Ils sont dignes, nos martyrs !

20 janvier 2017 : Saint Fabien 20ème Pape (236-250), et Saint Sébastien martyr (P. Bernard)

Saint Fabien est le 20e Pape. Il a été martyrisé à Rome, sur la via Appia, durant la persécution de l’empereur Dèce. Son pontificat a duré quatorze ans, saint Cyprien de Carthage, son contemporain, l’appelait un homme incomparable et ajoutait que sa mort correspondait à la bonté et à la pureté de sa vie. Personne ne pensait à élire Fabien pour succéder au Pape martyr Anthéros dont le pontificat avait été très bref. Fabien entra, sans préméditation, dans l’église où étaient rassemblés ceux qui devaient élire le futur Pape. Une colombe, descendue par un des lucernaires de la catacombe, vint se reposer sur sa tête. Elle semblait rappeler celle dont l’Esprit-Saint avait revêtu la forme pour descendre sur le Sauveur, aux rives du Jourdain. L’assemblée, émue à ce spectacle et manifestement inspirée de l’Esprit de Dieu, poussa dans un transport d’allégresse l’acclamation unanime : Il est digne ! Il est digne ! Malgré la résistance de Fabien, on le fit asseoir sur le trône pontifical. Saint Fabien fut le premier pape élu alors qu’il était simple laïc. Il justifia par toute sa vie ce choix miraculeux. Il assigna un diacre à chacune des sept régions de la Rome chrétienne, et y plaça aussi un sous-diacre pour diriger les notaires chargés de recueillir intégralement les Actes des Martyrs. Saint Fabien défendit que les juges séculiers se mêlent des causes ecclésiastiques. Il donna aussi des lois pour empêcher les mariages par consanguinité. Il ordonna que les fidèles communient au moins aux trois fêtes principales fêtes de l’année. Il statua également que, tous les ans, au jour de la Cène du Seigneur, on renouvellerait le saint Chrême, après avoir brûlé l’ancien. Par ses ordres, de nombreuses constructions furent exécutées dans les cimetières et les galeries des catacombes. Saint Fabien profita de la paix qui régnait alors pour répandre de plus en plus les lumières de l’Evangile. Allié par la naissance à la famille impériale des Gordiens et à presque toutes celles de l’ancien patriarcat de Rome, il dut étendre les conquêtes de la foi dans les plus hauts rangs de la société, où l’on voyait, à la fin du IIIe siècle, un si grand nombre d’illustres Chrétiens. Parmi les Evêques qu’il sacra pour annoncer la foi en divers lieux, l’Eglise des Gaules en reconnaît plusieurs pour ses principaux fondateurs. Saint Cyprien s’est réjoui de son administration irréprochable de l’Église. Les églises, ruinées pendant les persécutions précédentes, furent réparées et ornées avec le plus de décence possible. A l’exemple de ses prédécesseurs, saint Clément et saint Anthéros, le saint Pape Fabien prit un soin particulier de faire rédiger les Actes des Martyrs. La persécution de Dioclétien nous a ravi le récit des souffrances et du martyre de notre saint Pontife. L’évêque de Carthage célèbre aussi la pureté et la sainteté de la vie du saint Pontife, qui domina d’un front tranquille les orages dont l’Eglise fut agitée de son temps. Dèce ayant usurpé l’empire, et désirant mettre la main sur les trésors qu’on lui fit entendre avoir été laissé par son prédécesseur à l’Eglise, renouvela les persécutions qui avaient cessé et arrosa la terre du sang des fidèles. Alors, dit saint Cyprien, commença une suite interminable de tortures de la part des bourreaux. Les poursuites n’avaient plus seulement pour fin la condamnation, et pour consolation la mort. On graduait la cruauté par une série de raffinements, de façon que la victime survécût aux supplices. On ne voulait pas lui accorder trop tôt la couronne. On la fatiguait dans l’espoir de fléchir son courage, et s’il lui arrivait, grâce à la miséricorde de Dieu, de mourir avant l’heure prévue, les bourreaux se croyaient trompés. Telle fut la septième persécution générale. Sa première victime fut le pape saint Fabien qui eut la tête tranchée le treize des calendes de février (le 20 janvier). Il fut enseveli au cimetière de Calliste, sur la voie Appienne.

Saint Sébastien est sans doute l’un des plus célèbres martyrs romains. Officier dans l’armée de Dioclétien, il était chrétien, et lors que cela fut découvert, il fut mis en demeure de sacrifier à l’empereur, sinon c’était un acte de rébellion. Saint Sébastien a été lié nu à un arbre, il servit de cible aux tirs de ses propres soldats et enfin tué par bastonnade. Son culte date du IVe siècle. Saint Ambroise en parle dans ses commentaires du psaume 118 et saint Damase lui fit construire une église au-dessus de sa tombe. Cette basilique est d’ailleurs l’une des sept principales églises de Rome. Malgré cela, les détails que rapportent les ‘actes’ de son martyre n’ont été rédigés qu’au Ve siècle. En France un grand nombre de lieux de culte sont placés sous son patronage. Sébastien était originaire de Milan, comme le rapporte saint Ambroise, il partit pour Rome quand les persécutions bouillonnaient avec violence et c’est là qu’il a souffert. C’est là, dans la ville où il était venu en étranger, qu’il établit le domicile définitif de son immortalité. Il fut inhumé en ce jour aux Catacombes, sur la voie Appienne en 305. Puisse le témoignage du Saint Pape Fabien et de l’héroïque soldat Sébastien nous obtenir des grâces de courage et de fidélité. J’ai été marqué à Laurac par la dévotion à Saint Sébastien, parce que le jour de sa fête on faisait bénir des pains pour être protégés de la peste. Le village, en effet, au temps de la grande peste, avait fait un vœu à Saint Sébastien pour être protégé. Si un tel vœu a été fait, c’est parce que Saint Sébastien jouissait d’une grande réputation de sainteté. Prions ce Saint pour les hommes politiques et les militaires afin qu’ils ne se laissent pas influencer par le politiquement correct et prions Saint Fabien pour notre Pape François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *