St Nicolas, évêque fidèle !

6 décembre 2016 : Saint Nicolas de Myre (Fr. Jean)

Saint Nicolas de Myre, que nous fêtons en ce 6 décembre, est un saint bien actuel. En effet nous entendons parfois dire que St Nicolas est l’ancêtre du Père Noël. Mais ceci ne serait-ce pas un signe des temps qui manifeste encore la déchristianisation de notre Europe ? Nous avons rejeté nos racines chrétiennes pour y introduire les rites païens du matérialisme et de l’athéisme. Prions donc instamment St Nicolas de venir réveiller les origines chrétiennes de notre pays, de l’Europe, ainsi que celle de l’Asie Mineure !

St Nicolas naquit dans l’actuelle Turquie à la fin du IIIème siècle. Ses parents lui donnèrent une bonne éducation chrétienne. Il fut moine puis Père Abbé du monastère de Ste Sion près de Myre, aujourd’hui Dembré au sud de l’Asie Mineure. Il fut ensuite élu évêque de Myre contre son gré. St « Nicolas réalisa tout ce qu’on attendait de l’évêque en ces temps primitifs ; il fut le guide doctrinal de son peuple, son défenseur dans les périls des persécutions, le sage administrateur des biens de la communauté chrétienne, un organisateur zélé des œuvres charitables. Jeté en prison durant les dernières années de la persécution de Dioclétien, il fut délivré à l’avènement de Constantin et revint à Myre. L’idolâtrie était encore vivace : l’évêque la combattit, renversant le temple de Diane qui était le centre de la réaction païenne dans la ville de Myre ; en un temps de famine, il s’ingénia pour procurer les vivres nécessaires à son peuple. »[1] Son attention pastorale se porta également vers la défense de la foi. Il mit toute son énergie à réfuter les erreurs d’Arius. Il est probable qu’il fut l’un des 318 évêques qui participa en 325 au Concile de Nicée. Il mourut peu de temps après (en 350 ?).

Rapidement, de son tombeau, on vit s’écouler une huile miraculeuse qui amena des foules à venir le prier. Dès le VIIème siècle son culte est introduit à Rome par l’intermédiaire de moines orientaux. En 1087, la ville de Myre tombant sous la main des turcs, des marchants de Bari récupérèrent les reliques du Saint et les ramenèrent dans leur ville où ils construisirent une église magnifique en son honneur. Peu après, au retour de Terre Sainte, Albert de Varangéville déroba à Bari un fragment de la main droite du saint pour la rapporter en Lorraine. Le village où fut construite l’église qui reçu les reliques (consacrée en 1101) prit par la suite le nom de Saint Nicolas de Port. Depuis ce temps de nombreux pèlerins y viennent le prier comme le fit Ste Jeanne d’Arc. Il devint officiellement le saint patron de la Lorraine après la victoire du duc Renée II contre Charles le Téméraire en 1477. Aujourd’hui encore un grand nombre de pèlerins participent chaque année à la grande procession en son honneur.

Le parcours atypique de ses reliques l’a fait devenir un saint très populaire, et ceci aussi bien en Orient qu’en Occident. Il est devenu, par le fait même, un intercesseur dans le dialogue œcuménique avec les orthodoxes. Chaque année des orthodoxes russes, dont il est le saint patron, viennent se joindre au pèlerinage des catholiques. Prions-le donc pour nos frères séparés de l’Orient, afin que l’Église puisse bientôt respirer avec ses deux poumons.

Nous pourrions encore nous arrêter sur les faits extraordinaires qu’il a accomplis ; des miracles réalisés aussi bien de son vivant qu’après sa mort, et qui furent, en partie, la cause de sa grande popularité. Cependant, aujourd’hui, arrêtons-nous davantage sur le courage qu’il a eu pour garder et enseigner la foi dans son intégralité. Il la défendit aussi bien face aux païens qu’en face de membres de l’Église elle-même. En effet, malgré le concile de Nicée que nous avons évoqué, l’hérésie d’Arius se propagea largement et atteint la quasi-totalité des évêques de l’époque. A l’instar d’un St Athanase et d’un St Hilaire, St Nicolas dû certainement se montrer un fils aimant et fidèle de l’Église en défendant la foi mise en péril par de fausses et attrayantes doctrines. C’est pourquoi, demandons-lui de veiller sur l’Église afin que la vérité soit toujours annoncée avec amour et clarté.

[1] http://missel.free.fr/Sanctoral/12/06.php

Laissez un commentaire