Seigneur, donne-moi cette eau : que je n’ai plus soif !

Classé dans : Consigne spirituelle | 0

Du 1er au 8 juin 2016 : Seigneur, donne-moi cette eau: que je n’ai plus soif (Jn 4,15) !

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF
Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF

En cette première semaine du mois du Sacré Cœur, nous célèbrerons la solennité du Sacré Cœur et la Fête du Cœur Immaculé de Marie en ayant la conviction que ce temps est propice à mon propre retour à Dieu. Les grâces de l’année jubilaire de la Miséricorde ne sont pas réservées aux grands pécheurs et aux autres. Je dois désirer ardemment la grâce d’un retour à Dieu, plus vrai et plus profond. Puisse l’évangile de la Samaritaine m’y aider !

Benoît XVI, le 16 février 2008, disait dans son homélie : « Tout commence par la question de Jésus: « Donne-moi à boire ». Jésus ouvre chez son interlocutrice un chemin intérieur qui fait apparaître en elle le désir de quelque chose de plus profond. Saint Augustin commente : « Celui qui demandait à boire, avait soif de la foi de cette femme ». En effet, à un certain point, c’est la femme elle-même qui demande de l’eau à Jésus, manifestant ainsi que dans chaque personne il y a un besoin inné de Dieu et du salut que Lui seul peut combler. Une soif d’infini qui ne peut être étanchée que par l’eau que Jésus offre, l’eau vive de l’Esprit ». Demandons au Cœur de Jésus d’avoir soif de Dieu, soif de Sa Parole et de Sa Grâce !

http://www.livresenfamille.fr/media/zoom/9782740310816_2.jpgPendant les Quarante-Heures de février 1922, Jésus s’adressa ainsi à sœur Josefa Menendez et à travers elle, à chacun de nous : « Présente à mon Père notre soif de sa Gloire. Mon Cœur est à toi. Prends en Lui tout ce dont tu as besoin. Aime-moi, glorifie-moi par mon Cœur. Je ne cherche ni ne demande de grandes choses. Ce que je désire, ce qui me console, c’est l’amour qui fait agir, oui, l’amour seul ! Je veux que les hommes raniment leur foi et leur amour, qu’ils vivent de confiance et d’intimité avec Celui qu’ils aiment et qui les aime. Qu’ils me voient au-dedans d’eux-mêmes. Ils sont la demeure de l’Esprit Saint. Et là qu’ils me voient comme je suis, c’est-à-dire comme Dieu, mais un Dieu d’Amour » (4-12-1923).

« Je ne désire pas seulement que les âmes s’unissent à moi d’une manière générale. Je veux que cette union soit constante et intime comme est l’union de deux personnes qui s’aiment et qui vivent près l’une de l’autre ; car si elles ne se parlent pas sans cesse, du moins se regardent-elles et ont-elles mutuellement les attentions et les délicatesses qui sont le fruit de l’amour. Si l’âme est dans la paix et la consolation, sans doute lui est-il facile de penser à moi. Mais si la désolation et l’angoisse la saisissent, qu’elle ne craigne pas ! Un regard me suffit. Je le comprends. Et seul ce regard obtiendra de mon Cœur les plus tendres délicatesses » (2-12-1922). « Certaines âmes commencent leur journée, pleines de bonne volonté et animées d’un vrai désir de me témoigner leur amour, me promettent leur abnégation et leur générosité en telle ou telle circonstance. Mais l’occasion venue, leur caractère, leur amour-propre, leur santé, que sais-je ? les empêchent de réaliser ce qu’avec tant de sincérité, elles m’avaient promis quelques heures auparavant. Cependant si aussitôt après, elles reconnaissent leurs faiblesses et, pleines de confusion, elles m’en demandent pardon, s’humilient et renouvellent leurs promesses, ah ! que l’on sache bien qu’elles me plaisent autant que si elles n’avaient rien à se reprocher » (12-12-1922). Puissent ces paroles du Cœur de Jésus, qui actualisent l’évangile, nous donner une confiance inébranlable dans l’Amour du Cœur de Jésus, qui a soif de Se donner à nous ! Prions pour nos sœurs Carla Elena, Jeanne-Thérèse et Teresa, qui scellent leur Alliance éternelle avec Jésus, leur Epoux, en ce dimanche 5 juin 2016.

Laissez un commentaire