Fière de ses martyrs, voilà une Eglise qui ne se cachera plus !

Classé dans : Actualité Domini, Homélies | 0

28 mars 2017 : Bx Jean-Baptiste Malo (Fr. Xavier)

MEP (1899-1954)

Le 10 novembre 1994, dans le cadre de la préparation du Jubilé de l’an 2000, le pape Jean-Paul II publie Tertio Millennio Adveniente, lettre apostolique par laquelle il appelle à préserver la mémoire des martyrs du XXe siècle. Les évêques du Laos demandent alors aux Missions Etrangères de Paris (MEP) et aux Oblats de Marie Immaculée (OMI) de les aider à rechercher les documents nécessaires. Ceci aboutira le 17 décembre dernier à la béatification au Laos de 17 martyrs du communisme prêtres et laïcs ayant donné leur vie pur le Christ de 1954 à 1970. Le Bx Jean-Baptiste Malo est l’un deux.

Jean-Baptiste Malo est né à La Grigonnais en 1899, dans une famille de fermiers modestes. Il a ensuite grandi à Vay. Tardivement, sa vocation religieuse le pousse à entrer au séminaire de la rue du Bac de la Société des missions étrangères, à Paris, à l’âge de 29 ans. Il est ordonné prêtre à 35 ans, le 1er juillet 1934.

Très vite, il est envoyé en mission en Chine. Dans cette région montagneuse aux confins du pays règne alors une grande insécurité. La Chine est en proie depuis des décennies à des luttes entre seigneurs de la guerre. Après la révolution communiste de 1949, la terreur a frappé.

Le père Malo visite les chrétiens isolés, malgré le danger que représentent les hors-la-loi et les pillards. Il fonde quatre nouvelles écoles. Au début de l’année 1951, il doit se réfugier dans une cahute à la campagne en dehors de sa mission, pour se protéger des pillards qui vandalisent et tuent sur leur passage. Le printemps 1951 voit arriver les troupes communistes. La terreur s’installe. Le père Malo est emprisonné puis, après un jugement sommaire, expulsé de Chine, affaibli et malade.

Dès l’année suivante, il est de nouveau affecté par ses supérieurs à Hong-Kong, puis au Laos. Quelques mois plus tard, le pays accède à l’indépendance dans le contexte de la guerre d’Indochine. Mais à la Noël 1953, les troupes viêt-minh communistes progressent dans la région et l’armée française oblige les missionnaires à refluer vers le sud du pays. Le 15 février 1954, ils tombent dans une embuscade du Viêt Minh ; le père Malo est arrêté avec ses semblables, brutalisé et interrogé pendant de longs jours. Le groupe est finalement emmené à pied vers le « camp de rééducation » de Do Luong, près de Vinh (Viêt Nam), à environ 1 200 kilomètres. Le père Malo ne parvient pas au bout de cette marche forcée. Il est malade et ne peut digérer le vieux riz mélangé de sel qui sert d’unique nourriture quotidienne aux prisonniers.

Les gardiens leur refusent tout repos et tout soin : il meurt au bout d’un long chemin de croix de faim et d’épuisement le 28 mars 1954. Il est inhumé la nuit suivante dans un terrain vague.

Depuis, sa tombe et son souvenir sont pieusement gardés par les chrétiens de la région.

L’Église catholique au Laos est toute petite, humble, presque cachée. Elle ne compte que 4 évêques, 21 prêtres et un diacre laotiens, quelques douzaines de religieuses, et un peu moins de 50 000 fidèles laïcs. Son histoire est mal connue. Plantée jadis au prix de la sueur et du sang de trois générations de missionnaires, elle ne peut guère compter aujourd’hui que sur ses propres forces, avec à peine l’appui d’une poignée de prêtres venus du Viêt Nam ou de Thaïlande. C’est dire à quel point la béatification de 17 martyrs au Laos était unique, inouï pour ce petit pays et pour cette toute jeune Église. Voilà une Église humble et toute petite qui ose affirmer publiquement son existence, sa fierté, et son immense respect pour ceux qui au siècle dernier ont irrigué de leur sang les graines d’Évangile plantées dans le sol laotien. Voilà une Église qui ne se cachera plus, et qui trouvera chaque jour davantage sa place et son rôle au sein du Laos et de la chrétienté tout entière…

Source principale :

http://www.leclaireurdechateaubriant.fr/2016/12/25/vie-paroissiale-retour-sur-l-histoire-du-bienheureux-pere-malo/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *