La prière au Cœur Immaculé de Marie, ND des Neiges, source de grâces et de paix du cœur.

Classé dans : Homélies | 0

Homélie du 25e dimanche ordinaire – Journée NDN 2016 à Bergerac

Bien chers amis, puisse ce dimanche en l’honneur de Notre-Dame des Neiges être un temps de grâces pour chacun de nous en ces temps si troublés. Nous avons constaté, en cet été, combien la prière au Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges, était source de grâces et de paix du cœur. Mais la paix du cœur ne signifie pas l’absence d’inquiétude et d’angoisse. Jésus, Marie et Joseph ont connu souffrances, inquiétude et angoisse tout en ayant une totale confiance en Dieu le Père. La Sainte Famille se laissait pleinement guider par le Saint-Esprit. En ces 14 et 15 septembre, nous avons contemplé la Croix glorieuse et prié Notre-Dame des douleurs. Benoît XVI à Lourdes, le 15 septembre 2008, nous avait invités à quêter le sourire de Marie. En cette journée Notre-Dame des neiges, quêtons ce sourire de Marie et, avec Saint Bernard, regardons l’étoile, invoquons Marie ! N’oublions pas, enfin, que nous sommes encore dans l’année jubilaire de la Miséricorde. Notre Pape François nous a fait le grand don d’une Année Sainte. En avons-nous profité ? Avons-nous accompli des œuvres de miséricorde et obtenu l’indulgence plénière de l’année jubilaire ? Avons-nous demandé et reçu le pardon de Dieu dans le sacrement de pénitence ? Il est encore temps de recevoir les grâces de l’année jubilaire : ouvrons nos cœurs à la Miséricorde divine, nous vivrons alors ces temps troublés dans la paix de Dieu, la sérénité et la Joie de l’Esprit-Saint.

Dans l’oraison de ce 25e dimanche, nous avons demandé à Dieu de garder ses commandements, qui se résument dans l’amour de Dieu et du prochain, et de parvenir à la vie éternelle. L’Eglise révèle ainsi que la Miséricorde à bon marché n’existe pas. Dieu Miséricordieux ne se fatigue jamais de pardonner, mais, comme le dit le Pape François, l’homme peut se fatiguer de demander pardon. Puisse la grâce de cette année de la Miséricorde être pour chacun de nous de ne jamais nous fatiguer de demander pardon et de ne jamais oublier le Ciel, notre unique Patrie.

Le prophète Amos, dans la première lecture, rappelait avec énergie le lien entre morale et religion. Le culte n’est agréé de Dieu que si nous professons les 12 articles du credo, si nous nous nourrissons des sacrements et si nous pratiquons les 10 commandements de Dieu. La miséricorde sans justice est une défiguration du véritable amour selon le Cœur de Jésus ! Imitons les Saints et mettons en pratique ce que Saint Jean-Paul II demandait aux jeunes : « soyez ce que vous devez être et vous mettrez le feu de l’Amour dans la monde ». Seule la sainteté renouvellera l’Eglise et le monde ! Puisse Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus de nous faire partager son désir d’être une grande sainte. Ce n’est pas une folie de le désirer pour la Gloire de Dieu ! Saint Paul, dans la deuxième lecture, nous a invités à prier sans nous lasser en union avec Jésus, qui s’est donné en rançon pour tous les hommes. Par ces paroles, l’apôtre des Nations veut nous aider à découvrir ou redécouvrir l’importance du mystère de la Rédemption par la Croix. Les œuvres de miséricorde ne consistent pas seulement dans le soulagement des corps. Jésus a, certes, guéri beaucoup de malades, mais Il avait toujours en vue le Salut des âmes. Osons parler du Salut des âmes dans la catéchèse ! Saint Paul nous a aussi exhortés à prier pour les Chefs et d’Etat et tous ceux qui ont des responsabilités. N’oublions pas cette recommandation en ce temps où la violence et la haine grandissent !

Jésus, dans l’évangile, nous invite enfin à faire un choix fondamental : le choix de Dieu et non celui de l’Argent trompeur ! Il utilise, pour nous le faire comprendre, une parabole surprenante : le gérant malhonnête ! Notre-Seigneur, c’est bien évident, ne peut pas nous encourager à mentir et à voler, mais Il invite les fils de la lumière à être plus habiles que les fils de ce monde, qui n’hésitent pas à utiliser le mensonge et l’injustice. Jésus ne demande pas à ses disciples d’imiter les habiletés mensongères des fils des ténèbres, mais à utiliser l’Argent trompeur pour venir en aide aux pauvres et aux démunis. En donnant aux pauvres, on s’enrichit en vue du Royaume de Dieu ! Mère Térésa, qui vient d’être canonisée est notre grand modèle ainsi que Saint Vincent de Paul.

Notre journée Notre-Dame des Neiges prépare au grand pèlerinage de Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre-de-Colombier. Cette année, ce grand pèlerinage se vivra sur deux samedis, les 10 et 17 décembre, pour permettre à tous nos amis qui le désirent de pouvoir participer aux grâces du 70e anniversaire de la bénédiction de la statue de Notre-Dame des Neiges. Notre Père Fondateur et Mère Marie-Augusta ont été conquis par la dévotion à Notre-Dame des Neiges. Ils nous invitent à nous consacrer à son Cœur Immaculé et à prier, chaque jour, le chapelet. Notre Fondateur désirait ardemment aussi que nous répondions aux demandes de Notre-Dame à Fatima par la dévotion des premiers samedis du mois. Nous aimerions vivifier cette dévotion en tous nos Foyers ! La statue de Notre-Dame des Neiges de St Pierre de Colombier a été bénite par Mgr Alfred Couderc, évêque de Viviers, le 15 décembre 1946. Ce jour-là, comme Marthe Robin l’avait annoncé 6 mois plus tôt, Mgr Couderc accepta le début de notre Fondation à Saint-Pierre. Nous célébrerons le 70e anniversaire de cette grande grâce, le 10 ou le 17 décembre prochain. Nous vous accueillerons avec joie !

Mère Monique, la dernière prieure du Carmel de Bergerac, avait, elle aussi, une grande dévotion à Notre-Dame des Neiges. Comme je vous l’ai déjà dit : nous avons reçu comme l’appel de venir à Bergerac, le 11 février 2008. Mère Monique à qui nous avions écrit et après avoir découvert notre dévotion à Notre-Dame des Neiges, a eu la conviction que notre Famille Missionnaire devait assurer la continuité de la prière et de la mission en ce carmel. Remercions Mère Monique et ses sœurs carmélites de nous avoir pressés de fonder ce Foyer de Bergerac. Prions davantage, en ce dimanche, pour elle et pour les carmélites d’Athènes. Nos frères prêtres ont fait tout ce qu’ils ont pu pour assurer le service sacerdotal en ces derniers mois. Nous remercions beaucoup le Père Guy pour sa grande disponibilité et, en ce dimanche, je vous annonce la nomination de Frère Martin, comme responsable de la branche masculine. Je sais que vous l’accueillerez bien. Il désire exercer sa mission d’apôtre de l’Amour avec ses frères et sœurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *