Bienheureux Jourdain de Saxe, au service du développement des Frères Prêcheurs

Lundi 13 février 2017 : bienheureux Jourdain de Saxe (Fr. Jean-Régis)

Bienheureux Jourdain de Saxe est le premier successeur de saint Dominique, et il est l’un des témoins les plus prestigieux de la ferveur que suscita l’Ordre des Prêcheurs au XIIIe siècle.

Il naquit vers 1190, dans le royaume de Saxe, en Allemagne. Dès sa jeunesse – et il continua quand il fut étudiant – il avait prit l’habitude de donner chaque jour une aumône au premier pauvre qu’il rencontrerait. Envoyé à Paris pour poursuivre ses études, il y mena une vie pieuse : chaque nuit il allait à Notre-Dame pour l’office de matines (la construction de cette cathédrale date de cette période). En 1217, cinq dominicains viennent à Paris, rue Saint Jacques, fonder leur premier couvent dans la capitale. Ils sont dans un dénuement extrême. Saint Dominique les visite et les réconforte à son retour d’Espagne. Sa parole suscite l’enthousiasme dans le monde universitaire. Emporté par le courant, Jourdain vient l’entendre, se confesse à lui et lui confie son âme. Cependant il n’entre pas de suite dans l’Ordre. C’est au bienheureux Réginald qui, à son tour en 1220, bouleverse l’Université de Paris, que revient la joie de donner l’habit à Jourdain.

Deux mois plus tard, saint Dominique réunit à Bologne le premier chapitre général de l’Ordre et Jourdain est désigné par ses frères de Paris pour y prendre part. Quand il revint à Paris, ce fut pour enseigner l’Ecriture Sainte. En 1221, saint Dominique le nomme premier provincial de Lombardie et, quelques mois plus tard, il est désigné pour succéder à Saint Dominique qui vient de mourir. Il va gouverner l’Ordre seize ans pendant lesquels il multiplia les voyages et les prédications (à Paris, Bologne, Oxford, Trente, Magdebourg…) afin d’attirer de nouveaux disciples touchés par sa parole. Lors d’un chapitre général certains reprocheront à Jourdain d’aller un peu vite en besogne et de recevoir de trop jeunes frères : “Laissez ces enfants, répondit-il. Vous verrez qu’ils étendront leur action sur des hommes plus instruits”. En effet, il fit entrer un millier ou plus de nouveaux frères et pendant son généralat, quatre nouvelles provinces furent établies, 240 nouveaux couvents de frères ou de sœurs furent créés. Dans la mise au point des Constitutions de l’Ordre, il prit une part importante ; il institua à Bologne le chant du Salve Regina après les Complies, coutume qui se répandit rapidement en Lombardie, puis dans tout l’Ordre ; c’est lui aussi qui procéda à la translation du corps de saint Dominique en 1233, puis présida aux fêtes de la canonisation en 1234. C’est à cette période qu’il rédigea le Libellus, livre dans lequel il évoque avec saveur et précision les origines de l’ordre et la vie de Saint Dominique.

Pauvre à l’extrême, il aimait la compagnie des pauvres. Doux pour les frères, compatissant à leurs infirmités, il les aidait de tout son pouvoir. Mais il était ferme aussi, parfois avec humour. Un procureur lui ayant demandé d’être relevé de sa charge, il lui répondit : “Mon fils, cette charge a quatre annexes : la négligence, l’impatience, le travail et le mérite ; je vous décharge des deux premières et je vous laisse les deux autres.

En 1236, il alla en Terre Sainte pour visiter les couvents de l’Ordre qui y étaient établis. Au retour, le navire fut englouti par une furieuse tempête à proximité des côtes de Syrie. La mer rejeta son corps, qui fut enseveli au couvent de Ptolémaïs. C’était le 13 février 1237, il n’avait pas 50 ans. On a attendu jusqu’au XIXe siècle sa béatification.

A la suite de saint Dominique, Bx Jourdain de Saxe a su donner à l’Ordre des dominicains une impulsion décisive. Prions en ce  jour pour la grande famille Dominicaine. Confions à Bx Jourdain tous ceux qui, dans les communautés et dans les ordres religieux, exercent le service de l’autorité pour garder et préserver l’esprit des fondateurs et faire vivre le charisme du fondateur. Pour nous, confions-lui tout spécialement Père Bernard et Mère Magdeleine qui doivent poursuivre l’œuvre d’éducation d’Apôtres de l’Amour à la suite du Père et de notre Mère. Bx Jourdain, aidez-nous à rester fidèles à l’esprit de nos fondateurs et communiquez-nous votre zèle et votre ardeur pour que se développe l’œuvre que Dieu désire voir grandir ici.

Laissez un commentaire