Je n’ai d’autre ambition que de plaire au Christ seul !

13 décembre 2016 : Sainte Lucie (Fr. Jean)

« Toi tu gardes les volontés de tes princes et moi j’observe nuit et jour les volontés de Mon Dieu… Toi tu désires leur plaire et moi je n’ai d’autre ambition que de plaire au Christ seul. Fais donc ce qui te sembles utile et moi je ferai ce qui sera utile au Salut de mon âme » Ce fut en partie la réponse de Ste Lucie à son juge. Une nouvelle victime de la sévère persécution de Dioclétien. Elle fut exécutée vers 304.

Ste Lucie est originaire de Syracuse. Dès son enfance elle s’offrit à Dieu en faisant vœu de virginité et manifesta un grand amour pour la Sainte de Catane. Elle conduisit notamment sa mère, malade depuis 4 ans sur le tombeau de Ste Agathe et obtient sa guérison. Elle obtint aussi le consentement de mère à son projet de virginité pour le Seigneur quoique déjà promise à un païen. Ste Lucie demanda pareillement à sa mère la permission de distribuer aux pauvres ce qui lui revenait de l’héritage de son père. Sa mère Eutychie y consentit. Cependant le prétendant ne voyait pas cela d’un très bon œil, surtout en réalisant que toute la fortune convoitée était en train de fondre comme neige au soleil. De plus, en découvrant la foi de Lucie ainsi que son vœu de virginité, il entra dans une fureur et la fit arrêter.

Le gouverneur romain désira qu’elle sacrifie aux dieux mais ses tentatives restèrent vaines et Lucie ne fléchit absolument pas, d’où un dialogue très beau avec des déclarations de foi, d’espérance, d’amour de Jésus, de présence du Saint-Esprit. Citons ce passage :

–          Tu changeras de langage, lorsque tu seras torturée, dit le consul Pascasius

–          Mon langage ne changera pas, répondit Lucie, le Seigneur lui-même a fait cette recommandation aux serviteurs de Dieu : ‘Quand vous serez devant les rois et les juges, ne vous mettez pas en peine de ce que vous devrez dire ; ce n’est point vous qui parlerez, mais le Saint-Esprit qui est en vous’ ».

–          Croyez-vous que le Saint-Esprit est en vous ?

–          Ce que je crois c’est que ceux qui vivent chastement sont les temples du Saint-Esprit.

–          Hé bien je vous ferai mener en un lieu infâme où vous perdrez votre chasteté afin que le Saint-Esprit vous abandonne !

Et irrité, il voulu l’envoyer comme promis dans ce lieu infâme, mais elle devint immobile et intransportable. Pris de peur le consul la fit revêtir de poix afin de la brûler mais le feu ne lui fit aucun mal et Lucie continua de chanter les louanges du Seigneur au milieu des flammes. On lui enfonce alors une épée dans la gorge (d’où certaine représentation avec un glaive) mais elle ne mourut pas tout de suite, elle pu recevoir d’un prêtre la communion avant de rejoindre l’époux de son âme. Certaine traditions ajoutent qu’on lui aurait arraché les yeux et que la Vierge Marie serait venue lui en redonner de plus beaux. C’est pourquoi elle est invoquée par les personnes souffrant de problèmes d’yeux.

Le culte de la sainte est attesté par de nombreuses traditions : canon de la messe romaine et ambrosienne, nombreux monastères placés sous son patronage, 2 églises en son honneur à Rome et 10 en Italie du Sud. L’archéologie a découvert à Syracuse une catacombe Sainte Lucie. De plus, proche de cette catacombe, une autre, du IVème siècle, nommée St Jean, fait également mention de la Sainte.

En cette semaine où nous nous préparons à vivre la deuxième partie de notre fête de Notre Dame des Neiges, demandons à Sainte Lucie d’implorer la Vierge Marie de déverser beaucoup de grâce de pureté dans les cœurs des nombreux pèlerins. Que son exemple entraine beaucoup à s’engager dans le combat olympique de la pureté. Demandons aussi à la sainte de Syracuse d’affermir notre foi, qu’elle nous donne  son courage et sa détermination en face de ceux qui s’opposent à l’œuvre de Dieu.

 

Laissez un commentaire