Si tu meurs au monde et à toi-même, alors tu commenceras à vivre pour Dieu !

Jeudi 19 janvier 2017 : St Macaire le Grand ou d’Egypte (frère Xavier)

Macaire d’Égypte ou de Scété, est surnommé aussi l’Ancien ou le Grand pour le distinguer de Macaire d’Alexandrie qui a vécu sensiblement à la même époque. Il naquit dans la haute Égypte vers l’an 300. Il commença dans son village une vie toute donnée à Dieu puis il s’enfonça dans le désert de Scété à l’ouest du delta du Nil. Il avait alors une trentaine d’année. Très tôt on le surnomma le « jeune vieillard ». En effet, malgré son jeune âge, il avait la profondeur, la sagesse et l’humilité d’un « Ancien ». Il passa les soixante années de sa vie dans cette solitude et vit venir à lui un bon nombre d’anachorètes auxquels il donna des règles ; chacun d’eux devait vivre en un ermitage séparé ; Macaire n’admit auprès de lui qu’un seul disciple chargé de recevoir les visiteurs. A cette époque, des auteurs placent la visite de Macaire à Antoine.

Vers 340, un évêque d’Égypte le força à recevoir la prêtrise pour procurer aux habitants du désert le moyen d’avoir la messe et la communion ; les anachorètes affluant chaque jour davantage, on dut bâtir quatre églises et ordonner des prêtres pour en assurer le service.

 – Les instructions de Macaire se résumaient en peu de mots car il recommandait avant tout le silence, l’humilité, l’ascèse, la solitude, la prière continuelle. Mais pour la prière, disait-il, il n’est pas besoin de recourir à beaucoup de paroles, répétez souvent avec un cœur sincère : « Seigneur, comme Tu le veux et Tu le sais, miséricorde ! » ou « Secourez-moi, mon Dieu ».

Le diable lui dit un jour : « Je puis te surpasser en fait de veilles, de jeûnes et d’autres privations, il n’y a que ton humilité qui me dépasse et me désarme ».

– Un jeune homme vint demander à Macaire de le former à la vie spirituelle : « Va, lui dit-il, au cimetière, déterre les morts qui y sont, puis adresse-leur des louanges, dis-leur des injures ». Quand il eut exécuté cet ordre, le jeune homme vint en rendre compte. « Eh bien, lui dit Macaire, quelle réponse ces cadavres ont-ils donnée ? » -« Aucune; ils sont restés insensibles aux reproches comme aux louanges ». – « Apprends de là, conclut Macaire, à ne te laisser émouvoir ni par les injures, ni par les éloges. Si tu meurs au monde et à toi-même, alors tu commenceras à vivre pour Dieu » !

– A un autre le saint disait : « Reçois de la main de Dieu la pauvreté avec autant de plaisir que la richesse, la faim avec autant de satisfaction que l’abondance des mets, et tu triompheras du démon, tu subjugueras toutes tes passions ».

Un moine se plaignait à lui de ce que, dans le désert, il était toujours tenté de rompre le jeûne, tandis qu’au monastère il pouvait jeûner avec joie toute la semaine, « La vaine gloire en est la cause, lui dit Macaire, le jeûne te plaît quand les hommes te voient jeûner, il te paraît intolérable quand tu le pratiques sans témoin, parce qu’alors ta passion n’est pas satisfaite ».

Fermement opposé à l’hérésie arienne, il fut, vers 374, exilé dans une île du Nil par l’évêque Lucius d’Alexandrie. Il put cependant revenir au désert pour y finir ses jours, âgé de plus de quatre-vingt-dix ans. C’est pendant cette dernière période qu’Évagre le Pontique fut son disciple. Il mourut vers 391.

Saint Macaire est considéré comme l’un des fondateurs du monachisme et un des Pères du désert.

– Les écrits : On attribue à saint Macaire le Grand des homélies spirituelles : il y évoque dans un style d’une grande beauté les effets de la grâce incréée de Dieu en nous. Adhérons au Seigneur par la foi et consacrons-nous à lui en renonçant à nous-mêmes, dit-il ; forçons notre nature rebelle dans la pratique de tous les saints commandements évangéliques, et soyons assidus à la prière. Voyant notre bonne volonté, le Christ nous donnera la force d’accomplir sa volonté, ou plutôt Il l’accomplira lui-même en nous par l’énergie du saint Esprit. Progressant ainsi de vertu en vertu et de gloire en gloire vers la plénitude, notre esprit sera intimement mêlé au feu de l’Esprit saint, il deviendra « tout œil, tout lumière », et acquerra les propriétés de Dieu, signe de la déification. Pour saint Macaire le seul but de la vie chrétienne est de faire l’expérience du Saint Esprit, par une « belle transfiguration » qui nous donnera une « sensibilité spirituelle », et nous pourrons « goûter » la présence de Dieu à chaque instant de notre vie.

St Macaire nous met en contact avec la spiritualité des Pères du désert. A une époque où l’on cultive la contemplation narcissique du moi, la réalisation de soi, le bien-être, la spiritualité des Pères du désert est d’une importance capitale.  Elle nous rappelle la nécessité du combat spirituel qui nous permet de ne plus appartenir à nous-mêmes. Elle est le seul moyen qui nous permet d’entrer dans la vraie vie, la vie de l’Esprit.

Sources :

https://www.sagesse-orthodoxe.fr

http://www.histoire-russie.fr/icone/saints_fetes/textes/macaire_egypte.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *