On ne s’ennuie jamais quand on fait la volonté de Dieu !

28 novembre 2016 – Ste Catherine Labouré – (Fr. Jean)

Nous célébrons aujourd’hui la 1ère mémoire de cette nouvelle année des saints. Tous les 3 ans nous vivons plus particulièrement l’année avec les saints afin qu’ils soient pour nous des modèles stimulants. De plus nous ouvrons dans la communauté l’année de la justice/sainteté. Il est donc heureux que cette année de la sainteté se déroule sous le regard des saints !

En ce 28 novembre nous avons la joie de fêter Ste Catherine Labouré, cette religieuse qui reçu la mission de la Sainte Vierge de faire frapper la médaille miraculeuse, médaille que nous portons sur notre cœur.

Ste Catherine est née le 2 mai 1806 en Bourgogne, elle est la 9ème d’une famille de 11. Elle perd sa maman alors qu’elle n’a que 9 ans. Elle choisit alors la Ste Vierge comme sa propre maman. Au cours de sa 1ère communion en 1818 (elle a 12 ans) elle entend l’appel de Dieu. 10 ans plus tard elle s’en ouvre à son père et rencontre un refus catégorique. Afin de la dissuader, celui-ci l’envoie travailler une année chez son frère dans un bistrot… Elle n’en sera pas ébranlée. L’année suivante elle travaille dans un pensionnat de jeunes filles avec les sœurs de St Vincent de Paul où elle reconnaît dans le portrait du saint fondateur le visage du prêtre qu’elle avait vu en songe 3 ans plus tôt : « Un jour tu viendras avec moi. Dieu a des desseins sur toi, ne l’oublie pas ! » lui avait-il dit. Finalement, grâce à son frère aîné, la décision paternelle évolue et Catherine peut rentrer chez les filles de la charité le 30 janvier 1830, elle a 24 ans. A ce moment-là, 80 novices y résidaient !

            Dès le début de sa vie religieuse elle vivra une véritable vie mystique. Le 18 juillet elle reçoit la 1ère apparition de la Ste Vierge. Un ange vient la chercher dans la nuit et l’amène dans la chapelle. Là la Vierge Marie lui apparaît, fait une belle génuflexion devant le St Sacrement et va s’asseoir au siège de présidence où elle s’entretiendra avec la religieuse pendant plus de 2 heures. Elle lui annonce des malheurs et l’invite donc à la prière ; elle se plaint du relâchement dans les 2 communautés de St Vincent et lui demande de tout dire à son confesseur. 4 mois plus tard, le 27 novembre, elle lui demande de faire frapper une médaille à l’image de la vision reçue. Au début son confesseur ne prête pas beaucoup d’importance au récit de sa pénitente, mais de peur d’offenser la Mère du Seigneur il demande conseil auprès de l’archevêque de Paris. Celui-ci ne voit aucun inconvénient à faire frapper la médaille décrite. Le 30 juin, 1500 médailles sont frappées et répandues : elle fait des merveilles. En 4 ans, plus de 11 millions de médailles sont distribuées. Ste Catherine quant à elle, reste dans le secret, même auprès de ses supérieurs. Elle continue de s’acquitter très soigneusement de son devoir d’état. Ce n’est qu’en 1876, 46 ans plus tard, qu’elle s’en ouvrira à ses supérieurs. Elle rappellera que Notre Dame demande aussi une statue qui n’est toujours pas réalisée. Cela martyrise le cœur de la religieuse. La supérieure intervient immédiatement et la statue voit le jour peu de temps avant sa mort, le 31 décembre de cette même année.

            En ce jour Ste Catherine nous invite à l’humilité et à la confiance envers la Vierge Marie. Pour nous, religieux, elle est en effet un exemple d’humilité. Humilité par sa discrétion, Mère Marie Augusta nous dirait qu’elle a été l’ange qui a montré le chemin puis a disparu. Dans son devoir d’état elle y mettait tout son cœur quoiqu’il fût : « On ne s’ennuie jamais quand on fait la volonté de Dieu. » disait-elle. Elle nous invite également à une confiance absolue en la Vierge Marie. Ste Catherine a toujours obéi à Notre Dame, et en ces temps troublés elle nous invite à nous tourner résolument vers notre Mère Céleste particulièrement avec la prière du chapelet : « La Ste Vierge est peinée qu’on ne le fasse pas assez convenablement dans la communauté. » faisait-elle remarquer. Qu’elle nous aide donc à nous préparer à la solennité de l’Immaculée Conception (elle a beaucoup vibré aux apparitions de Lourdes) et au 70ème anniversaire de la bénédiction de la Statue de Notre-Dame des Neiges. Que ces prochains 10 et 17 décembre Notre-Dame des Neiges puisse bénir de nombreuses foules en leur donnant force et courage dans la foi.

Laissez un commentaire