Non aux pornocrates, oui à la France chrétienne !

Classé dans : Homélies | 6

Homélie de la Nuit de Noël 2016 après le 70e anniversaire de la grande fête de Notre-Dame des Neiges.

Bien chers amis, nous voulons remercier Dieu avec vous, en cette Nuit de Noël, pour toutes les grâces qui ont été données en ce village de St-Pierre-de-Colombier, depuis le 15 décembre 1946. 2000 pèlerins ont participé, les 10 et 17 décembre au pèlerinage du 70e anniversaire de la bénédiction de la statue de Notre-Dame des Neiges ! Des pèlerins ont passé la nuit en car ou ont voyagé pendant 12 heures. Plusieurs ont témoigné avoir été comme pressés par la Vierge Marie pour faire ce pèlerinage. Notre petit village, consacré au Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame des Neiges, par notre Père Fondateur, le 15 décembre 1946, est devenu un Centre spirituel de Notre-Dame des Neiges. Nous le devons, nous en sommes conscients, à nos Père et Mère, fondateurs de notre Famille Missionnaire. En cette nuit de Noël, remercions Dieu avec des cœurs d’enfants reconnaissants et demandons-Lui la grâce que la première pierre du sanctuaire du Cœur Immaculé de Marie soit posée en l’an 2017, année du centenaire des apparitions de Fatima. Rien n’est impossible à Dieu ! Les paroissiennes de Saint-Pierre qui ont fait le vœu du 23 juillet 1944 ne s’imaginaient pas qu’elles seraient exaucées bien au-delà de leurs demandes. Grande est la Miséricorde de Dieu ! Que la sollicitude de la divine Providence nous donne joie, paix, confiance et force en ce Noël 2016 qui, pour beaucoup dans le monde, sera davantage un Noël de croix qu’un Noël de joie !

Le prophète Isaïe, dans la première lecture, nous a appelés à la joie et à l’espérance : un Enfant nous est né, un Fils nous est donné. Il est Dieu Fort, Père à jamais, Prince de la Paix. Il doit établir la paix sans fin et faire régner le droit et la justice pour toujours. Cette prophétie n’est pas encore réalisée en plénitude. Elle le sera, un jour, parce que Dieu ne peut ni Se tromper, ni nous tromper. En ces temps de grandes tristesses et d’angoisses, soyons témoins de cette grande espérance. Après le dernier attentat terroriste islamiste en Allemagne, l’Europe occidentale vit dans la peur de nouveaux attentats en cette Nuit de Noël. Le Moyen Orient n’est toujours pas en paix. Des frères chrétiens sont encore persécutés en divers pays du monde. Puissent la foi, l’espérance et la charité aider les chrétiens et les hommes de bonne volonté à vivre un vrai Noël de joie évangélique, de paix de Dieu et d’espérance du Royaume de Dieu de justice, de paix et d’amour !

Notre espérance doit être affermie par ce que vient de dire St Paul : la grâce de Dieu s’est manifestée pour tous les hommes. La grâce de Dieu dont parle Saint Paul est le don gratuit que Dieu le Père nous fait en cette Nuit de Noël : Il nous donne Son Fils pour que nous devenions ses enfants. Devenir enfant de Dieu, voilà la grâce de Dieu, grâce que nous avons reçue au jour de notre baptême. Emerveillons-nous en cette nuit de Noël d’être frères et sœurs de Jésus par l’action de l’Esprit-Saint et de pouvoir appeler Dieu le Père : « Papa » !

Nous venons de réentendre l’annonce de l’ange aux bergers: « je vous annonce une grande joie, aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David, Il est le Christ Messie, le Seigneur ! » Les bergers ont eu ensuite la grâce d’entendre l’acclamation enthousiaste des anges : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur terre aux hommes de bonne volonté ». Face à cette joyeuse nouvelle, osons poser cette question : comment se fait-il qu’en notre France, Fille aînée de l’Eglise, beaucoup de baptisés soient plus préoccupés par le réveillon de cette nuit que par la Messe de minuit ? Qui est donc pour ces baptisés, qui ne pratiquent plus, l’Enfant-Jésus qui va être porté solennellement dans la Crèche à la fin de la Messe ? Le chant du minuit chrétien que nous chanterons avec joie avant de porter l’Enfant-Jésus dans la Crèche ferait-il seulement partie d’un répertoire à jamais révolu de nos ancêtres ? Il est temps de nous réveiller et de retrouver les racines chrétiennes de la France par la fidélité aux promesses de notre baptême. Un homme politique français vient de lancer un SOS : les cloches sonneront-elles encore en France ? Elles peuvent encore sonner. Elles ne doivent pas sonner le glas parce que la France n’est pas encore morte. Mais elles doivent sonner le tocsin parce que la Fille aînée de l’Eglise est en train de perdre son âme ! Il faut la sauver. Que s’est-il donc passé ? Depuis 1967, nos divers gouvernements ont voté des lois contraires à la Loi de Dieu. L’amour humain a été gravement défiguré. La vie humaine est désacralisée. La famille selon le plan de Dieu a été déconstruite. Notre Pape François a déclaré qu’il y avait une guerre mondiale contre la famille. Il y a aussi une guerre mondiale contre l’enfant, guerre qui a fait dans le monde, depuis 1975, deux milliards de victimes innocentes. Pour Mère Térésa, canonisée en septembre, tant qu’un enfant pourra être tué légalement dans le sein de sa maman, il n’y aura pas la paix dans le monde. La paix est aussi gravement menacée par les pornocrates, par la pornographie, peuvent tuer l’âme des enfants, des adolescents, mais aussi des adultes. Trouvera-t-on en France des gouvernants qui auront le courage d’abolir les lois contraires à la Loi naturelle et s’attaqueront avec décision, détermination et énergie aux narcotrafiquants et aux pornocrates ? La vraie culture élève l’âme alors que l’anti-culture qu’est la pornographie rend esclave de la loi de la chair. Ne laissons pas dire que la France est une terre de migrants, une terre sans culture, un pays multiculturel. L’Etat français est laïc – nous le respectons en acceptant la séparation du temporel et du spirituel !-, mais la France est chrétienne. Elle l’est depuis la nuit de Noël 496, nuit au cours de laquelle Clovis et ses soldats francs ont reçu le baptême. La Gaule romanisée est alors devenue la France. Voilà la vérité historique que nous devons rappeler à nos enfants. Puisse l’année 2017 être enfin l’année du grand retour des hommes à Dieu, l’année de la conversion de la France, l’année du retour de l’Europe à ses racines chrétiennes, l’année du triomphe du Cœur Immaculé de Marie. En cette nuit de Noël, Dieu nous invite à imiter Jésus petit enfant. Prions la Vierge Marie et Saint Joseph de nous aider à comprendre le vrai message de Noël : le message de l’humilité, le message de l’Amour, le message de la joie et de la paix. Vivons un Bon et Joyeux Noël chrétien et, avec Saint Joseph, faisons partie du petit troupeau qui prie pour hâter le triomphe du Cœur Immaculé de Marie et de l’Amour de Dieu !

6 Responses

  1. Brandenburg dit Erlande,

    Le commentaire d’Astréide est un tissu de lieux communs superficiels et erronés et,bien sûr,sans références sérieuses et objectives.
    Que pour pallier son ignorance crasse et satisfaite il lise « La France » de l’historien Pierre Chaunu où celui-ci prouve que le fond actuel encore est le même que depuis des millénaires et même plus :Les Vénus préhistoriques comme la plupart des fresques des cavernes se trouvent en France ou,plus rarement,sur ses frontières; or elles datent d’environ 37 000 ans et représente le même type physique :petit,râblé,yeux et cheveux foncés; de Gaulle le bien nommé : »Les peuples ne meurent jamais »,le peuple français comme les autres; de plus il est avéré que les émigrants et non les migrants sont très vite peu prolifiques car inadaptés. Pour mémoire les noms de familles françaises les plus nombreuses sont Martin,apôtre des Gaules-2 à 3 000-plus des centaines voir plus de villes et de villages,l’autre étant Fabre-de Faber en latin-ou Lefêvre,Lefeuvre,Lefébure de même origine.
    Quant à d’autres peuples soumis à des émigrants et datant de millénaires ils ont nom,entre autres,’Arméniens,Kurdes,Chaldéens,Assyriens,Égyptiens,Mongols,Hébreux puis Juifs, et même Han,les conquérants et donc émigrants n’ont fait,disparaître ou pour quelques uns se fondre. que passer

  2. Manuel Atréide

    Il est navrant de voir un homme de Dieu, un homme de savoir donc, dire dans une homélie que la France n’est pas une « terre de migrants ». Depuis des milliers d’années, cette terre a vu passer tous les peuples possibles: celtes, grecs, romains, carthaginois, hébreux, alains, vandales, goths, burgondes, italiens, espagnols, allemands, suisses, néerlandais, anglais, écossais, irlandais, polonais, tchèques, hongrois, ukrainiens, russes, scandinaves, peuples du Maghreb, peuples d’Afrique, d’Asie, le monde entier est venu chercher asile ou un toit sur ce petit bout de Terre.

    Son nom actuel, « France », est même un témoignage de ce passé, de cette histoire de migrations : les francs sont, eux aussi, venus s’installer ici avec femmes et enfants, armes et bagages. les noms de nos régions, nos anciennes provinces, en attestent tout autant; Bretagne, Bourgogne, Aquitaine … Et que dire de la « Normandie », cette terre des hommes du nord, les northmen devenus normands !

    Nous sommes depuis toujours une terre multiculturelle, un carrefour commercial, culturel où se croisent et se mêlent la Méditerranée, l’Europe du Nord, centrale, les pays océaniques. Notre langue plonge ses racines dans toutes ses influences. Nos prénoms mêmes sont rarement d’ici : Marie, Jean, Pierre, Paul sont des prénoms qui ont migré. les premiers chrétiens, eux aussi, ont migré ici. Sainte Blandine n’est pas née esclave à Lyon, elle venait sans doute de la Grèce asiatique, cette terre devenue turque depuis.

    Oui, notre pays est depuis des milliers d’années une terre de migrants. il y a puisé sa force et sa richesse, son extraordinaire diversité culturelle, sa puissance économique et son rayonnement intellectuel. Votre prêche dessine une France fantasmée, coupée de ses racines, stérilisée par un récit mensonger.

    C’est dommage et quelque peu choquant : le mensonge ne devrait pas avoir sa place dans une homélie. Et la politique ne devrait pas avoir son mot à dire dans une église. Surtout à Noël.

    Cordialement tout de même. M.

    • Père Bernard Domini

      Je vous remercie de votre réaction. Je reconnais que mon expression avait besoin d’être expliquée ce que je n’ai pas eu le temps de faire dans le temps restreint d’une homélie. Parler de la mission de la France un soir de Noël n’est pas un discours uniquement politique, même s’il concerne aussi la politique d’une certaine manière. Il ne faut pas oublier que Clovis et des soldats Francs ont été baptisés à Reims en la nuit de Noël 496. Que notre terre ait été enrichie par l’apport de nombreuses cultures, vous avez raison de le souligner et je suis d’accord avec vous sur ce point. Mais lorsque je dis : la France n’est pas une terre de migrants, je veux dire : la France a une culture chrétienne qu’aucun historien ne peut nier. Notre Nation ne s’appelle “France” qu’à partir du baptême de Clovis. Peu à peu la France est devenue une grande Nation.
      Si j’ai parlé ainsi en cette nuit de Noël c’est que nous ne voulons pas rester inactifs devant la déconstruction de la France à laquelle nous assistons depuis quelques années. Je le redis : nous respectons la distinction du temporel et du spirituel, la laïcité de l’Etat français, mais nous affirmons à nouveau : la France est chrétienne. Je ne partage pas votre conclusion : la France dont j’ai parlé n’est pas coupée de ses racines, étant donné que ses racines sont chrétiennes ! Je ne vois pas en quoi ce que j’ai dit est mensonger. Mon expression était trop abrupte, j’en conviens, mais en la comprenant comme je viens de vous l’expliquer elle n’est pas mensongère… Faisons le tour de toutes nos villes et de tous nos villages. Que constatons-nous? Partout des églises, des cathédrales, des basiliques parsèment le sol français. Je vous remercie encore de votre réaction et je vous assure de mes prières. Père Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *