Saints Timothée et Tite, modèles de Pasteurs

26 janvier 2017 : Saint Timothée et Saint Tite (P. Bernard)

L’Église en Occident unit dans une même fête Timothée et Tite, les deux disciples très chers de saint Paul qui leur a confiés la charge épiscopale dans l’Église naissante.

Timothée, que Paul appelle « son vrai fils dans la foi » est né en Asie Mineure, à Lystres d’un père païen et d’une mère juive : Eunice. Sa grand-mère, Loïs, est juive et croyante. Timothée a été converti par saint Paul. Sur la recommandation des prophètes de la communauté de Lystres, l’apôtre des Nations le prit comme compagnon de voyage. Il lui confia des missions près des communautés de Thessalonique, Macédoine et Corinthe. Timothée a aussi été comme secrétaire de St Paul pour rédiger les épîtres. Après avoir partagé sa première captivité, il accompagna saint Paul jusqu’à ce que celui-ci lui demandât de rester à Ephèse dont il fut le premier évêque. La tradition dit qu’il fut massacré à coups de massue et de pierres dans une émeute populaire, pour avoir voulu dissuader le peuple de se mêler aux désordres d’une fête païenne. Le corps de saint Timothée fut enterré près de celui de saint Jean, à Ephèse, où il resta jusqu’à ce qu’on le transportât à Constantinople (356).

Saint Tite est né dans le paganisme. Il fut converti par saint Paul qui, quatorze ans plus tard, l’ayant rencontré à Antioche, l’emmène jusqu’à Jérusalem où il assiste au fameux « concile » qui rejette la circoncision des païens. A partir de ce moment là, il accompagne saint Paul dans ses voyages et lui sert de messager, singulièrement vers les communautés de Corinthe et d’Ephèse. Après la première captivité de saint Paul, il aborda en Crète avec l’Apôtre qui l’y laissa jusqu’à ce qu’il l’envoie en Dalmatie. Après le martyre de saint Paul, Tite revint en Crète où, disent les byzantins, il mourut dans un âge très avancé (quatre-vingt-quatorze ans). Le corps de saint Tite resta dans la cathédrale de Gortyne jusqu’à ce que la cité fût détruite par les musulmans (823) ; on ne retrouva que la tête de Tite qui fut transportée à Venise où elle est vénérée à Saint-Marc.

Saint Paul invite son disciple Timothée, disait Benoît XVI, à une lecture spirituelle des Saintes Écritures (2 Tm 3, 14), qui les considère réellement comme «inspirées» et provenant de l’Esprit Saint, pour qu’elles puissent « procurer la sagesse qui conduit au salut ». L’autre appel de St Paul à Timothée consiste, dit Benoît XVI, à évoquer « le bon dépôt », mot spécifique des Lettres pastorales pour signifier la tradition de la foi apostolique qu’il faut conserver avec l’aide de l’Esprit Saint qui habite en nous. Ce «dépôt» doit être considéré comme la somme de la Tradition apostolique et comme le critère de fidélité à l’annonce de l’Évangile. Il est la clé de lecture pour comprendre l’Écriture, le Nouveau Testament. L’annonce apostolique, c’est-à-dire la Tradition, est nécessaire pour entrer dans la compréhension de l’Écriture et y saisir la voix du Christ. Il faut en effet être « attaché à l’enseignement sûr, conforme à la doctrine », dit St Paul à Tite (Tt 1, 9). A la base de tout, il y a justement la foi dans la révélation historique de la bonté de Dieu, qui en Jésus Christ a manifesté concrètement son « amour pour les hommes », un amour qui dans le texte original grec est qualifié de manière significative comme filanthropía (Tt 3, 4 ; cf. 2 Tm 1, 9-10) ; Dieu aime l’humanité.

Benoît XVI dit encore que, dans les lettres à Timothée et à Tite, il est parlé de la structure ministérielle de l’Église. Pour la première fois, St Paul présente la triple subdivision d’épiscopes, presbytres et diacres (cf. 1 Tm 3, 1-13 ; 4, 13 ; 2 Tm 1, 6 ; Tt 1, 5-9). A côté de « l’épiscope » au singulier, dit encore Benoît XVI, nous trouvons les prêtres et les diacres. La figure de l’Apôtre est toujours encore déterminante, mais les trois Lettres ne sont plus adressées à une communauté, mais à des personnes: Timothée et Tite, qui, d’une part, apparaissent comme des évêques et, de l’autre, commencent à prendre la place de l’Apôtre. On remarque ainsi, à son début, la réalité qui, plus tard, s’appellera « succession apostolique ». Paul dit sur un ton d’une grande solennité à Timothée : « Ne néglige pas le don de Dieu qui est en toi, ce don que tu as reçu grâce à l’intervention des prophètes, quand l’assemblée des Anciens a imposé les mains sur toi » (1 Tm 4, 14). Nous pouvons dire que dans ces mots apparaît également à son début le caractère sacramentel du ministère. Et ainsi, nous avons l’essentiel de la structure catholique : Écriture et Tradition, Écriture et annonce, forment un ensemble, mais à cette structure, pour ainsi dire doctrinale, doit s’ajouter la structure personnelle, les successeurs des Apôtres, comme témoins de l’annonce apostolique (28-1-2009). Sts Paul, Timothée et Tite gardez-nous fidèles et forts dans la Foi

Laissez un commentaire