Sur Ta Parole, je vais jeter les filets !

Classé dans : Consigne spirituelle | 0

Du 9 au 15 juin 2015 : Sur Ta Parole, je vais jeter les filets (Lc 5, 5) !

Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF
Téléchargez la consigne spirituelle du mois au format PDF

Cette deuxième partie de la consigne spirituelle voudrait être comme un appel pressant du Cœur de Jésus à participer plus activement à la nouvelle évangélisation. Pour que notre temps soit vraiment propice à un grand retour à Dieu, ceux qui ne savent pas qui est Dieu ont besoin de témoins de Jésus qui leur montrent la route du retour à Dieu.
Le 17 avril 2005, dans son dernier message pour la journée mondiale des vocations, Jean-Paul II avait écrit :

« »Duc in altum ! » Au début de la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, je me suis référé aux paroles par lesquelles Jésus exhorte ses premiers disciples à jeter les filets pour une pêche qui se révélera miraculeuse. Il dit à Pierre : « Duc in altum – Avance au large » (Lc 5, 4). « Pierre et ses premiers compagnons firent confiance à la parole du Christ et jetèrent leurs filets ». « Duc in altum ! » Le commandement du Christ est particulièrement actuel en notre temps, dans lequel une certaine mentalité diffuse favorise le désengagement de la personne devant les difficultés. La première condition pour « avancer au large » est de cultiver un profond esprit de prière nourri par l’écoute quotidienne de la Parole de Dieu.
L’authenticité de la vie chrétienne se mesure à la profondeur de la prière
, un art que l’on apprend humblement des lèvres mêmes du divin Maître, presque en implorant, comme les premiers disciples : ‘Seigneur, apprends-nous à prier !’
(Lc 11, 1). Dans la prière se développe ce dialogue avec le Christ qui fait de nous ses intimes : ‘Demeurez en moi, comme moi en vous’ (Jn 15, 4). La relation priante avec le Christ nous fait découvrir sa présence même dans les moments d’échec apparent, quand le labeur semble inutile, comme cela arriva aux Apôtres eux-mêmes qui, après avoir peiné toute la nuit, s’exclamèrent : « Maître, nous n’avons rien pris » (Lc 5, 5). C’est notamment dans de tels moments qu’il faut ouvrir son cœur au flot de la grâce et permettre à la parole du Rédempteur d’agir avec toute sa force : « Duc in altum! ». Ne mesurons pas l’efficacité de notre mission par rapport aux succès ou aux échecs, mais témoignons avec zèle et confiance de l’évangile par nos paroles et notre vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *