ne plus jamais pécher, mais à ne pas être corrompus ! Être transparent, c’est être un chrétien qui professe les 12 articles du credo, qui vit des sacrements et s’efforce d’obéir aux commandements de Dieu.

Sommes-nous humbles en vérité ? Notre Pape François nous montre la voie : « je suis un pécheur, mais je ne suis pas un corrompu ! » Être humble, c’est tout simplement témoigner de cette vérité révélée par Jésus à Saint Paul : « Ma Puissance se déploie dans la faiblesse » (2 Co 12, 9). Ne soyons ni des pharisiens hypocrites, ni des pélagiens, mais des disciples de Jésus, ressuscités avec Lui, et qui recherchent les réalités d’en-haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *