Je suis l’Immaculée Conception

11 Février 2017 : Notre-Dame de Lourdes 2017   (WE Foyers à Saint Pierre) (P. Bernard)

Bien chers amis, nous commençons notre récollection de Foyers par la Fête de Notre-Dame de Lourdes et nous nous en réjouissons. La première lecture a été un appel à la joie : « Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d’elle, vous tous qui l’aimez ! » Puisse Notre-Dame de Lourdes donner à beaucoup de Français, découragés et angoissés par la crise spirituelle, morale et économique de notre pays, la joie dans l’Esprit-Saint, car c’est cette joie et non une joie superficielle que la Vierge Marie donne à Lourdes. La Vierge Marie, Reine de France, avant de se manifester à Lourdes, était apparue à la Rue du Bac, à Paris, en 1830, puis à La Salette en 1846. Elle avait parlé des épreuves qui s’abattaient sur la France et elle avait pleuré parce qu’un grand nombre de ses enfants n’obéissaient pas à la Loi de Dieu et ne sanctifiaient pas le dimanche. En 1858, elle vient donner à la France le remède pour retrouver la joie de Dieu ! Qui aurait pensé, au matin du 11 février 1858, que la prophétie d’Isaïe que nous venons d’entendre serait à nouveau réalisée en ce petit village des Pyrénées dont beaucoup de Français ignoraient le nom : Lourdes ? Ce village possédait des sites remarquables, mais la Vierge Marie a choisi le moins beau pour apparaître à Bernadette. La pauvre grotte de Massabielle qui abritait des porcs est devenue depuis les apparitions l’un des plus grands lieux de grâces du monde entier ! Rien n’est impossible à Dieu. La Reine de France pouvait-elle laisser la Fille aîné de l’Eglise, être de plus en plus animée par un esprit franc-maçon ? La France risquait de perdre définitivement son âme ! Dieu a voulu manifester son amour pour la France, le 11 février 1858, et révéler un plan que les sages de ce monde n’ont pas compris mais que les humbles au cœur pur ont accueilli avec joie et action de grâce. Il a choisi en la personne de la petite Bernadette, un humble et pauvre instrument. Bernadette voit une Dame, le 11 février, qui lui apprend à faire le signe de croix et l’invite sans parler à prier avec le chapelet. Le 14 février, elle revoit cette Dame qui porte le chapelet au bras. Bernadette l’asperge d’eau bénite, de peur que ce soit le démon. L’apparition sourit ! Le 18 février, Bernadette la voit pour la troisième fois, elle lui tend un papier et une plume pour qu’elle écrive son nom : « ce n’est pas nécessaire ! », lui dit la Dame qui ajoute : « Voulez-vous avoir la grâce de venir ici pendant 15 jours ». Lourdes est rapidement en émoi. Menaces et prison ne font pas céder Bernadette. Elle a promis à la Dame de venir ! Le 24 février, pour la 8e apparition, la dame donne son premier message : « pénitence… priez pour la conversion des pécheurs ». Le 25 février, la Dame demande à Bernadette : « allez boire à la fontaine et vous y laver ! ». Le 2 mars, 1650 personnes sont présentes. La Dame dit : « allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle ». Monsieur le curé de Lourdes est d’accord, mais il pose deux conditions : que la dame dise son nom et qu’elle fasse fleurir le rosier de la grotte. Le 15e jour du cycle demandé par la Dame, l’apparition dure 45 minutes, en présence de 20 000 personnes environ, mais il n’y a ni miracle, ni révélation. Les adversaires pavoisent ! Le 25 mars, Bernadette est pressée intérieurement de se rendre à la grotte. La Dame lui apparaît à nouveau. Bernadette lui demande 4 fois son nom. La Sainte Vierge le lui révèle : « Je suis l’immaculée conception ». Bernadette court chez son curé, qui fait des objections devant ce nom mystérieux. Bernadette lui répond : « Je ne suis pas chargée de vous le faire croire. Je suis chargée de vous le dire ». Le curé de Lourdes était un saint, aussi il comprend bien que Bernadette n’a pas pu inventer le nom par lequel la Dame s’est nommée. La dernière et 18e apparition de Lourdes a eu lieu le 16 juillet 1858. Les apparitions ont été reconnues par l’évêque de Tarbes, moins de 4 ans plus tard, le 18 janvier 1862 : « nous jugeons que l’Immaculée, Mère de Dieu, a réellement apparu à Bernadette ». L‘évangile de la Messe de Notre-Dame de Lourdes révèle que la Vierge Marie nous invite à nous tourner vers Jésus et à ne faire que ce qu’Il nous dira. Notre-Dame nous a aussi rappelé le grand appel de Jésus et de Jean-Baptiste dans l’évangile : « pénitence, pénitence, pénitence ». Elle nous a enfin fait redécouvrir l’importance de l’eau, de l’eau du baptême. La Sainte Vierge demande de se laver avec l’eau de Lourdes et de la boire. Cette eau a guéri miraculeusement des corps, mais elle a guéri spirituellement une multitude d’âmes ! Saint Jean-Paul II a décidé que la Journée mondiale du malade aurait lieu, chaque année, le 11 février. Lourdes est devenu l’évangile en acte, la Cité des malades, où Dieu se penche sur l’humanité malade en lui envoyant l’Immaculée ! Nous allons, en cette récollection, parler de l’identité et de la vocation de la France. Nous confions à Notre-Dame de Lourdes notre Nation bien infidèle aux promesses de son baptême, bien malade. Prions-la, en cette Messe, pour sa conversion et demandons-lui de hâter le jour du triomphe de Son Cœur Immaculé. Les apparitions de Lourdes sont un signe prophétique. Ne nous décourageons pas, en ces temps difficiles, mais quêtons le sourire de Marie, comme nous y invitait Benoît XVI, le 15 septembre 2008. Confions aussi à Notre-Dame de Lourdes tous nos malades, toutes les personnes âgées et isolées. Que tous soient consolés !

Laissez un commentaire