Ecce, Fiat, Magnificat !

Homélie de la fête de Notre-Dame des Neiges (2) – Messe du Coeur Immaculé de Marie  (P. Bernard – 17 décembre 2016)

Bien chers amis, merci d’être venus si nombreux pour le deuxième pèlerinage de la Grande Fête de Notre-Dame des Neiges en ce 70e anniversaire de sa statue à Saint-Pierre-de-Colombier. La semaine dernière, notre église était déjà trop petite pour contenir les quelques 900 pèlerins du premier pèlerinage. En prenant la décision de fêter Notre-Dame des neiges en ces deux samedis, nous ne pensions pas que nous serions plus de 2000 pour le jubilé du 70e anniversaire. Avec le Cœur Immaculé de Marie, disons à Dieu notre Père : magnificat, magnificat ! La semaine dernière, nous avons rappelé les paroles prononcées en cette église, le 15 décembre 1946, par notre Père Fondateur, avant de consacrer sa paroisse au Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges. Notre Père Fondateur liait le vocable Notre-Dame des Neiges à celui de Cœur Immaculé de Marie. La dévotion à Notre-Dame des Neiges en ce petit village de Saint-Pierre de Colombier est aussi lié à celle de la Rue du Bac. Le modèle de la statue, en effet, est celui de la rue du Bac, c’est le modèle choisi par le sculpteur, monsieur Bacchini. Notre-Dame des Neiges a les bras étendus et les mains ouvertes. Elle est la Médiatrice des grâces, par qui nous sont communiquées les Grâces de Dieu. Notre Fondateur, en consacrant sa paroisse au Cœur Immaculé de Marie, avait l’intention de répondre aux appels de Notre-Dame à Fatima. La dévotion à Notre-Dame des Neiges est donc aussi liée au message prophétique de Fatima, mais nous ne devons pas oublier aussi, bien évidemment, que le 15 décembre 1946, se fêtait en notre diocèse l’Immaculée Conception, en l’octave du 8 décembre. Notre-Dame des Neiges est donc enfin liée à Lourdes, le grand sanctuaire de la France où la Vierge Marie s’est révélée comme l’Immaculée Conception. L’humble Vierge Marie, par sa conception immaculée, a reçu une grâce unique dans l’histoire de l’humanité : elle est exempte des conséquences du péché originel, pleine de grâce dès le premier moment de sa conception et sanctuaire du Saint-Esprit. Cette grâce unique lui a été donnée parce que, de toute éternité, Dieu le Père l’a prédestinée à la mission unique d’être la Mère de Dieu et la Mère de tous les Sauvés. Saint Anselme disait : Dieu est le Père de toutes les choses créées et Marie est la mère de toutes les choses recréées. Dieu a engendré celui par qui tout a été fait, Marie a enfanté celui par qui tout a été sauvé (St Anselme Office des lectures du 8 décembre). Contemplons avec émerveillement, en cette Fête de Notre-Dame des Neiges, la beauté du Cœur Immaculé de Marie, qui n’a jamais rien refusé à Dieu et dont la sainteté héroïque peut être résumée par ces trois mots latins : Ecce, Fiat, Magnificat ! L’Ecce du Cœur Immaculé de Marie, c’est sa parfaite disponibilité à la Volonté Dieu. Le Fiat du Cœur Immaculé de Marie, c’est son « oui » sans condition pour consacrer à Dieu sa virginité, pour le mariage virginal avec Saint Joseph, pour sa maternité virginale, pour la naissance de Jésus dans la plus grande pauvreté, l’exil en Egypte, la vie cachée à Nazareth, la vie dans l’ombre pendant la vie publique de Jésus, la collaboration à la Rédemption jusqu’à la transfixion de Son Cœur Immaculé par le glaive de douleur, la longue et éprouvante solitude à Ephèse jusqu’à l’Assomption. Le Magnificat du Cœur Immaculé de Marie, c’est son acceptation amoureuse, généreuse et joyeuse de toutes les volontés du Seigneur. Demandons à l’Esprit-Saint, en ce jour de grâces, de nous révéler la très grande sainteté du Cœur Immaculé de Marie et celle de tendre à imiter son Ecce, son Fiat et son Magnificat. Le 8 décembre, nous avons contemplé avec émerveillement la grâce unique de l’Immaculée Conception. Aujourd’hui émerveillons-nous devant l’admirable collaboration du Cœur Immaculé de Marie à la Grâce divine. Le Cœur Immaculé de Marie nous aidera à mieux comprendre le mystère de la liberté et celui de la Grâce. N’ayons pas peur de la Grâce de Dieu ! Elle n’anéantit pas la liberté humaine, don de Dieu Créateur, mais elle lui permet d’atteindre son plus haut sommet : la liberté spirituelle parfaite, la liberté de ne pas être esclave du Mal et du Malin, mais de toujours vouloir le Bien ! Voilà ce que nous révèle, en ce jour de Fête, Notre-Dame des Neiges, le Cœur Immaculé de Marie.

            L’évangile de ce jour révèle le nouvel enfantement que Jésus demande à sa Mère : l’enfantement de nos âmes. Le Cœur Immaculé de Marie accepte généreusement cet enfantement douloureux, qui est une participation unique au mystère de la Rédemption, accomplie par Jésus. Le Cœur Immaculé de Marie a répondu un « oui » généreux à la demande de Son Fils. Et nous, que répondrons-nous à Jésus qui nous invite à accueillir sa Mère pour qu’elle soit notre Mère. Accueillons avec gratitude le don que Jésus nous fait et disons à notre Maman du Ciel à la suite de Saint Jean-Paul II : je suis tout à toi, Marie, totus tuus !

Le Cœur Immaculé de Marie veut nous éduquer à vivre selon la Sagesse de Dieu. C’est pour cela que l’Eglise a choisi comme lecture pour les Messes en l’honneur de la Vierge Marie ce passage de l’Ecclésiastique, que nous avons médité dans la première lecture. Vivre selon la Sagesse de Dieu, c’est aller à contre-courant de la soi-disant sagesse du monde ! En 1948, Mère Marie-Augusta annonçait le combat olympique de la pureté que nous aurions, tous, à mener. Confions à Notre-Dame des Neiges nos cœurs, nos familles, nos enfants et petits enfants et laissons-nous éduquer par le Cœur Immaculé de Marie pour ressembler davantage au Cœur de Jésus. Merci de prier avec nous et pour nous en cette Fête jubilaire de Notre-Dame des Neiges afin que notre Famille Missionnaire de Notre-Dame soit fidèle à l’esprit de ses Père et Mère et ait la joie d’accueillir de nouveaux apôtres de l’Amour, frères et sœurs, qui, malgré leur petitesse, participeront avec Jésus et le Cœur Immaculé de Marie à l’éducation des cœurs au bel amour. Le Cœur Immaculé de Marie, comme le disait le livre de l’Ecclésiastique, est comme un canal qui conduit la Grâce de Dieu en nos âmes. St Bernard a développé l’image de l’aqueduc. St Louis-Marie Grignion de Montfort aimait dire : à Jésus par Marie !

 La deuxième lecture de Saint Paul nous invite à rendre grâce à Dieu le Père d’avoir prédestiné la Vierge Marie, pour qu’elle soit bénie par Lui en son Fils Jésus-Christ dans l’Esprit-Saint. Remercions Dieu le Père, en ce pèlerinage jubilaire, d’avoir donné à l’humanité le Chef d’œuvre de la création. Avec le Bien-Aimé du Cantique des cantiques, disons à Notre-Dame des neiges : « que tu es belle ma bien-aimée, que tu es belle » ! Puisse notre pèlerinage nous donner force, consolation, paix, joie et amour en ces temps difficiles où Satan semble régner en maître. N’ayons pas peur : le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, prophétisé à Fatima, viendra malgré le Dragon rouge et tous les anges révoltés. Avec ce triomphe, adviendra le Règne du Cœur de Jésus. Esprit-Saint, fais grandir notre espérance !

    Au terme de la Messe solennelle de samedi dernier, j’ai rappelé la grâce de la journée du 15 décembre 1946 dont notre Père Fondateur a souvent témoigné : la grâce donnée à Mgr Alfred Couderc, évêque de Viviers, d’autoriser le début de la fondation de notre Famille Missionnaire de Notre-Dame. En 1996, le Père avait souligné que Marthe Robin avait prophétisé cette grande grâce, six mois avant, le 6 juin 1946, après avoir longuement prié avec Mère Marie-Augusta. Cet après-midi, nous renouvellerons notre consécration devant la statue de Notre-Dame des Neiges. Au terme de notre Messe, redisons ensemble la prière Ô Notre-Dame, en remerciant nos amis du Ciel et plus particulièrement Marthe Robin, Mère Marie-Augusta et notre Père Fondateur, qui ont beaucoup prié et offert pour obtenir la grâce de notre Fondation : rien n’est impossible à Dieu !

Laissez un commentaire