Puisse l’Evangile être le CIMENT de l’unité profonde de tous les baptisés et des familles !

Homélie du dimanche 29 janvier 2017. (WE Foyers à Sélestat – P. Bernard)

Bien chers amis, en ce dernier dimanche de janvier, l’Eglise nous invite à imiter les Cœurs de Jésus et de Marie, les parfaits modèles de la sainteté.

Le prophète Sophonie, dans la première lecture, annonçait la subsistance du Reste d’Israël, peuple petit et pauvre, humble et cherchant la justice sainteté, qui renonce au mensonge pour vivre dans la vérité devant Dieu. Jésus et la Vierge Marie sont les fruits parfaits de ce Reste saint d’Israël. Au début de sa vie publique, Jésus monta avec ses disciples sur une montagne de Galilée pour les instruire.

Nous venons d’entendre l’introduction de son grand discours sur la montagne : les Béatitudes. Les 8 Béatitudes sont toutes en vue du Royaume des Cieux. Les disciples, disait notre Fondateur, avaient du mal à comprendre qu’il fallait par-dessus tout vouloir le Ciel et le Bonheur éternel. Jésus veut les préparer à se détacher de ce qu’est simplement la vie sur la terre et des jugements trop terrestres. Les 8 Béatitudes sont comme divisées en deux groupes de quatre Béatitudes. Chaque groupe se termine par le mot Justice qui est l’équivalent du mot Sainteté. Les Béatitudes sont donc comme le code de sainteté des disciples de Jésus. La première partie de chaque Béatitude concerne les vertus que doivent exercer les disciples de Jésus : pauvres par l’Esprit, doux, pleurs à cause du Mal dans le monde, faim et soif de justice, miséricordieux, cœur pur, pacifiques et persécutés pour la Justice. La seconde partie de chaque Béatitude concerne leur récompense dans le Royaume des Cieux. Pour 6 Béatitudes, la récompense est au  futur : ils seront consolés, ils obtiendront miséricorde, ils seront appelés fils de Dieu … Pour la première et dernière, la récompense est au présent : le Royaume des Cieux est à eux ! Ainsi, les disciples, qui ont tout quitté pour suivre Jésus et qui sont persécutés pour la Justice, possèdent déjà le Royaume ! Combien cette perspective devait rendre enthousiastes les disciples ! Ces Béatitudes s’adressent à nous aujourd’hui. Quelle grâce de savoir que le Royaume des Cieux est à nous si nous vivons en vérité les Béatitudes. Soyons plus enthousiastes !    La conclusion de Jésus n’est pas une 9e Béatitude, mais un développement de la 8e Béatitude qui révèle aux disciples ce qu’est la vraie joie dont parlait Saint François. Si l’on nous insulte, si l’on nous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre nous à cause de Jésus, nous devons nous réjouir, être dans l’allégresse, car notre récompense sera grande dans les Cieux ! Les saints, dans l’imitation de Jésus et de Marie, ont vécu selon les Béatitudes. Saint François peut être appelé le saint de la première Béatitude : il était riche et il a choisi librement la pauvreté selon l’Esprit Saint pour imiter Jésus et les apôtres. Cette pauvreté évangélique en a fait le Saint de la joie de l’évangile. Saint François de Sales peut être appelé le saint de la Béatitude de la douceur. Il était violent de tempérament, mais il est devenu doux et humble de cœur par la grâce de Dieu et l’exercice des vertus. Il a annoncé sans peur la Vérité dans la douceur de l’amour. Don Bosco a imité ce grand Saint et il est devenu un grand éducateur par l’apostolat irrésistible de l’amour qu’a vécu Mère Marie-Augusta. Sainte Monique est la sainte de la 3e Béatitude. Elle a beaucoup pleuré à cause des péchés de son fils Augustin. Elle a obtenu sa conversion. Saint Padre Pio peut aussi être appelé le saint de la 3e Béatitude : il a arraché un grand nombre d’âmes à l’Enfer. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus est la sainte de la 4e Béatitude : elle avait faim et soif de sainteté. Sainte Faustine et Saint Jean-Paul II sont les saints de la 5e Béatitude : ils ont été les apôtres de la divine Miséricorde. Sainte Maria Goretti et les martyres de la pureté sont les saintes de la 6e Béatitude : elles ont remporté le combat olympique de la pureté dont parlait Mère Marie-Augusta. Saint Louis, roi de France, et le Bx Charles de Hasbourg sont les saints de la 7e Béatitude, ils ont été de vrais pacifiques en cherchant à mettre la paix là où elle n’était pas. Tous les martyrs du sang et les martyrs du cœur sont les saints de la 8e Béatitude. Ils se réjouissent profondément au Ciel aujourd’hui et nous appellent à être des témoins fidèles de Jésus et de son évangile et de ne pas avoir peur d’aller à contre-courant comme nous le demande notre Pape François. Nos Fondateurs nous ont éduqués à aimer et vivre les Béatitudes. Mère Marie-Augusta disait que l’étude profonde et pénétrante des Béatitudes devait être la base et le principal de nos premières retraites en vue de l’enchaînement des âmes et des cœurs par l’Amour de Dieu.

La première communauté chrétienne, dit Saint Luc dans les Actes, était un seul cœur et un seul esprit dans l’unanimité, grâce à l’acceptation libre et volontaire de l’esprit évangélique, donné en plénitude dans les Béatitudes. Puisse l’Evangile être le CIMENT de l’unité profonde de tous les baptisés et des familles ! La pauvreté volontaire, la douceur, la compassion, la sainteté, la miséricorde, la pureté, l’esprit pacifique et la persécution pour la justice ne sont pas les valeurs de notre monde actuel. Jésus et la Vierge Marie nous révèlent une autre voie que celle de l’esprit du monde. Imitons-les et vivons l’Evangile. Nos Fondateurs, conquis par l’esprit de l’évangile et des béatitudes, aimaient chanter et faire chanter : L’Evangile est une aventure, la plus belle de tous les temps. Les Saints marchent en chantant. Coups ne blessures, ni meurtrissures n’ont arrêté leur élan pour l’aventure de tous les temps. Demandons à Notre-Dame des Neiges d’être enthousiastes pour Jésus et pour son évangile et rayonnons la joie de l’évangile.

Laissez un commentaire