Saint Jean-Paul II, le Grand !

Homélie du samedi 22 octobre 2016. Rassemblement Foyers amis.

Bien chers foyers amis, bien chère famille de frère Paul, bien chers amis, notre adoration et notre chapelet nous ont préparés à cette Messe de Saint Jean-Paul II, le Pape de la famille, le Pape des jeunes, le Pape des malades, le Pape de Veritatis Splendor et de l’Evangile de la Vie, le Pape du Catéchisme de l’Eglise catholique, le Pape de la divine Miséricorde, et enfin le Pape du rosaire. Nous ne mesurons pas encore tout ce que l’Eglise et le monde doivent à Saint Jean-Paul II le Grand ! Oui, c’est une grande joie de commencer notre rassemblement des Foyers amis par la Messe de Saint Jean-Paul II ! C’est aussi une grâce pour frère Paul de se préparer à son ordination sacerdotale de demain par cette Messe en l’honneur de celui qui, chaque année, adressait une lettre chaleureuse à ses frères et fils prêtres. Il a toujours été un Père pour les prêtres. Il a redonné confiance à beaucoup de prêtres découragés par la crise de l’Eglise et du monde. Nous n’oublions pas son pèlerinage à Ars. Depuis le début de son pontificat il désirait rendre hommage au Saint Curé d’Ars et encourager tous les prêtres du monde. Dans son exhortation apostolique sur la vie et le ministère des prêtres, il nous avait appelés à prier Dieu le Père avec sa ferme conviction : Dieu nous donnera des prêtres selon Son Cœur. Saint Jean-Paul II a institué la journée de sanctification des prêtres en la solennité du Sacré Cœur. Pour lui, le renouveau de l’Eglise passait par le renouveau du sacerdoce : des prêtres saints pour une Eglise Sainte ! Bien chers foyers amis, bien chère famille de frère Paul, puissiez-vous faire vôtre cette conviction de Saint Jean-Paul II : soyez des familles saintes pour donner à l’Eglise et au monde les saints époux de demain, les saints prêtres de demain et les saints consacrés de demain !

            Saint Paul, en ce samedi, nous invite à nous émerveiller devant le mystère de l’Eglise, Corps du Christ. Jésus ressuscité, monté au Ciel, a fait de grands dons à Son Eglise : les Apôtres, les prophètes, les évangélisateurs, les pasteurs et ceux qui enseignent. En cette semaine missionnaire, comprenons ce que Jésus veut pour Son Eglise : non une démocratie, non une communauté seulement charismatique, mais une communion hiérarchique. Jésus est le Fondateur de l’Eglise. Il lui a donné une Tête sacrée = la hiérarchie. C’est par les trois degrés du sacrement de l’Ordre que l’on entre dans la Tête Sacrée de l’Eglise. Ceux qui reçoivent ce sacrement ne sont pas « supérieurs » à leurs frères et sœurs baptisés, mais ils sont à leur service, en agissant « in persona Christi »= dans la Personne du Christ pour les actes importants de leur ministère. Pourquoi Jésus a-t-Il voulu cette hiérarchie, Tête sacrée de Son Eglise ? Saint Paul l’explique : « de cette manière, les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le Corps du Christ … jusqu’à l’état de l’Homme parfait, à la stature du Christ dans sa plénitude ». Que veut dire l’apôtre des Nations par ces deux expressions « Homme parfait », « stature du Christ dans sa plénitude » ? St Augustin a bien compris la pensée de Saint Paul : Jésus ressuscité est le Christ Tête. Jésus et les baptisés sont le Christ Total. L’Homme parfait dont parle Saint Paul sera l’humanité récapitulée dans le Christ au Jour de la Résurrection des corps et du Grand Jugement universel. Ce jour-là, les rangs désertés par les anges révoltés seront à nouveau restaurés et le Ciel sera encore plus beau ! Voilà ce que St Paul veut nous dire en ce samedi. N’oublions pas, comme notre Pape François nous le rappelle très souvent, que nous ne sommes encore qu’en chemin. Tant que nous sommes sur cette terre, nous avons besoin de recevoir la divine Miséricorde, mais nous devons tendre, sans nous décourager, vers la sainteté. Saint Paul nous invite à vivre dans la vérité de l’amour pour grandir et nous élever vers Jésus ressuscité notre Tête. Saint Paul parle aussi de l’énergie en chaque membre. L’apôtre des Nations n’est pas un mou, il n’est pas un quiétiste, mais il nous appelle au combat spirituel par le développement des vertus. Ce combat, bien évidemment, ne peut pas se mener sans l’Esprit-Saint, qui nous communique sa force, son énergie.

Dans l’évangile, Jésus donne une parabole qui révèle une fois de plus la grande patience et la miséricorde de Dieu. Nous avons beaucoup parlé de la Miséricorde en cette année jubilaire, qui va se conclure. Après cette année de la Miséricorde, nous désirons l’année de la Justice Sainteté. Jésus nous justifie par pure Miséricorde. Aucun de nous n’a mérité la grâce de devenir enfant de Dieu par le baptême. Puisse cette année jubilaire nous faire prendre conscience du très grand don qu’est la Miséricorde. Mais, une fois justifiés et réconciliés, Jésus nous appelle à la sainteté. St Jean-Paul II, au cours du grand Jubilé de l’an 2000, a lancé, plusieurs fois, cet appel : n’ayez pas peur d’être des saints ! La Vierge Marie, le Père aimait le rappeler, disait : soyez saints, vite saints, grands saints ! Pour y arriver, Saint Jean-Paul II nous indique une voie sûre, celle de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort : « Totus tuus », je suis tout à toi, Marie. Nos Père et Mère nous invitent, quant à eux, à nous encorder à Notre-Dame des Neiges.

Laissez un commentaire