Aimer ou mourir !

22 décembre 2016 : Sainte Françoise-Xavière Cabrini (Fr. Clément-Marie)

 

« Aimer ou mourir ! » Voilà la devise de la sainte que nous fêtons aujourd’hui, et pour laquelle ces mots ne sont pas restés un slogan, mais ont été une idée vécue.

Françoise-Xavière Cabrini est née en Lombardie en 1850. Elle est la treizième enfant d’une famille de cultivateurs. Elle désire beaucoup être missionnaire en Chine, et se présente à plusieurs Communautés religieuses, mais y est chaque fois refusée en raison de sa santé fragile. Elle  devient alors institutrice et se dévoue beaucoup auprès des enfants. Un jour, l’évêque de Lodi lui dit : «Je sais que vous voulez être missionnaire. Je ne connais pas d’institution qui réponde à votre désir. Fondez-en une ! » Elle réfléchit un instant et répond : «Je chercherai une maison.» En sept ans, Mère Cabrini fonde sa Congrégation et la fait approuver par le Pape. L’institut s’étend rapidement.

Elle regarde toujours vers l’Orient et en particulier vers la Chine, mais Léon XIII lui demande d’aller plutôt accompagner les émigrants italiens qui traversent l’Atlantique, et se trouvent aux États-Unis, déracinés et abandonnés matériellement et spirituellement. Elle part en 1889. Là, sa communauté connaît un développement extraordinaire : hôpitaux, écoles, orphelinats surgirent en de nombreux endroits des États-Unis. Elle se dépense aussi en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Dotée d’une « force de caractère extraordinaire », elle fait vingt-quatre fois la traversée de l’océan, ramenant chaque fois un grand nombre de nouvelles religieuses missionnaires.

« Travaillons, travaillons, disait-elle toujours à ses Filles, car nous avons une éternité pour nous reposer. Travaillons simplement et bien, et le Seigneur est Celui qui fera tout. » Elle établit soixante-sept maisons en huit pays. Humble devant la prospérité de son oeuvre, elle répondait aux témoignages d’admiration : « Est-ce nous qui faisons cela ou bien est-ce Notre-Seigneur ? » Elle rend son âme à Dieu en 1917 à Chicago. Elle est canonisée par Pie XII en 1946, et déclarée patronne des migrants.

Évidemment, cette sainte est très actuelle. Elle nous invite à prier pour toutes les familles de réfugiés qui souffrent, et particulièrement pour tant de nos frères chrétiens aujourd’hui chassés de leurs pays, qui vivront Noël dans la souffrance.

Voici ce qu’écrivait le Pape Benoît XVI dans le dernier message qu’il rédigea pour la journée mondiale des migrants et des réfugiés : « Avant même le droit d’émigrer, il faut réaffirmer le droit de ne pas émigrer, c’est-à-dire d’être en condition de demeurer sur sa propre terre, répétant avec le Bienheureux Jean-Paul II que « le droit primordial de l’homme est de vivre dans sa patrie : droit qui ne devient toutefois effectif que si l’on tient constamment sous contrôle les facteurs qui poussent à l’émigration. » » Benoît XVI ajoutait : « Ainsi, alors que certains migrants atteignent une bonne position et vivent de façon digne, en s’intégrant correctement dans le milieu d’accueil, beaucoup d’autres vivent dans des conditions de marginalité et, parfois, d’exploitation et de privation de leurs droits humains fondamentaux, ou encore adoptent des comportements nuisibles à la société au sein de laquelle ils vivent. Le chemin d’intégration comprend des droits et des devoirs, une attention et un soin envers les migrants pour qu’ils aient une vie digne, mais aussi, de la part des migrants, une attention aux valeurs qu’offre la société où ils s’insèrent. »[1]

Enfin, sainte Françoise-Xavière Cabrini peut nous aider, à trois jours de la fête de Noël, à nous unir à La Vierge Marie et à Saint Joseph : ils approchent aujourd’hui de Bethléem, où il n’y aura pas de place pour eux. Que nous sachions, en nous, faire de la place à Celui qui s’apprête à venir vers nous. Qu’il nous trouve prêts à l’accueillir, Lui qui vient pour nous aider à vivre la devise de sainte Françoise-Xavière : « Aimer ou mourir ! »

[1] BENOÎT XVI, message pour la 99ème journée mondiale des migrants et des réfugiés (2013), 12 octobre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *