Nous oublions que Dieu est Créateur de ce monde…

11 mai 2017 : Saint Mamert (Frère Xavier)

 

Aujourd’hui nous fêtons Saint Mamert (Vème siècle), l’inspirateur des processions des rogations.

Ce dernier était évêque de Vienne à une époque difficile puisque les invasions barbares, en particulier les Burgondes, venaient peupler la Vallée du Rhône en y répandant aussi l’arianisme ! De plus la ville de Vienne et sa région étaient ébranlées par de terribles tremblements de terre, inondations, sécheresses, des feux aussi, qui avaient plus d’une fois menacé Vienne. C’est ainsi que, dans la nuit de Pâques, le feu prit à un édifice public de Vienne, et se propagea avec tant de violence que chacun s’attendait à un embrasement général. Saint Mamert, resté seul, se prosterna devant l’autel et supplia avec des larmes et des gémissements la clémence de Dieu. La prière du saint évêque fut agréée comme si ses larmes avaient éteint l’incendie. Saint Avit dit expressément que les flammes s’éteignirent d’une manière miraculeuse. (Hom. de Rogat.)

Le peuple étant revenu à l’église pour continuer l’office divin, Saint Mamert lui déclara que, pendant son imploration, il avait voué à Dieu des rogations (du latin rogare = demander), c’est-à-dire des litanies ou supplications, qui devaient consister en une procession solennelle, accompagnée de jeûnes et de prières publiques. On choisit à cet effet les trois jours qui précèdent la fête de l’Ascension ; et la première station se fit à une église peu éloignée des murs de la ville.

Le concile d’Orléans, en 511, les étend à toute la Gaule. Elles se diffusèrent aussi en Espagne et en Angleterre. Le pape Léon III (795-816) les rendit obligatoires dans toute l’Église.

Avant la réforme de la liturgie de Vatican II, les Rogations étaient un moment fort de la vie liturgique. En 1969 de nouvelles normes vont être données. La messe et la procession des Rogations n’est plus liée nécessairement aux lundi, mardi et mercredi qui précèdent l’Ascension. Il revient aux Conférences épiscopales de fixer éventuellement le jour ou les jours des Rogations ; elles laissent ordinairement aux communautés paroissiales et religieuses la liberté de choisir les jours convenables.

En une époque où l’on a vu de grands progrès scientifiques et technologiques nous permettre de mieux dominer la nature, l’homme a parlé de désenchantement du monde au point d’en oublier que Dieu est le Créateur de ce monde ; ces prières de rogations sont donc aujourd’hui d’une importance capitale. Elles nous rappellent qu’il ne suffit pas de se tourner vers les assurances, ou de chercher une réponse scientifique. Dieu est Providence, il est capable d’intervenir dans notre histoire et d’infléchir les lois de la nature dont Il est l’auteur.

Ces prières de rogations sont une invitation à rentrer plus profondément dans la sagesse et la miséricorde de Dieu comme Créateur de la terre et de ce qu’elle contient. Elles sont un appel à refaire confiance en Dieu qui conduit toutes choses à bonne fin.

En définitive, elles sont une réponse à Jésus qui nous a dit « Demandez et vous obtiendrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira… » (Lc 11,9).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *